Une brève histoire du metal noir



 


Les grands débuts



Cette date de 1982 est dans l'Histoire mais pourtant elle tient plus à une blague qu'à autre chose. Cette année-là, Venom pousse le bouchon encore plus loin, en jouant encore plus vite. Il inspirera d'ailleurs de nombreux groupes de thrash naissants, mais surtout, il donnera un nom à son album désormais entré dans les dictionnaires : Black Metal
En plus, intelligents qu'ils sont, le titre est accompagné d'une pochette massue, une magnifique tête de bouc. Noir et blanc évidemment. BAM :


Photo_1_396h_396w

« Ai-je l'air beau et légendaire ? Qu'importe, car c'est bien ce que je suis »

C'est le début de l'onde de choc qui sévit de nos jours encore. Le plus marrant dans l'histoire est que Venom n'est absolument pas sataniste et a une vision de la musique tout à fait classique mis à part qu'il joue plus vite. Mais les meilleures blagues ne sont-elles pas les plus fortuites ? Indéniablement oui dans le cas qui nous intéresse. L'explosion initiale va trouver écho d'abord en Suisse alémanique où Tom G. Warrior décide de monter son groupe, ultra primitif et responsable d'un seul album/Ep : Hellhammer. La Suède est aussi infectée puisque l'année suivante, c'est au tour de Bathory de se fonder autour du maître à penser Quorthon, 16 ans au compteur alors. La vague se déplace aussi en Norvège avec Mayhem dont les germes sortent de terre en 1984. 

Le nom est là, mais il lui manque la musique. Hellhammer apporte en 1983 avec Apocalyptic Raids un début de réponse avec du proto black au son exécrable et aux compositions misérables, sorte de thrash primitif mais à l'ambiance glauquissime. L'album se récoltera des taules aux 4 coins de la Terre. 


Photo_2_400h_405w

« Je suis une taule »

Ca ne découragera pas Tom G. Warrior pour autant qui, même s'il enterre Hellhammer dès 1984, donnera naissance à Celtic Frost avec le même line-up. Cette même année, Bathory sort son premier album. Là, les jalons sont plus fermement posés et le black metal est enfin né. Voix râclée, guitares grésillantes et répétitives, batterie agressive le tout enrobé d'une intro inquiétante. L'air de rien, on a tout le black metal résumé ici. Bien sûr, le genre prendra d'autres formes par la suite, mais ce 1er album définit le genre avec sa naïveté énorme et son innocence totalement à côté de la plaque.

Photo_3_300h_300w

« Noir ? Noir ? Oui, et c'est la 1ère fois »

1985 voit les sorties du 2e album de Bathory, fort justement nommé The Return… dans la droite ligne de l'album initial ainsi que le 1er effort de Celtic Frost avec To Mega Therion dans un genre de thrash inquiétant qui restera rattaché au black metal en grande partie pour le passé de Tom G. Warrior avec Hellhammer, et son maquillage, car musicalement, il est difficile de ranger Celtic Frost comme étant du black. 

Photo_4_358h_348w

« On a tous eu une jeunesse difficile »

Pour l'instant, la vague semble se former et gentiment monter car des formations comme Tormentor naissent en Hongrie en 1986, comportant un certain Attila Csihar au chant. Black Death voit aussi le jour en Norvège pour muer plus tard en un des gros piliers du style. Le black metal se répand mais n'est encore qu'une affaire de fins connaisseurs presque avant-gardistes de l'underground. La Suisse se repointe sur l'échiquier puisque Samael prend officiellement forme.

1987 marque une petite révolution dans l'Histoire du genre car cette année représente sa 1ère sortie artistiquement majeure. En effet Quorthon (R.I.P.) sort avec Bathory Under the Sign of the Black Mark et il se révèle être une réussite. Des riffs excellents, une atmosphère toujours inquiétante, des refrains (aaah "Woman of Dark Desire" !) et cette persistence des guitares grésillantes avec le chant égorgé (là les bases du style sont vraiment posées à ce niveau). 

Photo_5_400h_400w

« Prosternez-vous ! Je suis le 1er indispensable du genre !  »

Un indispensable tout simplement. En parallèle Mayhem avec Maniac au chant (plus pour très longtemps) sort son premier EP Deathcrush, bouillon brouillon de violence crue mi-black, mi-death. Pendant ce temps, Arcturus se forme avec déjà Hellhammer derrière les fûts, Black Death devient Darkthrone et continue à jouer du death metal. D'ailleurs la mode est plus au death metal naissant à cette époque, ce qui explique le manque d'exposition du black dans les années 80. En fait, la fin des années 80 n'apportera plus grand chose de nouveau si ce n'est l'arrivée de Dead au chant et Hellhammer à la batterie dans les rangs de Mayhem, et le retrait progressif de Bathory des forces vives du black metal puisque son Blood Fire Death de 1988 amorce le virage viking. L'illuminé Christian Vikernes fonde Burzum en 1989 toutefois, toujours en Norvège. Il faudra attendre l'aube des années 90 pour que les choses sérieuses commencent. 

Les indispensables de l'époque :


Venom - Black Metaaaaaaaaaaaaaaaal !!!!
Hellhammer - Triumph of Death
Bathory - Hades
Bathory - Woman of Dark Desires







©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5