Death-metal : les hérétiques



 


Contexte



De nos jours, il ne paraît pas dingue qu’un groupe de brutal death utilise des claviers ou que l’on mélange allègrement du néo-folk acoustique avec du black metal. Les groupes à chanteuses sont légion, et si certains combos utilisent des sonorités technos, personne n’écarquille les yeux.

Figurez-vous qu’il se trouve, et les moins jeunes de nos lecteurs s’en rappelleront, que dans les années 80 et même au début des années 90, ce genre de mélanges n’allait pas de soi ! Pour résumer : si un groupe mettait des claviers dans sa musique, il risquait de passer pour une bande de poseurs efféminés, de « false » métalleux  (d’aucuns se souviendront peut-être d’un échange virulent par interviews interposées entre les « ultra-orthodoxes » de Darkthrone et les Américains de Nocturnus, l’un des pionniers dont nous parlerons plus bas).

Bref, les claviers et autres éléments symphoniques (très rares) étaient réservés aux groupes considérés comme « commerciaux », type Bon Jovi ou Def Leppard. Triste.
Heureusement, n’écoutant que l’appel des muses et se moquant éperdument des étiquettes, quelques groupes ont fait avancer le schmilblick…

Intro et mise en garde…

Ce petit dossier va tâcher de remonter le temps et de se situer dans les années 1989-1993, charnières quant à l’évolution de la musique extrême. C’est en effet à cette époque que commencent à surgir des groupes iconoclastes, qui n’hésitent pas à sortir des sentiers battus pour travailler au décloisonnement des genres et à la création de mélanges ô combien riches et envoûtants. Ces mélanges concernent autant le death que le black-metal, mais nous allons nous intéresser ici au premier nommé (une étude similaire pourrait également être menée sur le black).

Le présent dossier ne se veut ni un exercice de puriste, ni quelque chose d’exhaustif. Il s’agit simplement de décrire quelques œuvres clés qui ont donné une profondeur nouvelle au death-metal et amené la scène actuelle. Le terme « death atmosphérique » est à prendre au sens large : il s’agit comme son nom l’indique d’une musique de base death mais à laquelle des musiciens inspirés (ou essayant de l’être tout au moins !) ont tâché d’ajouter une… atmosphère.
Sans chercher à mettre les groupes dans de petites cases, on peut néanmoins identifier différents types d’ambiances. On pourra par exemple distinguer :

        - Les groupes influencés par la musique gothique, indus, ambient ou symphonique 
        - Les formations qui restent en tout point fidèles au metal, mais qui enrichissent leur musique de claviers et
                de sonorités plus classiques (heavy/power metal, prog…)
        - Les inclassables qui résistent à toute tentative d’étiquetage 

Il est clair que certains groupes peuvent apparaître dans plusieurs catégories, soit par leur évolution, soit par la diversité de sons d’un même album.
Mais avant de nous pencher un peu plus en détail sur ces diverses influences, honneur à l’Ancêtre…



Photo_dm1_319h_434w








©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4