After The Burial, Born Of Osiris, Veil Of Maya, Within The Ruins : objectif maturité atteint ?



 


I. After The Burial



Photo_1_h_w


Le combo se crée dans le Minnesota en 2004 et possède cette particularité d’avoir commencé directement avec des guitares huit cordes (devenues mythiques pour leurs couleurs particulièrement flashy, verte et rouge fluo en ce qui concerne Justin Lowe), pour un son et une technique de malade. Il faut attendre Rareform, leur deuxième album (le meilleur pour beaucoup d’entre nous) pour les voir signer chez Sumerian Records et cela s’en ressent au niveau de la qualité des compositions. En tout cas, le groupe affiche sa facilité à manier le manche et à délivrer des polyrythmies quand bon lui semble, surtout depuis qu’il a commencé à assimiler le djent dans ses compositions, mais sans en faire trop et céder à la mode sans réfléchir.


1. Forging A Future Self (2007 - CorrosiveRecordings) - 31 minutes pour 9 chansons

Le talent et la technique sont là, indéniablement. Mais ils ne sont pas encore bien exploités, les compositions sont quelque peu brouillonnes, bien que certaines mélodies restent gravées, et que certains breakdowns décapent. Le mixage est, quant à lui, tout bonnement atroce, ce qui n’aide pas.

Deathcore technique à tendance barrée.

A écouter : "Redeeming The Wretched"

2. Rareform (2008 - Sumerian Records) 35 minutes pour 8 chansons

Changement de label. Album de la confirmation, désormais culte, dans lequel sont présents de nombreux tubes. Pas de grosses prises de risque cela dit, mais des riffs mélodiques efficaces et des breakdowns épileptiques à foison. « Re-issue » l’année suivante avec le nouveau chanteur.

Deathcore mélodico-technique à tendance progressive.

A écouter : au choix parmi les tueries "Aspiration", "Cursing Akenaten" et "A Vicious Reforming Of Features".

3. In Dreams (2010 - Sumerian Records) 35 minutes pour 8 chansons

Apparition du djent. Présence de voix claires pour quelques refrains qui laissent à désirer, et d’un côté un peu plus expérimental, moins technique, moins mélodique, moins progressif. Moins After The Burial. Petit changement de cap sans conséquence. Il en faut pour se remettre dans le droit chemin.

Deathcore djenty à voix claire.

A écouter : "Bread Crumbs And White Stones"

4. Wolves Within (2013 - Sumerian Records) 41minutes pour 9 chansons

Album de la maturité. Retour aux sources de Rareform, mais en plus poussé. Dépassant pour la première fois les quarante minutes, il nous livre une musique que l’on peut qualifier « d’intelligente », car extrêmement progressive, tirant parfois un tantinet vers le jazz. Pas de réelles fausses notes.

Deathcore progressif et technique à tendance djent.

A écouter : "Pennyweight"

Appréciation générale des web-chroniqueurs (français)

Forging A Future Self : 4.7/10

Rareform : 6.8/10

In Dreams : 7.5/10

Wolves Within : 6.8/10

After The Burial a eu la chance et la particularité de pouvoir s’appuyer sur la cohérence de son line-up depuis sa création, excepté le chanteur Anthony Notarmaso, arrivé en 2009. C’est un atout majeur pour son évolution et il peut toujours compter sur son guitariste et homme fort, Justin Lowe, qui gère de mieux en mieux les compositions et la programmation. Malgré son appartenance à Sumerian Records, le groupe a rendu sa musique de plus en plus sérieuse et intelligente, et n’est pas tombé dans le piège de la facilité en la rendant nécessairement accessible à tout le monde.








©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4