921

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Alexandre Deschaumes (guitare)

-Greg Anxionnaz
(basse)

-Julien Cabrera
(guitare)

-Cyril Muller
(chant)

TRACKLIST

1)Whirling dementia
2)Dark concious gleams
3)Innermost commotion
4)Abstract inanition
5)Mind excess

DISCOGRAPHIE


Maëlstrom - Whirling Dementia
(2003) - death metal - Label : Autoproduction



Maëlstrom est un jeune groupe né en 2002 et il mérite à ce titre qu’on y jette un oreille attentive. Et j’en connais qui seraient plus heureux dans leurs vies s’ils prenaient ce réflexe, surtout en ce qui concerne Maëlstrom, avec cette démo excellemment produite nous faisant pénétrer dans une musique toute particulière, abordant et transcendant les limites du Death Melodique à la Crytopsy, du Grind Parfois, et d’un Heavy ultra technique à la Liquid Tension Experiment.

Un très bon début donc pour ces franco-suisses qui ne méritent qu’une chose : arriver dans les oreilles de beaucoup de métalleux avides de violence maîtrisée et d’ambiances Dark. L’étrange mélange de styles pourtant contradictoires se retrouvent sur cette galette, pleine de bonnes surprises même si l’ensemble reste court. Comme beaucoup de groupes actuellement, les parties de batterie sont produites par nos amies les machines, et même si cela s’entend (parfois trop carré…) l’ensemble ne perd pas en puissance d’autant plus qu’elle est très bien programmée. C’est le jeu des guitares qui surprend finalement le plus : précises, incisives, complexes, jouant dans des registres ultras variés pour un rendu hétérogène et crédible à la fois… Une maîtrise efficace et une créativité indéniable qui devrait inspirer beaucoup de musiciens. Les compositions frôlent le Death Progressif comme sur Mind Express et surtout Innermost Commotion où les deux guitares se complètent et se renforcent particulièrement efficacement.

Maëlstrom va jusqu’à intégrer des passages d’ambiance très Dark, proche de films d’horreur ou de grands groupes comme Emperor, mais ceux-là fusionnent très bien avec l’ensemble, bien violent. Le titre "Dark Conscious Gleams", plus Thrash et incisif que les autres montre la capacité de Maëlstrom à exploiter sans faille toutes les rythmiques possibles. Il s’agit d’une vraie machine de guerre, propre et incisive, tranchante et en même temps touchante. Mais attention, on sent bien que le groupe n’essaie pas de faire dans la démonstration vaine et commerciale, mais plutôt d’exploiter un talent propre et très expressif, ne s’arrêtant pas aux barrières de styles prédéfinis et standardisés. Innermost Commotion finit d’ailleurs par un délire Jazz de quelques secondes qui ferait tendre l’oreille à plus d’un blasé. L’excellent et sombre "Abstract Inanition" parvient à marier dextérité et passages plus sombres. Même au bout d’un grand nombre d’écoutes, Maëlstrom parvient encore aisément à plaire tout autant qu’à dérouter.

Ce qui est sûr également est que le chant de Cyril n’a rien à envier aux meilleurs du Death, proche de celui de Decapitated. Celui-ci est parfois alterné à un chant purement Black, purement discret et surtout présent lors des passages plus atmosphériques. Certes, les titres sont courts et le disque n'atteint qu'un quart d’heure (c'est une démo !), mais Maëlstrom est de ceux qui rendent la musique intemporelle. C’est connu… plus c’est court plus c’est fort ! (héhé). Maëlstrom dévoile avec "Whirling Dementia" un terrain musical vaste et très riche, qu’il saura j’en suis sûr, exploiter au maximum dans ses prochaines réalisations. A ranger parmi les très bons et prometteurs du genre !




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5