915

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Hansi Kürsch
(chant)

-André Olbrich
(guitare)

-Marcus Siepen
(guitare)

-Thomen Stauch
(batterie)

TRACKLIST

1)War of Wrath
2)Time Stands Still
3)Banish From Sanctuary
4)Nightfall
5)The Script for my Requiem
6)Valhalla
7)A Past & Future Secret
8)Punishment Divine
9)Mordred's Song
10)The Last Candle
11)Bright Eyes
12)Lord Of The Rings
13)I'm Alive
14)Another Holy War
15)And Then There Was Silence
16)Somewhere Far Beyond
17)The Bard's Song (In The Forest)
18)Imaginations From The Other Side
19)And The Story Ends
20)Mirror Mirror

DISCOGRAPHIE


Blind Guardian - Imaginations Through The Looking Glass (DVD)



C'est après la sortie de A Night At The Opera, et la confirmation du succès fulgurant reçu par Nightfall In Middle-Earth, que Blind Guardian s'est attelé à la préparation de son propre festival. L'opération, rarissime à l'initiative d'un seul groupe, a attiré les 13 et 14 juin 2003 pas moins de 40 000 visiteurs à Coburg, en Allemagne. Les bardes ont sauté sur l'occasion Blind Guardian Open Air et en ont profité pour enregistrer deux shows spectaculaires, dont Imaginations Through The Looking Glass, sorti un an plus tard, est la trace digitale versatile.

Voilà pour la petite histoire. On comprend alors pourquoi le groupe a mis les petits plats dans les grands, en adjoignant à leur prestation scénique nombre d'effets spéciaux, pyrotechniques, feux d'artifice et tutti quanti. Bien sûr, le principal reste la musique, et les a-côtés, loin d'inonder inutilement sous les gadgets la performance du groupe, la souligne au contraire, et donne ainsi l'impression d'assister à un vrai spectacle, conçu et pensé de bout en bout. La musique fait le reste, étant comme à l'accoutumée en live chez Blind Guardian plus heavy et directe qu'en studio. Exit donc les orchestrations grandiloquentes et les choeurs massifs, seule demeure ici la substantifique moëlle des morceaux. Les extraits de Nightfall In Middle-Earth et de A Night At The Opera, principalement, ont donc été quelque peu revus et corrigés pour passer le cap de la scène.

Pour autant, et sans grande surprise de ce côté, ce sera l'album Imaginations From The Other Side qui sera le plus représenté, avec pas moins de huit extraits sur les neuf que compte l'album. On connaissait déjà l'engouement que suscite sur le public les "Mordred's Song", "The Script For My Requiem", ou autre "And The Story Ends", classiques parmi les classiques, mais ce sont surtout "I'm Alive" et "Another Holy War", plus rarement joués, qui surprennent. Ces morceaux diablement heavy, joués l'un derrière l'autre, sont une vraie baffe au public de Coburg, qui a de surcroît relâché sa tension après la doucerette "Lord Of The Rings". Un effet dévastateur! D'autant que Hansi, pas très en place au début du (des?) show, délivre ici une performance remarquable. Bien sûr, parmi les relectures des morceaux, figure en bonne place l'agencement des vocaux: Hansi chante souvent ses lignes d'une octave plus bas que sur album, sans quoi la durée des concerts se réduirait probablement de façon considérable. Mais les refrains de ces deux tueries y gagnent ainsi en efficacité.

L'autre grosse surprise de ce DVD est la présence du grandissime "And Then There Was Silence", LE gros morceau du dernier album, et probablement de toute la carrière de Blind Guardian. Pas évident de retranscrire sur scène le quart d'heure symphonico-progressif tonitruant, surtout une fois dépouillé des orchestrations. Pourtant, en dépit de quelques approximations çà et là - le contraire eut été phénoménal, étant donné sa complexité - l'esprit de la chanson est conservé, notamment grâce à l'apport du public en choriste de luxe, et surtout grâce au jeu du claviériste Andreas Kück, dont les interventions se font plus décisives que jamais. Mieux encore, cette version épurée de "And Then There Was Silence" permet après coup de réaliser davantage la magnificence et la profondeur des nombreux plans qui la composent. Bref, une franche réussite. Et voila t'y pas que juste après, c'est "Somewhere Far Beyond" qui déboule, autre morceau épique souvent oublié du live. Son refrain et son break à la cornemuse demeurent des modèles du genre, et le batteur Thomen Stauch y fait montre de sa créativité.

Bien sûr, les classiques sont là: "A Past And Future Secret", "Valhalla" (réclamé à corps et à cri par le public, et pas qu'une fois), "Imaginations From The Other Side", toujours aussi envoûtant, "Mirror, Mirror" en bonne outro, et bien sur notre "Bard's Song". La communion avec le public lors de ce morceau a quelque chose de réellement touchant. Pour les pointilleux, qui regretteraient l'absence de "Into The Storm" (il est vrai que c'est "Time Stands Still" qui, curieusement, ouvre le bal), ou "Majesty", le groupe a eu le bon goût de prévoir un DVD bonus sur lequel figurent en bonne place ces titres, ainsi que "Lost In The Twilight Hall" et "Welcome To Dying", avec une mise en son des plus brutes et agressives. Le reste est composé d'une interview plus ou moins intéressante et des commentaires du groupe au complet sur l'organisation du festival. Soit pas grand chose d'intéressant en somme.

Quant aux musiciens, on les sent bien au point, très préparés, et les pains se font rares. André Olbrich et Marcus Siepen sont au top de leur forme, conciliant riffs carrés, leads aériens et soli mélodiques tout en assurant les choeurs. On regrettera peut-être un trop grande statisme, surtout concernant Hansi; il semblerait qu'il ne se soit toujours pas totalement fait à la relègation de sa basse à Oliver Holtzwarth, adoptant volontiers une position centrale pour chanter, et pas toujours à l'aise dans ses positions. Pour la forme, soulignons aussi quelques cadrages hésitants et un montage épileptique, où il est parfois ardu de suivre les images. Le son ne semble aucunement trafiqué en studio, si ce n'est pour réhausser les parties de claviers et les backings, étonnamment audibles. Mais il y a de quoi se réjouir, car Blind Guardian ne nous a pas fourni un produit au rabais, et célèbre de fort belle manière ses presque vingt ans d'existence. Un must-have pour les fans, vous l'intuitez. Option 5.1 disponible.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3