985

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 9/20

LINE UP

-George "Corpsegrinder" Fisher
(chant)

-Jack Owen
(guitare)

-Pat O'Brien
(guitare)

-Paul Mazurkiewicz
(batterie)

-Alex Webster
(basse)

TRACKLIST

1)Pounded Into Dust
2)Dead Human Collection
3)Unleashing The Bloodthirsty
4)The Spine Splitter
5)Ecstasy In Decay
6)Raped By The Beast
7)Coffinfeeder
8)Hacksaw Decapitation
9)Blowtorch Slaughter
10)Sickening Metamorphosis
11)Condemned To Agony

DISCOGRAPHIE


Cannibal Corpse - Bloodthirst
(1999) - death metal - Label : Metal Blade Records



Cannibal Corpse revient rapidement à la charge après le génial Gallery Of Suicide. Inutile de dire qu'après avoir enfin trouvé la combinaison optimale entre brutalité et musicalité, on attendait de son successeur qu'il aille encore plus loin dans la créativité et la prise de risque. Non, les fans risqueraient de démissionner en masse, car ce qu'ils attendent de Cannibal Corpse, c'est du gore brutal avant tout, pas des ambiances flippantes et morbides à tous les étages. D'où une sacrée déception avec Bloodthirst puisque le groupe choisit la facilité en se reposant sur les acquis de Gallery Of Suicide, tout en satisfaisant la demande des fans.

Au niveau de la production, en s'adjoignant les services du célèbre Colin Richardson, Cannibal Corpse entend bien grossir un peu plus les rangs de ses fidèles, le son est énorme et d'une clarté sans précédent. N'étant pas un fan absolu du style traditionnel et primitif de Cannibal Corpse, je ne pouvais qu'être frustré de ce revirement. Il faut se faire une raison, Gallery Of Suicide fera à jamais figure d'OVNI dans la discographie des floridiens. Le classique Butchered At Birth, élu meilleur album du groupe par les fans sur le site officiel, m'ennuie terriblement au bout de trois ou quatre chansons, à cause d'une pauvreté musicale et technique qui défient toute concurrence. C'est gore, ça bastonne bien, on a bien envie de secouer la tête comme un abruti, mais c'est tout.

Bloodthirst est un peu le cul entre deux chaises, puisque certains titres restent dans la lignée des tueries de Gallery Of Suicide ("Pounded Into Dust", l'excellent "Blowtorch Slaughter") et d'autres semblent revenir (hélas, je dois dire) vers le style pas très futé de Butchered At Birth ("The Spine Splitter"). "Blowtorch Slaughter" est bien le seul « hit » de l'album à vrai dire, le seul morceau que l'on peut qualifier de futur classique : accessible et brutal, il va droit à l'essentiel grâce à un refrain terriblement accrocheur et des couplets sur lesquels George "Corpsegrinder" Fisher nous crache ses paroles gore avec un sens du rythme très rare dans le death. Il ne se contente pas de gueuler pour gueuler, non il gueule en symbiose avec la brutalité des riffs et les rythmes carnassiers de la batterie, le tout formant un massacre à la tronçonneuse d'une efficacité comme rarement on peut en rencontrer dans le milieu du death.

On retrouve quand même les sonorités mélodiques de Gallery Of Suicide ici comme sur le raté "Unleashing The Bloodthirsty" ou sur les tentatives foireuses d'ambiances flippantes sur "Ecstasy In Decay". Il faut bien avouer que l'inspiration ne suit pas toujours, c'est brutal, ça joue très vite et c'est tout. Techniquement, Cannibal Corpse est à son meilleur niveau, l'arrivée de Pat O'Brien (ex-Nevermore) depuis Gallery Of Suicide a permis au groupe de franchir un palier supplémentaire au niveau de la maîtrise des instruments de chacun. D'ailleurs, au niveau des guitares, on dirait bien que les mecs de Cannibal cherchent à mettre en valeur à tout prix leurs acquis techniques, avec des riffs d'une technicité redoutable alliés à une absence totale de finesse, ce qui rend indigeste bien des passages de cet album.

Trop de précipitation peut-être pour composer ce disque. Il faut dire aussi que le succès de Cannibal Corpse devient de plus en plus important, et difficile pour eux de ne pas céder à la pression. Surtout après avoir trouvé LA formule magique avec Gallery Of Suicide, la tentation de refaire un disque qui pourrait avoir le même impact était grande. Toujours est-il qu'on s'ennuie, Bloodthirst a complètement balayé l'espoir de voir Cannibal Corpse devenir un groupe de death créatif, c'était peut-être trop en attendre du groupe. Jusque là, Cannibal Corpse avait toujours progressé d'album en album, et Bloodthirst symbolise la fin de cette ascension.


Maintenant, le groupe en est arrivé à un point où la poursuite de leurs activités les oblige inconsciemment à tourner en rond. Cruel dilemme pour les groupes de death brutal, personne n'y a échappé, que ce soit les Deicide, Obituary, Six Feet Under ou même Morbid Angel pour citer les plus connus. Et c'est bien pour ça d'ailleurs que le death metal va amorcer une lente mais réelle baisse de popularité au début des années 2000, afin de laisser la place au black metal tendance orchestrale et au death mélodique. Pour les groupes de death, il ne leur reste plus qu'à s'appliquer pour leur prochain album, ce que Cannibal Corpse fera avec Gore Obsessed, un album qui ne révolutionnera rien du tout mais qui aura le mérite d'être plus convainquant que Bloodthirst.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4