991

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-L. CHUCK D.
(chant)

-Nils
(guitare)

-Ludo
(guitare)

-Deathmet
(basse)

-Jérôme
(batterie)

TRACKLIST

1)Kingdom Of Hate
2)G.O.D.
3)Soulless Man
4)Invasion From Earth

DISCOGRAPHIE


Carnal Lust - Rebirth In Hate
(2004) - brutal death - Label : Diamond Prod



Formé en 1998 dans la banlieue parisienne, Carnal Lust offre au public sa première démo Human Die dans la pure tradition punk et death metal. Le style s’affine encore et en 2001 la démo Prepare Your Soul se veut plus que correcte. Aujourd’hui, après le premier album Whore Of Violence qui a permis en 2003 de tourner dans les quatre coins de la France, le nouveau mini CD Rebirth In Hate débarque avec un nouveau chanteur. Rebirth In Hate est un bon compte-rendu de ce que sera Carnal Lust dans le futur: un groupe capable de perpétuer un vieux death/punk gras à la production style 90’.

Guitares thrash et lourdes ainsi que chant profond et sale en avant, Carnal Lust se donne les moyens de raviver la nostalgie chez pas mal d’auditeurs. On entendrait parfois du Nile, du Cannibal Corpse, du Brutus, enfin, pas mal de combos empruntant déjà ce chemin boueux et crade. Les influences punk se font sentir dans certains riffs et rythmiques bien étudiés, comme sur le premier titre "Kingdom Of Hate". Le chant aussi dans ces moments sort des cavernes pour cracher quelques jurons punk. Quelques soli bien ressentis viennent agrémenter voire aérer le très insistant et pesant "G.O.D".

La technique et le feeling sont bien là, et ces quelques interventions partielles prouvent bien que le groupe n’a pas que ça à faire de démontrer qu’il sait bouger les doigts sur un manche. Le titre "Soulless Man" dévoile une facette plus thrash/black avec des guitares qui font plus « mur » et des breaks parfaitement étudiés plaçant une bonne mélodie de base. Je dois saluer le break situé une minute avant la fin, annonçant une dernière montée en puissance. Le chant de L. CHUCK D. donne sur ce titre une impression de profondeur gutturale très sympathique, un peu comme si le micro s’était trouvé au fond de sa gorge pendant l’enregistrement.


Un peu moins d’un quart d’heure de musique se trouve sur ce mini CD avec quatre titres qui en disent déjà bien assez long sur le potentiel et la puissance de Carnal Lust. Bon, c’est vrai qu’on ne révolutionne rien, et ceux qui sont un peu lasses de ce type de produits n’auront qu’à passer leur chemin. Les autres, fans d’extrême musclé, de death martelé et de vocaux à la Glen Benton en mâle seront très satisfaits de ce Rebirth In Hate.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6