981

CHRONIQUE PAR ...

21
Wineyard
Cette chronique a été mise en ligne le 28 septembre 2007
Sa note : 13/20

LINE UP

-Lord L Moloch
(chant)

-Lord Gondebaud (guitare+instruments folk)

TRACKLIST

1)Our Beloved Country
2)Vae Victis
3)Gloria Burgundia
4)The Victorious March
5)Acknowledge And Mysteries
6)When The Golden Fleece Blazed
7)Call Of My Ancestors

DISCOGRAPHIE


Astaarth - Gloria Burgundia
(2007) - black metal folk Pagan Folk Black - Label : Blood Fire Death Production



Gloria Burgundia se veut une ode black païenne en hommage à cette terre bourguignonne où les deux Lords d'Astaarth ont vu le jour. Et l'hommage rendu incite à la fête arrosée par des airs folkloriques et médiévaux usant d'instruments allant de la guimbarde à l'accordéon, en passant bien entendu par la guitare. Astaarth est bel et bien un groupe de black folk français, mais l'on dit souvent que nul n'est prophète en son pays...

Premier constat : la voix est assez destabilisante de prime abord, et quelque peu criarde sur le titre d'ouverture "Our Beloved Country", d'autant que l'on ne s'y attend pas après une telle intro faite de bruit de champ de bataille. S'améliore-t-elle par la suite ou bien s'y habitue-t-on ?...Bonne question, mais le fait est que l'on arrive assez bien sur la durée à faire abstraction de la tessiture particulière de la voix black, jusqu'à finalement assimiler qu'elle fait très bien partie du décor. La voix claire en revanche est la plupart du temps fausse, mais elle reste opportunément peu présente. Enfin, il est clair que la partie vocale n'est pas l'élément prépondérant de la musique d'Astaarth qui gagnerait probablement à s'y plonger un peu.

Non, l'un des véritables intérêts du groupe réside plutôt dans la diversité des instruments, folks ou non, utilisés tout au long des ambiances de l'album par Lord Gondebaut et ses guests. Outre la guitare acoustique et électrique, on joue de la 12 cordes, du banjo, de la batterie, des claviers, de la flûte, du tambourin, de la vièle, de l'epinette, de la guimbarde, de la cuiller, de l'accordéon, de la cornemuse, du violon.... Les passages folks sont dans la majorité plutôt bien amenés et plaisants, écrits pour être festifs et engager à se repaître des plaisirs liquides bourguignons. On pourra sentir paradoxalement une influence celte sur "Gloria Burgundia", titre éponyme de l'opus, le banjo et la cornemuse participant au même titre que l'air à ce sentiment.

L'autre intérêt évident réside dans la dimension épique de l'album magnifiée par la présence des choeurs et des alternances de plans violents/ballade folk, sur "Acknowledge And Mysteries" par exemple (titre qui finit malheureusement avec un air de beuveries contemporaine d'une troisième mi-temps de rugby...). Il est d'autant dommage pour le coup qu'à la fois la production et les mélodies manquent de puissance et d'ambition, car les efforts instrumentaux et leurs effets s'en trouvent amoindris. Les belles envolées médiévales à la Golden Dawn ne sont pas atteintes bien que les efforts dans ce sens soient louables, et les mélodies folks et enchanteresses du Morrigan's Call manquent dans cet album qui a l'air conçu sans une once de mélancolie, mais avec une grosse dose de chants à boire. « ...et je suis fier d'être bourguignon... » répété à l'envi sur la fin, fait malheureusement plus songer à l'animation vocale d'une chorale de supporter de football aviné qu'à une invitation à boire qui se voudrait folkloriquement paillarde.


Astaarth n'a pas frappé dans le mille, mais n'a pourtant pas raté la cible. Le développement musical des plans folks au milieu des plans blacks est généralement réussi, et l'épisme reste bien présent sans concéder au mercantile. Cependant, il manque quelques rythmes et parties accrocheurs qui font qu'un titre de dix minutes s'avale sans douleur, mais aussi de la constance. En fait, on pourrait faire un parallèle avec Cruachan, qui a su s'améliorer pour passer du statut amateur-prometteur à celui de maître es-folk. Astaarth n'est encore qu'en devenir... Concluons par ces sages paroles du titre d'ouverture : « ...In our vineyards grow some grapes that give a marvellous wine... », wine étant qui vous savez dans l'intimité, vous comprendrez que c'est flatteur...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3