893

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Ozzy Osbourne
(chant)

-Tony Iommi
(guitare)

-Geezer Butler
(basse)

-Bill Ward
(batterie)

TRACKLIST

1)Black Sabbath
2)The Wizard
3)Wasp/Behind The Wall Of Sleep/Bassically/N.I.B.
4)Wicked World
5)A Bit Of Finger/Sleeping Village/Warning
6)Evil Woman

DISCOGRAPHIE


Black Sabbath - Black Sabbath (remaster 2004)



Fourvoyons-nous en clichés et stéréotypes plus stupides les uns que les autres en disant que Black Sabbath est la raison pour laquelle ce site de metal a été créé. Voici les précurseurs du genre. Fraîchement sortis de leur banlieue déshéritée, les quatre gaillards en ont gros sur la patate. Pour cela ils vont utiliser de la gratte bien grasse (pour l’époque) et des riffs tranchants (pour l’époque). Ils bousculeront ainsi à tout jamais la face de la musique dans cette époque décidément si créative et créatrice qu’était la fin des années 60, le début des années 70.

Et on se rend compte aussi que Black Sabbath a inventé sans le savoir à peu près tout le metal. Le heavy bien sûr avec tous ses codes éculés maintenant (solo de guitare notamment) mais aussi le doom (tous les groupes de doom citent Black Sabbath comme leur maître) avec la fantastique chanson éponyme "Black Sabbath" véritable hymne de doom et le black avec son imagerie sombre, bien qu’imposée par les producteurs à l’époque. La musique dans tout ça? Et bien elle tient tout à fait la route. Le niveau technique des quatre musiciens leur permet de se fendre de compositions inspirées et variées. En plus, comme il s’agit d’un premier album, le groupe a de l’inspiration à revendre et cela s’entend sur le disque puisqu’on passe d’un bon doom à du heavy sans concession sur "Black Sabbath" (la chanson). "The Wizard" fait quant à elle apercevoir un harmonica, instrument bienvenu, rafraîchissant même s’il n’en était pas besoin et remarquablement bien inséré dans la musique. Sans compter les deux pavés "Wasp" et "A Bit Of Finger".

Les riffs sont toujours excellents et possèdent un groove fameux. Franchement, il est difficile de ne pas trouver la musique du groupe entraînante voire entêtante. Tony Iommi est déjà un formidable délivreur de riffs et ne se gêne d’ailleurs pas pour nous le faire savoir. Leur quantité est tout à fait convenable pour un groupe de heavy et leur qualité l’est autrement plus! Mais une autre caractéristique forte ressort de la musique du groupe. Elle a été composée à la fin des années 60 et bien qu’elle soit porteuse d’un renouveau musical, elle est très fortement emprunte de la patte de l’époque. Le son, même s’il est un poil plus rugueux qui ce qui pouvait se faire en ce temps n’en reste pas moins très Rock 'n' Roll et surtout, certains riffs font carrément penser à du Led Zeppelin (je sais, les deux groupes étaient contemporains, mais je ne connais pas d’autres noms…). Car il ne faut pas oublier que malgré tout ce que Black Sabbath a apporté à la musique, il ne l’a pas apporté en un album. Une évolution est toujours graduelle. La première pierre à l’édifice est ici posée, mais il en faudra bien d’autres pour arriver à ce que nous connaissons aujourd’hui.

Quoiqu’il en soit cela ne retire rien au caractère innovant du groupe et à son statut de parent du metal. Ozzy chante comme un damné auquel on a déjà commencé de broyer (un peu) les couilles et livre un chant mélodique et harmonieux. Et comme déjà dit pus haut, la guitare pose les bases de ce que seront les lignes du petit livre du metal illustré que nombre de musiciens suivront. C’est ainsi qu’elle est la mère des premiers soli du metal et force est d’avouer que ceux-ci sont pour le moins très agréables à écouter et inspirés. Ce ne sont pas des soli forcés, mais bel et bien des soli qui agrémentent la musique d’une profondeur musicale supplémentaire. La bande se permet aussi de pondre des chansons qui dépassent les dix minutes avec les medleys "Wasp" et "A Bit Of Finger". Ca tient la route et cela permet au groupe de se laisser aller à quelques expérimentations et autres délires comme des soli de guitare à n’en plus finir par exemple.


Au final un disque légendaire qui ne fait pas déshonneur à son statut. Des riffs inspirés pour une musique excellente et variée. Il y a certes mieux de nos jours, mais les maîtres étaient de magnifiques professeurs pour leurs élèves. Ils ont donné beaucoup de matière à étudier et le metal leur rendra d’ailleurs fort bien. Disons donc "quinze" pour la musique et "plus deux" parce que c’est une pierre angulaire bordel de merde! Vogue le metal!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3