971

CHRONIQUE PAR ...

9
Adam Weishaupt
Cette chronique a été mise en ligne le 22 septembre 2007
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Mike Vallely
(chant)

-Jason Hampton
(guitare)

-Colin Buis
(basse)

-Brendan Murphy
(batterie)

TRACKLIST

1)Come On
2)Above The Crawl
3)Switchblades & Urethane
4)Bullet
5)Burning From Inside
6)Do Or Die
7)Real Deal
8)Accuser
9)Hole In The Sky
10)Who I Am
11)Roll Tonight

DISCOGRAPHIE


Revolution Mother - Glory Bound



Mike Vallely est un skater professionnel californien connu pour sa carrure impressionnante et tout ce qui en découle : regard mauvais, ombre qui porte loin et nette propension à la castagne. Evidemment, quand quelqu’un comme ça décide de percer dans le milieu musical du coin, c’est pas pour jouer du flûtiau ni intégrer un groupe de hip hop mexicain.

Non, ce qui semble botter Mike V, c’est ce fameux mélange de punk, de hard rock et de metal situé à la croisée de chemins battus et rebattus par Black Flag, Black Label Society ou encore Pantera, pour ne citer que les plus évidents. Glory Bound, résultat de ce brassage et premier essai de la formation, est un album primitif et peu original bien qu’honnête, qui a pour seuls véritables mérites d’assumer pleinement le côté « véhicule studio prétexte à grosses tournées » et de tenir la route.

Les musiciens, par exemple, sont tous très compétents : Jason Hampton maîtrise à la perfection ce son de guitare pesant et ces riffs méchants, ingrédients de base du style ; Colin Buis reste la plupart du temps cloîtré dans les graves les plus bourdonnants (sauf sur "Roll Tonight" où il profite d’un break pour ronronner dans les aigus, de manière assez douteuse d’ailleurs), et Brendan Murphy est aussi à l’aise dans le midtempo menaçant ("Bullet", "The Accuser") que dans un registre plus enlevé ("Switchblades & Urethane", "The Real Deal"). Le chant de Vallely a ce côté écorché, coléreux et entretenu à l’alcool fort finalement très commun, qui tape juste mais ne surprend ni n’impressionne. Et l’auditeur de se demander régulièrement si tout ceci n’a pas déjà été entendu avant et ailleurs.


Si en plus tout ceci se voit bénéficier d’une production froide et sans bavures, le potentiel de surprise, de magie et d’émerveillement se voit encore plus cruellement entravé. Ce son très metal et guindé vient à bout du peu de feeling typiquement rock qui aurait pu émaner des compos et il n’y a guère que cette reprise de "Hole in the Sky" de Black Sabbath pour sortir le groovomètre de sa léthargie. Bref, en trois mots comme en cent : rien de remarquable. De Glory Bound il ne reste qu’une efficacité toute relative qui ravira les amateurs du genre les plus tolérants et les fans de jeux de skateboard.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6