913

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Hansi Kürsch
(chant+basse)

-André Olbrich
(guitare)

-Marcus Siepen
(guitare)

-Thomen Stauch
(batterie)

TRACKLIST

1)Mr. Sandman
2)Surfin' U.S.A.
3)Bright Eyes
4)Lord of the Rings
5)The Wizard
6)Spread Your Wings
7)Mordred's Song
8)Black Chamber
9)Bard's Song [Live]
10)Barbara Ann/Long Tall Sally
11)Past and Future Secret
12)To France
13)Theatre of Pain

DISCOGRAPHIE


Blind Guardian - The Forgotten Tales
(1996) - heavy metal inclassable - Label : Virgin



Voilà l’OVNI de la discographie du groupe. Pas vraiment un best-of, pas vraiment un album de reprises, The Forgotten Tales est un recueil de morceaux atypiques, qui mettent surtout en valeur le côté fun, doux et jovial de Blind Guardian. On y trouvera pêle-mêle des reprises décalées, des relectures acoustiques de morceaux antérieurs, du live, de l’instrumental… Le disque qui a permis aux quatre de Krefeld d’être distribués en France ne peut pas être considéré comme un album à part entière, mais il comporte suffisamment de bons moments pour ravir les fans.

Cela commence avec un "Mr Sandman" énervé, une reprise improbable d’un tube des années 1950 interprété à l’origine par les Chordettes, le single qui a annoncé l’album, que les bardes ont speedé pour l’occasion. Dans le même esprit, le célèbre "Surfin’ USA" des Beach Boys prend ici un sacré coup de jeune, avec la voix heavy de Hansi et un solo terrible d’André; n’y voyez surtout pas une manière de tourner en dérision ces classiques, au contraire! Blind Guardian rend hommage et se fait plaisir. La démarche est différente. Pour le coup, ces morceaux sont beaucoup plus faciles d’accès, plus directs, et ma foi cela a son charme. Idem pour le medley "Barbara Ann/Long Tall Sally", forcément plus rock n’ roll que metal, interprété par le producteur/choriste Kalle Trap. Notez bien qu’avec la reprise aux accents celtiques du "To France" de Mike Oldfield, joliment exécutée d’ailleurs, ces morceaux sont les seuls à garder un esprit rock; tout le reste est constitué de morceaux ambiants, acoustiques et plutôt calmes.

Parmi ceux-ci, on retiendra les relectures de "Bright Eyes" et de "Mordred’s Song", deux morceaux originellement plutôt heavy tirés de l’album Imaginations From The Other Side, qui prennent une nouvelle dimension ainsi revues – si bien qu’on en viendrait presque à se demander quelles versions ont inspiré les autres! Hansi est tout bonnement phénoménal sur ces titres, alternant brillamment comme jamais son chant posé et lisse avec des envolées hargneuses magnifiques. Une sacrée performance. De même, au rayon des améliorations, la version acoustique de "Lord Of The Rings", pleine de claviers, est belle comme tout, un petit joyau de ballade, même si on regrette la disparition du solo de Marcus, qui participait pour beaucoup à la beauté du premier épisode, sur l’album Tales From The Twilight World. A côté de ce monument, la reprise de Uriah Heep "The Wizard" paraît plutôt fade, malgré des chœurs majestueux comme à l’accoutumée chez les gardiens. Les puristes auront reconnu par ailleurs la jolie et très médiévale "A Past And Future Secret", dans une version strictement identique à l’originale, ainsi que la reprise de Queen, "Spread Your Wings" qui ornait déjà l’album Somewhere Far Beyond. Si les bardes assurent musicalement sur ce dernier titre, force est de reconnaître que Hansi ne rend pas tout à fait honneur à Freddie Mercury dans ses lignes de chant… La preuve des progrès fulgurants qu’il a accomplis en l’espace de quelques années.

Pour le reste, vous trouverez une version étendue du court interlude "Black Chamber", claviers/voix, une énième représentation live du tubesque "The Bard’s Song (In The Forest)", où le public allemand supplante littéralement Hansi, ainsi qu’une revisite de "Theatre Of Pain", exclusivement instrumentale et orchestrale, forcément heroic-fantasy dans l’esprit. Mis bout à bout, tous ces titres n’ont certes pas la même portée qu’album à part entière de Blind Guardian; loin d’être de la trempe d’Imaginations From The Other Side ou de Nightfall In Middle-Earth, par exemple, The Forgotten Tales, se focalise sur un certain aspect de la musique du groupe, pas totalement représentative il est vrai, mais qui a tout du moins le mérite de démontrer les talents de mélodistes et d’interprétation du groupe allemand. Un effort idéal pour faire patienter les fans entre deux « vrais » albums, que Blind Guardian risque fortement de réitérer, puisque l’on annonce déjà la sortie prochaine d’un The Forgotten Tales Part 2. Un bon moment.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1