878

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Eumel
(chant+guitare)

-Volk-Man
(basse)

-Pest
(claviers)

-Sir G.
(batterie)

TRACKLIST

1)Wahnsinn
2)Eruption
3)Rock´N´Roll
4)Silence of Sorrow
5)Der Teufel
6)Reitermaniacs
7)Barmherzigkeit
8)Per Aspera Ad Astra
9)Lazy Day
10)Die Sonne scheint
11)Roll My Heart
12)Hey-Ho
13)Northern Lights

DISCOGRAPHIE

Samurai (2004)
Riders On The Storm (2006)
Licht (2008)
Moral & Wahnsinn (2011)
Tief.Tiefer (2014)
Die Rote Reiter (2017)

(2004) - barré inclassable - Label : Nuclear Blast



Mais que conseiller à un auditeur de metal las des groupes enfermés dans leur style avec un conventionnalisme d’interprétation à mourir de rire? Moi je sais! Die Apokalyptischen Reiter! Loin de toute convention musicale, débordements intuitifs et inspiration sans réelle mesure, Die Apokalyptischen Reiter affronte une nouvelle fois nos oreilles avec Samurai. La musique des Allemands est et restera toujours difficile à classer. Soutenu par une très bonne production, la musique de Die Apokalyptischen Reiter transperce nos tympans sans réellement prévenir de l’approche choisie sur le moment...

En effet le combo ne cesse de varier les influences tout en restant honnête et logique dans sa démarche. En 2003, Have A Nice Trip avait aussi permis au groupe de faire un pas de plus dans les charts. Avec sa démarche particulière, notamment au niveau du visuel, Samurai en fera autant à n’en point douter. L’originalité de la démarche en choquera encore plus d’un, comme d’habitude, mais ceux qui savent s’ouvrir à la sauce des Reiter seront ravis d’entrer dans un monde de fous. Les premières notes nous plongent dans une ambiance palestinienne vite surmontée de vocaux allemands toujours aussi accrocheurs, ne serait-ce que par leur nature. Tout de suite, les influences très heavy et rock se font sentir, le tout dans une optique metal, toujours, avec une bonne utilisation des registres vocaux, entre clairs et extrêmes.

Le coté rock est encore plus développé sur le très bon "Eruption" au refrain entraînant. Les breaks de guitares font presque penser à du Motörhead, et les passages plus lents issus du milieu gothique allemand. Les Reiter s’attaquent aussi avec brio au punk déluré utltra rythmique, notamment sur les titres comme "Rock ‘n’ Roll" et Barmherzigkeit. La fraîcheur rock et riffs aérés n’est pas à regretter sur Samurai, puisqu’elle guide aisément le sens des compositions, quelque soit finalement l’orientation que celles-ci prennent, comme "Lazy Day", titre acoustique dérivant carrément sur le reggae… Certains seraient passés pour ridicules en tentant une telle symbiose. Mais Die Apokalyptischen Reiter ayant déjà acquis une certaine notoriété dans ce milieu n’a plus rien à prouver ni à perdre en s’essayant à toute sorte de choses.

Samurai respecte une certaine progression avec quelques titres plus virulents au début, notamment "Der Teufel" dans la pure tradition black metal, proche des anciens Mystic Circle où vocaux black et death s’enchaînent pour appuyer la violence des riffs. On retrouve là d’ailleurs les racines extrêmes de Die Apokalyptischen Reiter, de moins en moins présentes dans cet opus. La fin d’album se calme avec "Northern Light", très moderne et mélodique, au tempo lent et sonorité électro-symphoniques. L’interlude "Reitermaniacs" préparait déjà à cette fin. Ce titre est d’ailleurs avant l’heure un classique du groupe qui ne se privera pas d’en jouir en concert, avec sa mélodie super simple et entraînante. Finalement, que vous aimiez ou non le metal hybride, il convient tout de même de poser une oreille sur cet album qui saura en séduire plus d’un et conforter les autres Reitermaniacs!




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3