936

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Erik Ljungqvist
(chant+guitare)

-L-G Jonasson
(guitare)

-Patrik Skoglöw
(basse)

-Daniel Bugno
(batterie)

TRACKLIST

1)How Long Can You Pretend?
2)A New World
3)Profit From The Weak
4)Dreams Worthy Gods
5)King Of Yesterday, Slave Of Today
6)Of Life And Death
7)Expendable Heroes
8)Inject the Machine
9)Misery
10)Broken Trust
11)Tribute To The Flesh

DISCOGRAPHIE


Arise - The Beautiful New World
(2005) - melodeath - Label : Spinefarm



Depuis 1994 et avec le temps, c'est-à-dire quelques démos et un premier album The Godly Work Of Art en 2001, Arise propose une approche toute heavy/death metal à la fois agressif et mélodique à la At The Gates ou encore In Flames. On croirait s’y perdre, dans cette jungle de groupes qui finissent par se ressembler et se rassembler, mais à force de quelques écoutes agréables, Arise sur The Beautiful New World parvient à convaincre par la fraîcheur de ses compositions et la précision des attaques de guitares.

Swedish metal oblige, les riffs se veulent ciselés, impeccables, la batterie directe sans pour autant être tout dans le rythme général, et surtout chant excellent, à la fois ultra agressif et hurlé. Bref, une belle performance de Erik Ljuqvist qui manie assez aisément les vocaux entre death/hardcore et thrash. Sur "Profit From The Weak" notamment, ceux-ci se veulent très directs, sans fioriture, et pourtant pas en décalage avec l’harmonie instrumentale. "How Long Can You Prentend" et "Expendable Heroes" sont les seuls titres sur lesquels un chant mi-clair/mi-extrême intervient. Rares mais bon. Sans vouloir dire que Arise fait dans la mélodie parce que l’on reste globalement sur du riff découpé au couteau, on retrouve dans cet ensemble agressif et techniquement rentre-dedans une sorte de ligne directrice et une cohérence au niveau des thèmes abordés.

Et des fois il ne faut pas plus que deux notes principales pour qu’un titre soit réussi ("Dreams Worthy Gods"). Les suédois ne manqueront pas non plus de prouver leur efficacité instrumentale sur "A New World", mélangé à quelques exclamations publiques bienvenues. Arise n’est pas des groupes des plus connus, mais la qualité générale de cet album ne devrait pas manquer d’inverser la tendance. Comme dit précédemment, le travail de Arise mérite quelques écoutes pour rentrer dans le jeu des guitares précises et des structures presque progressives menant à des thèmes mélodiques distincts. Un titre comme "King Of Yesterday, Slave Of Today" possède tout ce que le heavy/death inspiré et nuancé sait offrir: les passages calmes s’enchaînent à ceux marqués par le chant extrême et les riffs plus enterrés, vraiment catchy, jouant parfois simplement mais très efficacement sur les changements d’octaves.


La chose que l’on pourrait reprocher à cette formation serait que l’auditeur doit faire quelques efforts pour apprécier à sa juste valeur la musique d’un groupe qui la fait apparemment comme beaucoup l’ont déjà fait avant eux. C’est mine de rien dans les menus détails qu’il faut aller chercher la nécessaire conviction que l’on n’a pas à faire à une formation de plus, mais plutôt à un groupe qui donne tout ce qu’il a pour développer à sa manière une musique dans l’air du temps, efficace et rentre dedans. Le titre "Of Life And Death", avec ses solos à la Amorphis, représente bien le coté recherché de Arise. Bref, The Beautiful New World est un album qui saura séduire tout amateur de bon heavy death race, et encore une fois, Suède oblige, le résultat est là.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6