After The Burial, Born Of Osiris, Veil Of Maya, Within The Ruins : objectif maturité atteint ?



 


IV. Within The Ruins



Photo_1_h_w


La bande émerge officiellement du Massachusetts en 2003, après s’être déjà entraîné au lycée et s’être amusé à effectuer des reprises de Metallica. Après la sortie de leur deuxième EP, Empires, ils reçoivent une offre du label Victory Records chez qui ils signent pour la sortie de leur premier album, Creature, et de Invade un an plus tard. C’est le seul groupe parmi les quatre qui ne va pas succomber aux sirènes du label Sumerian puisque, pour la sortie de leurs deux albums suivants, ils signeront chez E1 Entertainment.
On a sûrement à faire ici au groupe le plus technique. Impressionnants de facilité, les gars livrent une musique ultra-rapide, percutante, mais aussi très mélodique, largement inspirée par la musique classique. Leur son est facilement reconnaissable grâce à leurs soli, tremoli et tapping, présents à outrance.

1. Creature (2009 - Victory Records) 38 minutes pour 10 chansons

Un niveau technique impressionnant pour un groupe aussi jeune. Une maîtrise des breakdowns parfaitement alliée avec des mélodies somptueuses. Tout ça avec une excellente production. De solides bases pour la suite. Un « album-monstre ».

Deathcore ultra-technique, progressif et mélodiquement surexcité.

A écouter : "Dig A Ditch"


2. Invade (2010 - Victory Records) 41 minutes pour 11 chansons

Malgré un changement de line-up, reste dans la veine de Creature, en plus poussé. Plus calme côté soli, moins violent niveau breakdown, mais plus aérien, mélodique et mature. En revanche, le son est beaucoup plus lourd, lié encore une fois à une très bonne production. Un « Creature amélioré ».

Deathcore technico-mélodique.

A écouter : "Roads"


3.  Elite (2013 - E1 Entertainment) 39 minutes pour 11 chansons

Passage à un seul guitariste. Changement de label et incorporation du djent et des sonorités jeux vidéo. Beaucoup de nouveautés extérieures, mais en interne ça reste du WTR, carré, millimétré, technique, mélodique et déstructuré, mais avec un peu trop de superflu. Production quelque peu « synthétique ». Un petit tournant dans leur discographie.

Deathcore technico-progressif.

A écouter : "Feeding Frenzy"


4.  Phenomena (2014 - E1 Entertainment) 47 minutes pour 11 chansons

Line-up inchangé, ce qui facilite la constance. C’est un Elite 2.0, bonne continuité, mais avec moins de fioritures inutiles et une basse beaucoup plus présente. Album le plus long, le plus abouti et donc celui de la maturité pour Within The Ruins.

Deathcore technico-progressif mélodieusement geek.

A écouter : "Enigma"


Appréciation générale des web-chroniqueurs (français)

Creature : 7.2/10
Invade : 6.4/10
Elite : 7.2/10
Phenomena : 7.3/10


On pourrait dire que la discographie de Within The Ruins est coupée en deux, avec un avant- et un post-Elite. Cela est sûrement dû à un remaniement conséquent au sein du groupe, même si les deux membres fondateurs sont restés, dont la tête pensante Joe Cocchi, désormais seul guitariste. Paradoxalement, c’est à partir de ce moment que le son du groupe est devenu plus lourd. WTR a su garder son style reconnaissable depuis Creature et l’a perfectionné d’année en année.










©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5