After The Burial, Born Of Osiris, Veil Of Maya, Within The Ruins : objectif maturité atteint ?



 


II. Born Of Osiris



Photo_1_h_w


Le groupe se forme dans l’Illinois en 2003, mais mettra du temps avant d’adopter définitivement son nom actuel. Passant de DiminisheD (2003-2004) à Your Heart Engraved (2004-2006), puis Rosecrance (2006-2007), il est passé successivement du metalcore au deathcore, puis du deathcore au deathcore progressif, avant de commencer à inclure petit à petit du djent dans ses sonorité déjà particulières et reconnaissables grâce à son clavier. Ce dernier donne un côté symphonique appréciable dans un deathcore actuel beaucoup trop pauvre en termes d’originalité.

C’est donc sous la liquette égypto-mythologique de Born Of Osiris et par l’intermédiaire de The New Reign que le groupe se fait connaître et explose aux yeux de tous, comme une nouvelle touche de fraîcheur dans le monde du deathcore de par son clavier mélodieux et aux ambiances mystiques. Le fait de signer chez Sumerian Records
n’est évidemment pas étranger à ce succès fulgurant.

1. The New Reign (2007 - Sumerian Records) 21 minutes pour 8 chansons

Un premier album à la thématique égyptienne de façade. Un clavier très présent, des breaks et des mosh-parts à tout va. Malheureusement, un album à l’image de ses chansons : beaucoup trop court.

Deathcore mélodique et symphonique.

A écouter : "Open Arms To Damnation"

2. A Higher Place (2009 - Sumercian Records) 34 minutes pour 13 chansons

Deuxième album qui reprend les bases de son prédécesseur, mais les accentue au possible. Des compositions rentre-dedans avec une brutalité et une puissance qui prédominent. Beaucoup de chansons, mais on reste sur des durées courtes.

Brutal deathcore technique et quelque peu symphonique.

A écouter : "Thrive"


3. The Discovery (2011 - Sumerian Records) 53 minutes pour 15 chansons

Les prémices de Tommorow We Die Alive, avec l’apparition d la guitare sept cordes.
Plus aéré, le groupe entre dans la maturité et touche au progressif avec des titres plus longs, mais garde toujours ses guitares « mitraillettes » et ses ambiances au clavier qui lui sont propres.

Deathcore progressif symphonique.

A écouter : "Recreate"


4. Tommorow We Die Alive (2013 - Sumerian Records) 42 minutes pour 11 chansons

Album de la maturité. Confirmation de The Discovery, avec un gros apport et une forte assimilation du djent, suite à la déferlante de ce dernier dans le monde metalcore/deathcore. Effet « Sumerian » qui se ressent du côté des voix, ainsi que l’électro présent en masse.


Deathcore moderne progressif du futur.

A écouter : "Machine"

Appréciation générale des web-chroniqueurs (français)

The New Reign : 6.8/10

A Higher Place : 7.4/10

The Discovery : 8.2/10

Tommorow We Die Alive : 7.2/10


Born Of Osiris a donc subi une évolution constante, reprenant ses leitmotivs à travers chaque album (clavier très présent, breakdowns assassins), mais en améliorant un peu le contour au fur et à mesure. Ce qui marque le plus, c’est le son de plus en plus propre (voire un peu trop ?) que réussit à renvoyer le groupe. La production est impeccable sur le dernier, ce qui génère plus de puissance et permet de mieux apprécier les mélodies désormais cultes que le groupe arrive à créer.









©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1