Testament

Entretien avec Eric Peterson (guitare) : suite et fin - le 13 mars 2008

11
Bigduff

Une interview de




Testament_20080313

Suite et fin de l’interview donnée par le très bavard Eric Peterson suite à la sortie de The Formation Of Damnation (chronique ici). Dans la droite lignée de la première partie parue il y a dix jours (interview ici), la discussion dérive au gré des inspirations et des … réflexions du guitariste, pour un résultat encore plus surprenant. D’Anorexia Nervosa à Amy Winehouse, de Bon Jovi à Municipal Waste, tout se mêle et s’entrechoque dans ce joyeux foutoir. C’est qu’il en écoute des groupes, le bougre !


Bigduff : On parle beaucoup d’Alex Skolnick depuis tout à l’heure, mais je me dis qu’il ne faudrait pas oublier Greg Christian, qui effectue lui aussi son retour !

Eric Peterson : Greg est de retour parmi nous, oui. Il a vécu des moments très difficiles après son départ du groupe (ndBigduff : en 1995 après Low), notamment à cause de ses problèmes de drogue. Je pense qu’il est très content de revenir, et moi aussi, parce que c’est un super bassiste.

Bigduff : Ce genre de problèmes personnels, ainsi que tous ceux que vous avez pu vivre en tant que membres d’un groupe… tout cela a dû vous réunir, vous rendre plus fort collectivement ?

Eric Peterson : Tout ce qui ne te tue pas te rend plus fort, c’est ça ?

Bigduff : Oui, c’est à ça que je pensais, j’avoue…

Eric Peterson : C’est un vieil adage, mais je pense que c’est vrai. Je crois qu’on a bâti un groupe qui est plus fort aujourd’hui. On a un nouvel album qui est très bon, on a un meilleur label - Nuclear Blast - un nouveau management … le thrash revient à la mode … vraiment, je pense qu’on a de plus grandes chances aujourd’hui de faire de bonnes choses qu’on en a eues par le passé.
Photo


Bigduff : Le statut de vétéran, ça aide, donc …

Eric Peterson : C’est ce qu’on est aujourd’hui, il faut voir les choses en face ! Quand on était jeunes, on considérait Scorpions, Mickael Schenker (NdB : UFO ?) et Black Sabbath comme des vieux groupes, comme des groupes old school. Aujourd’hui, ce sont les jeunes qui nous voient comme ça !

Bigduff : Justement, comment tu vois ton avenir et celui de Testament ? Est-ce que tu t’imagines encore tourner dans 20 ans, sortir de nouveaux albums … un peu comme ces vieilles gloires que tu viens de citer ? Est-ce que tu penses que tu auras toujours assez d’énergie et d’envie pour le faire ?

Eric Peterson : Tu sais, si tu m’avais dit il y a des années – au début, quand j’avais 21 ans – qu’en 2008 je sortirais The Formation of Damnation, un nouvel album plus heavy encore que The New Order, je t’aurais répondu : « T’es dingue mec, c’est impossible !» T’imagines :

- «Tu auras 43 ans, tu joueras des solos et Chuck chantera en voix death.»
- «Quoi, Chuck, à 45 ans ? Il aura lâché l’affaire depuis longtemps …»

Et pourtant … C’est peut être la musique qui conserve, va savoir … Je réponds à ta question là ? (rires)

PhotoBigduff : Parfaitement ! Je voudrais revenir sur quelque chose que tu as dit un peu plus tôt. Tu disais que le thrash redevenait à la mode. Est-ce que tu suis un peu l’émergence de la nouvelle scène, dont certains membres sont vraiment excellents, comme Municipal Waste par exemple ?

Eric Peterson : Je connais ce groupe, je l’écoute depuis quelques années. Est-ce qu’ils ont sorti un album dernièrement ?

Bigduff : Pas depuis l’année dernière. Le dernier – The Art of Partying – est sorti en juin si je me rappelle bien.

Eric Peterson : Cool. Si j’ai un moment, je pense que j’irai l’acheter.

Bigduff : Tu peux, il est vraiment excellent. Tu en penses quoi alors de l’émergence de ces jeunes groupes, dont la plupart cite Testament comme modèle ?

Eric Peterson : Je pense que c’est une très bonne chose pour la scène thrash, pour son dynamisme … Dans le même temps, je pense que c’est une bonne chose pour nous aussi, puisque ça nous pousse à avancer, à garder une longueur d’avance … (il réfléchit) à ne pas sonner comme des has-been si tu préfères. Avec The Formation of Damnation, on se devait de sonner comme un nouveau groupe.


Bigduff : D’après toi, est-ce que cet intérêt nouveau pour le thrash va durer ?

Eric Peterson : Je me rappelle avoir donné des interviews en 1988 pour la sortie de The New Order. En particulier des interviews données en Allemagne. On me posait des questions comme : « Tu viens de sortir un deuxième album. Est-ce que tu penses que le thrash metal existera encore l’année prochaine ? » … « Qu’est ce que tu vas faire quand la mode thrash sera passée ? » ou bien « Le thrash va disparaître dans un ou deux ans maxi, dans quoi comptes-tu te reconvertir à ce moment-là ? » Je répondais : « Quoi ? ».

Bigduff : Comme si ça pouvait arriver !

Eric Peterson : Mais oui ! Ça fait vraiment partie des questions les plus bizarres qu’on m’ait posées ! C’était limite flippant. Les mecs m’expliquaient que c’était inéluctable, que le thrash allait disparaître, et moi je pensais « hé mais c’est de ma vie qu’ils parlent là ! ». Finalement, les années ont passé et le genre existe encore. Et il continuera d’exister ! Aussi longtemps qu’il existera des groupes qui joueront leur musique avec leur cœur – quelle que soit cette musique d’ailleurs – ce qu’ils jouent ne disparaîtra jamais. Même si tu commences en jouant du Glenn Miller (NdB : tromboniste et chef d'orchestre de jazz américain décédé en 1944) ! Prends Amy Winehouse, tiens, tu vas comprendre. Ce qu’elle fait aujourd’hui n’est pas différent de ce que tu pouvais entendre dans les années 50 ou 60. Et pourtant ça marche, parce qu’elle y met tout son cœur et toute son âme. Tu te dis : « wow c’est nouveau ce truc là », alors que ça ne l’est pas du tout. Regarde les groupes qui vont en studio … ils veulent tous sonner comme du Amy Winehouse maintenant. C’est ce qui arrive quand quelqu’un débarque en jouant quelque chose – même ancien tu vois – avec puissance et sincérité. C’est ce qui fait accrocher les gens, et après, tout le monde veut faire pareil ... (il s’interrompt) … Heu, je vois pas où ça nous amène de parler de ça.

Bigduff : D’un autre côté…

Eric Peterson : (là c’est moi qu’il interrompt) Désolé d’avoir parlé d’Amy Winehouse ! Tu pourras couper ce passage si tu veux. C’était juste pour donner un exemple.

Bigduff : Y a pas de mal. Je disais en fait que nous autres fans de thrash metal on avait quand même ressenti un sacré passage à vide à la fin des années 90 et au début des années 2000. Il y a pas mal de groupes qui se sont plantés à cette période là. Peut-être pas Testament, mais d’autres poids lourds du genre, tu vois certainement de qui je veux parler.

Eric Peterson : À cette époque là, c’étaient les groupes suédois qui boostaient la communauté métal. Il y en avait tout un groupe, tous excellents. Ça faisait penser à ce qu’on a connu dans la Bay Area, avec des groupes comme Possessed, Exodus, Death Angel, Testament, Slayer … non pas Slayer … Metallica, Heathen et quelques autres groupes. Forbidden …
Photo


Bigduff : Megadeth …

Eric Peterson : Ils étaient plus de L.A, moi je parle de la Bay Area. Mais t’as raison ouais, c’est la Californie aussi. Megadeth, Slayer …

Bigduff : Tu compterais ceux de la côte est, comme Anthrax ?

Eric Peterson : Non, parce que je crois qu’ils étaient les seuls de là-bas. Ou alors il y en avait deux ou trois autres, mais pas plus … Enfin on parlait des groupes suédois. Je crois qu’ils ont vraiment tué le thrash. Mais dans le même temps, ils ont permis au genre de se purger des groupes merdiques, et d’en remettre certains à leur place. Ça c’était le plus important. Et puis ils sont apparus après le grunge. Et le glam aussi. Bref, tous ces groupes qui se copiaient les uns les autres, et qu’on entendait à longueur de journée. Quand tu penses que Bon Jovi, Cinderella, Whitesnake … tout ça passait au Headbanger’s Ball (NdB : émission de MTV très célèbre aux US) ! Au Headbanger’s Ball ! Alors que ces mecs ne jouent que des ballades !

Bigduff : C’est marrant parce que moi je pensais que c’était le Black Album qui avait tué le thrash.

Eric Peterson : Peut-être aussi. Reste que tous ces groupes suédois ont débarqué et se sont mis à jouer comme nous on pouvait jouer dans les années 80. Il y avait In Flames, Soilwork, Meshuggah, Arch Enemy, Dissection, At The Gates … Merde quoi, aujourd’hui tous ces groupes m’influencent carrément ! « Fuck », c’est comme ça que je veux jouer ! Et puis il y a le black metal aussi … Ça m’a tellement branché que j’ai fondé Dragonlord.

Photo


Bigduff : Alors justement, est-ce que ce n'est pas un peu difficile pour un Américain de se lancer dans ce genre de projet ? Je veux dire, le black metal, c’est un style presque exclusivement scandinave.

Eric Peterson : Ce n’est pas facile, c’est vrai. Dragonlord doit être le seul groupe américain dont le niveau approche celui des Européens.

Bigduff : Quels sont les groupes de black metal qui t’ont le plus marqué ?

Eric Peterson : Il y a Emperor bien sûr. Et puis … (s’ensuit un énorme blanc, alors qu’Eric réfléchit)

PhotoBigduff : Je ne sais pas moi. Mayhem ? Dimmu Borgir ?

Eric Peterson : Tous ces groupes viennent de Norvège. Celui que je cherche vient de France. Heu … Anorexia Nervosa ! Tu connais ?

Bigduff : De nom.

Eric Peterson: J’adore ce groupe. Avec Dimmu Borgir et Emperor, il fait partie de mes trois groupes de black metal préférés. Avec Dissection aussi. Je les écoute tout le temps. Est-ce que tu sais s’ils jouent toujours ensemble ?


Bigduff : Alors là, aucune idée.

Eric Peterson : Parce que si ce n’est plus le cas, il faut que je le sache. Je prends n’importe lequel de ces gars dans mon groupe ! J’en appelle un, et je lui dis « Hey, je t’attends à la maison ! » … (rires) … Je prendrais surtout le clavier. C’est une bête, il a des idées géniales ! Je travaille en ce moment sur un nouvel album de Dragonlord. Après la tournée avec Testament, j’aurais du temps pour travailler avec les autres les idées que j’ai en tête. La moitié est déjà composée. (il me cite alors deux noms de morceaux incompréhensibles donc impossibles à retranscrire, malheureusement)

Bigduff : Ha, je crois qu’on va devoir finir. Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Eric Peterson : Qu’ils écoutent ce nouvel album The Formation of Damnation. Et qu’ils l’achètent si ça leur plait, plutôt que de le télécharger. On a fait un gros effort sur le packaging tu sais, à tel point d’ailleurs qu’on a dû prendre moins de roadies pour la tournée. Franchement, ça valait vraiment le coup.


Crédits photo :
www.myspace.com/testamentlegions
www.myspace.com/alexskolnicktrio
www.myspace.com/officialpaulbostaph


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1