925

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 11/20

LINE UP

-Anne Greco
(claviers+chant)

-Alexandre Soles
(chant+claviers)

-Sébastien Massa
(guitare)

-Christophe Godbille (guitare)

-Sabrina Moise
(basse)

-Fabien Giordani
(batterie)

TRACKLIST

1)Articuler les chapitres
2)Play the Victim
3)ABC of Time
4)Les ombres de quatre murs
5)Témoins de l'aube
6)Intramedia
7)Pulse
8)My Sadness
9)Univers
10)Tracer les contours
11)As I Was a Child (bonus track)

DISCOGRAPHIE

Intramedia (2004)

Aquilon - Intramedia
(2004) - death metal dark metal - Label : Adipocère



Crée en septembre 2000 par des musiciens venant d’horizons différents, Aquilon a marqué la presse par son premier mini CD Les Ombres De Quatre Murs, du haut d’un death/dark expérimental complexe et ouvert à tout nouvel apport sonore. Intramedia est le premier album de ces Français qui souhaitent montrer que le style ne doit pas s’enfermer dans son carcan habituel, et proposer une musique plus ambitieuse mêlant guitares, claviers, chant féminin, touches électro et ambiances dark. Composé de six membres dont deux demoiselles, Aquilon possède un line-up complet, apparemment renforcé par un nouveau batteur depuis fin 2003, ajoutant une touche encore plus puissante à leur musique.

La pochette de l’album montre à elle seule la volonté du groupe de partir loin des frontières trop connues du style avec fonds noirs, glauques et finalement standards. Un peu compliqué à comprendre ce dessin, d’ailleurs. Dès les premières notes, Aquilon débarque avec des ambiances électro pour déboucher sur un métal technique, rythmique, où prédominent les parties de basses et les riffs hachés. On voit où veut en venir le groupe. Il faut tout de même quelques titres pour s’habituer à ce chant particulier pour du métal, à savoir des paroles chantées dans un français super clair mais non dans un registre mélodique à outrance. C’est comme si un chanteur de variété française se mettait au métal. Interrogations garanties… Les autres titres eux sont abordées de manière plus extrêmes avec un chant écorché.

Musicalement, Aquilon joue sur des mélodies à la fois complexes et facilement identifiables, notamment grâce aux claviers discrets mais omniprésents. Le chant de Anne Greco participe à l’harmonie ambiante. Il est clair que la volonté du groupe est de dégager dans cette complexité musicale des ambiances dark, sur "ABC Of Time" par exemple avec un refrain aux claviers couplé de chant féminin. Les guitares réalisent toujours un travail précis et mélodique. Elles gagneraient cependant à être plus puissantes, en abordant des riffs plus lourds sur certains passages. La qualité et la justesse des soli font cependant oublier ce détail. Les claviers ont la part belle sur des titres comme "Les ombres de quatre murs", où les mélodies de guitares sont soutenues par des mélodies simples mais efficaces. Le chant puissant d'Alexandre (à la Dark Tranquility) met en avant la puissance des compositions qui seraient peut-être moins charismatiques sans. "Intramedia" est le titre le plus direct et sombre de l’album, peut-être la voie que Aquilon devrait privilégier. Les atmosphères noires et langoureuses sortent clairement du chant féminin et des riffs guitaristiques.

Difficile quand même de se faire une idée précise de la musique d’Aquilon puisqu’à la fois très variée mais mélangeant les ingrédients toujours à la même sauce, avec des titres dispensables, à coté d’un Pulse doté d’une orchestration phénoménale. Le chant en Français rappelle par certains côtés Misanthrope. Enfin quelques blast beats dans ce titre, soigneusement suivis de claviers enchanteurs. Il faudra toutefois de nombreuses écoutes et une bonne dose d’ouverture d’esprit pour bien comprendre cet album. Même si certains titres tournent un peu en rond et que l’on a parfois du mal à suivre un enchaînement constant d’idées musicales pourtant très soignées, Intramedia a le mérite de proposer une version personnelle de ce qu’est le métal d’aujourd’hui.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4