Une brève histoire du metal noir



 


Conclusion



Pour finir cette anthologie du black qui aura passé sous silence trop de groupes (rassurant pour le novice qui peut se convaincre qu'il aura encore plein de découvertes à faire dans son coin), voici une liste de ses limitations et quelques réflexions sur le genre. L'orientation de ce dossier a été plus pur black metal et a certainement omis les genres confinant plus au death, folk ou symphonique. Sur ce point, libre à vous lecteurs de farfouiller le site pour plus de références, ou ailleurs pour compléter plus en avant. De cette Histoire générale du black metal on peut retenir que celui-ci aura mis plusieurs années avant de réellement se développer, se définir. Ses 10 premières années d'existence n'auront été qu'une longue gestation hors de la lumière avec quelques pionniers dont la musique ne correspond plus à la définition moderne du black metal acquise quelques années plus tard au début des années 90. S'il en était besoin, voilà un signe que le genre, tout autant dans le rejet qu'il vive, a su/dû évoluer tout autant que n'importe quel autre courant du metal.

A mettre dans les carnets également, de ce genre si fermé sur lui-même, adorateur du passé et des traditions, sera né un monde complet qui, sans renier ou travestir l'essence même du genre, aura fini par embrasser sans complexe tout ce que la musique a à lui proposer. Alors qu'initialement il devait être un style de vie, une ligne de conduite permanente de ses pratiquants, une expérience quasi-religieuse du coup, aussi ironique que cela soit, il a su s'émanciper de cette assertion post-adolescente incompatible avec une existence faite d'aller au travail et faire les courses pour vivre. Position intenable qui a pris en tenaille les musiciens pendant longtemps, et qui les prend toujours en tenaille, il est désormais admis de parler de black metal comme de musique, et de musique qui n'hésite pas à s'inspirer de tout. Et c'est probablement le principal enseignement à retirer de tout cela. Black metal oui, mais pas seulement.


Photo_1_612h_500w

« Euronymous, pas le père du black metal, mais le parrain de son explosion »







©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5