873

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Maynard James Keenan
(chant)

-Billy Howerdel
(guitare)

-Troy Van Leeuwen
(guitare)

-Paz Lechantin
(basse)

-Josh Freese
(batterie)

TRACKLIST

1)The Hollow
2)Magdalena
3)Rose
4)Judith
5)Orestes
6)3 Libras
7)Sleeping Beauty
8)Thomas
9)Renholdër
10)Thinking of You
11)Breña
12)Over

DISCOGRAPHIE

Mer De Noms (2000)
Thirteenth Step (2003)
eMOTIVe (2003)

A Perfect Circle - Mer De Noms
(2000) - rock ambient - Label : Virgin



J'aurais aimé revenir plus tôt après la sortie du second album d'A Perfect Circle (Thirteenth Step) sur Mer De Noms, son prédécesseur... La faute est réparée, dorénavant. Pour moi, A Perfect Circle est un de ces groupes qui ont un sens de la mélodie impayable. L'association entre l'intelligence artistique de Keenan et d'Howerdel a produit deux albums parmi les meilleurs de leur catégorie. Mi-metal ambient, mi modern rock, parfois moins incisif et dénonciateur que son cadet, Mer De Noms possède néanmoins cette caractéristique rare et chère: il tient parfaitement la comparaison, sur la durée, qui plus est.

Sorti en 2000, sous l'impulsion d'un Billy Howerdel visiblement en quête de nouveauté, Mer De Noms possède finalement - à ma grande surprise - son lot de qualités indéniables, même s'il m'est arrivé de penser qu'il n'était qu'un sous-produit de l'imagination fertile de Keenan. Mais ces nouvelles écoutes, me rafraîchissant la mémoire, sont surprenantes. A commencer par "The Hollow" (quasiment un hymne, avec ses guitares graves et puissantes) puis, surtout, "Magdalena" et son attaque à la basse génialissime, qui parvient à installer une ambiance éthérée et feutrée du plus bel effet. Les guitares, par la suite, osent créer des plans originaux, au son particulier ("Rose", "Sleeping Beauty") et provoquer l'envie. La violence est toute relative, brève et incisive.

Le côté lourd, plus metal est présent mais plus discret, sauf sur quelques morceaux bien trempés ("Judith", où Keenan hurle à la Tool sur certains couplets, des réminiscences bienvenues d'ailleurs). On a affaire ici à un rock puissant et atmosphérique, plutôt qu'à un metal acéré. Tout est ainsi fait pour démarquer la musique du groupe de celle de Tool, première comparaison évidente et téléphonée: même la voix de Keenan, toujours aussi particulière, se fait plus mélodieuse et sucrée ("3 Libras", "Orestes", "Thinking Of You") mais possède toujours ce timbre assez plaintif et passif. A le croire plus impliqué dans ce projet...?

Quid par rapport à Thirteenth Step? Mer De Noms supporte mieux les affres du temps. Ce n'est pas que Thirteenth Step soit mauvais. Mais en son temps, Thirteenth Step m'avait scotché. J'avais adoré l'univers inspiré (bien plus mélancolique) que créait cet album, mais il ne parvient plus, après quelques mois, à m'emporter autant qu'il ne l'avait fait lors des premières écoutes... faute de consistance musicale (une seule moitié est vraiment intéressante) et d'homogénéité. L'atmosphère est prenante, recherchée et stylisée, mais musicalement, seuls les temps forts de l'album ("The Package" - toujours aussi géniale; "Pet"; "The Outsider"...) revendiquent leur identité... Attention cependant: Thirteenth Step est un excellent album, qui mérite légèrement moins que ce que je lui avais donné à l'époque (15 au lieu de 16).


Alors? Mer De Noms l'emporte d'une très courte tête. Peut-être plus facile (c'est là son principal défaut), beaucoup moins atmosphérique, mais écrivant la partition d'un univers plus alambiqué et plus sensuel, ce premier album est sensiblement plus direct, même s'il est moins "passionné". En fait, à deux albums foncièrement différents, deux humeurs différentes...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2