865

CHRONIQUE PAR ...

11
Bigduff
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-John Bush
(chant)

-Rob Caggiano
(guitare)

-Scott Ian
(guitare)

-Franck Bello
(basse)

-Charlie Benante
(batterie)

TRACKLIST

1)What Doesn't Die
2)Got The Time
3)Caught In A Mosh
4)Safe Home
5)Room For One More
6)Antisocial
7)Nobody Knows Anything
8)Belly Of The Beast
9)Inside Out
10)Refuse To Be Denied
11)604
12)I Am The Law
13)Only
14)Be All, End All
15)Indians
16)Bring The Noise
17)Fueled
18)Metal Thrashing Mad

DISCOGRAPHIE


Anthrax - Music Of Mass Destruction (CD+DVD)



Des quatre grands du thrash ricain, Anthrax est certainement celui qui déchaîne le moins les passions. Moins evil que Slayer, moins « riffage fou et solos express » que Megadeth, et bien moins commercial que Metallica, Anthrax n’en reste pas moins un increvable disciple du thrash festif, tournant sans relâche et sans complexes depuis vingt ans. Le seul point faible du groupe jusqu’à ce Music Of Mass Destruction restait l’absence d’un album live digne de ce nom, les fans devant ce contenter d’un Live The Island Years infâme, sorti à la va-vite en 1994, alors que le gang de New York se barrait chez Elektra. La sortie, l’année dernière, de l’excellentissime We’ve Come For You All et le succès de la tournée mondiale ont permis, donc, de changer enfin la donne. Et franchement, avec la manière, vous pouvez me croire!

Capturé le 5 décembre 2003 au Metro de Chicago, ce live de douze titres, douze brûlots incontournables, se voit agrémenté, c’est la fête, d’un DVD pour le même prix. Un DVD qui met ce concert en images en rajoutant au passage six titres, et les inévitables scènes backstage de fin de concert. Premier point fort, surtout quand on le compare à son prédécesseur, ce live dépote au niveau du son. Finies les guitares bordéliques et la batterie assourdissante du Live The Island Years, le son est ici très cru et très bien balancé… Voilà au moins un live qui ne pue pas l’overdub à cent mètres (je pense à celui de Machine Head) et qui rend bien compte de toute l’énergie des concerts d’Anthrax, si tant est qu’on avait encore besoin de le prouver!

Un gros effort de prise de son a été consenti pour la batterie de Charlie Benante, dont le jeu de double pédale (pour le moins véloce, vous pouvez me croire) ne manquera pas de vous fourailler les trippes! La basse de Frank Bello (qui a quitté le groupe depuis, au profit du vétéran Joey Vera) n’est pas audible 100% du temps, puisqu’elle double la batterie surpuissante de Benante, mais reste imparable sur les intros de bombes à la "Caught In A Mosh" ou sur "Antisocial". Rien à dire au niveau des grattes, quelques solos de Caggiano un peu faiblards de ci de là, mais dans la mesure où l'on écoute moins Anthrax pour le shred que pour se jeter comme un ouf sur ses voisins de fosse, ça reste anecdotique comme reproche.

Le public (puisqu’on parle de fosse) répond bien présent et se déchaîne autant sur les classiques que sur les nouveautés issues du dernier We’ve Come For You All, on ne peut mieux représenté sur le CD, avec presque la moitié des titres. Faut dire, débuter un concert avec "What Doesn’t Die" et sa batterie hystérique sur la fin, on a déjà vu pire! On n’échappe pas non plus à l’excellent "Safe Home" et à son refrain fédérateur, et aux très bons "Room For One More", "Nobody Knows Anything" et autres "Refuse To Be Denied". Au final ce n’est que justice pour un album qui a vraiment mis tout le monde d’accord et qui a rassuré pas mal de fans après le mitigé Volume 8 : The Threat Is Real. Pour peaufiner ce beau début de set-list, Anthrax assure aussi les incontournables "Caught In A Mosh" et "Got The Time", plus jumpy que jamais avec un John Bush en grande forme, et le classique "Antisocial", sympathique mais qui sera toujours aussi controversé par chez nous, on sait pourquoi (atteinte au patrimoine national, ou le fait que Bush ne fasse pas mention de Trust avant le début du morceau?).

Quoiqu’il en soit, c’est aussi avec joie qu’on jettera un coup d’œil au DVD. L’image est pas mal, pas tout le temps très nette, mais elle restitue bien les conditions du show. Le son mixé en dolby 5.1, je l’ai déjà dit, est tout à fait acceptable. Pour un produit vendu en sus d’un CD, les gars d’Anthrax ont vraiment cherché à faire quelque chose de sérieux, avec une réalisation travaillée. Au menu, l’intégralité du concert (ha ouais?) avec de temps en temps les musiciens qui apparaissent dans des cases comme dans un comics (vous verrez leur délire avec Captain ‘Thrax), deux Hyper Angle (six prises de vue simultanées) sur "Fueled" et "Metal Thrashing Mad", et une vidéo de chacun des membres du groupe sauf, curieusement, Frank Bello. Du tout bon en tout cas!


En bref, ce Music Of Mass Destruction est un excellent live, qui fera en plus office de très bon best-of à destination de tous ceux qui ne connaissent pas encore le groupe (il y en a?). Scott Ian et ses collègues nous prouvent en tout cas qu’ils sont sur la bonne voie, après le formidable We’ve Come for You All, je n’arrêterais pas de le dire, et nous montre qu’ils ont plus que jamais la pêche après vingt longues années de carrière! Rassurant!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4