834

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 7/20

LINE UP

-Tim Grose
(chant+guitare+claviers)

-Stuart Marshall
(guitare)

-Grahame Goode
(batterie)

-Pete Peric
(basse)

TRACKLIST

1)The Power Within
2)Against The Wind
3)The Art Of War
4)The Hunger
5)Surface Tension
6)Tarranno Del Mar
7)One Step Beyond
8)Under The Cross
9)Epilogue

DISCOGRAPHIE


Dungeon - One Step Beyond
(2005) - speed metal - Label : Metal Warriors



L'Australie n'est pas spécialement réputée pour être une nation prolifique en matière de metal traditionnel. Quand on écoute Dungeon, on comprend pourquoi. Car voilà un groupe qui cumule les clichés et les lieux communs, sans aucun effort de créativité, se bornant à reproduire ce qui a déjà été - mieux - fait par le passé. A vrai dire, les interventions du guitariste soliste sont les seuls bons moments de cet album en tous points dispensable.

Il faut dire que la production n'arrange pas les choses. Signée Tim Grose, par ailleurs leader-chanteur-claviériste-gratteux du groupe, elle met en avant un son de batterie affreux, derrière lequel les rythmiques ont du mal à s'affirmer. D'où la désagréable impression d'assister à l'écoute de ce One Step Beyond à une répétition bâclée du groupe dans son garage, moteurs de Harley en moins. Cela alourdit encore la tâche de Dungeon, qui a pourtant déjà bien assez de mal. "The Power Within", premier titre, dévoile tout: c'est à un speed-metal très basique et très moyen que nous avons affaire. Son refrain un tantinet mélodique est couru d'avance, chanté par un Tim Grose à la voix bien maîtrisée mais horriblement quelconque. On pense alors à Freedom Call, un autre groupe bien peu inspiré, en tant qu'hybride sans âme de grands noms comme Helloween, Iron Maiden, Judas Priest, etc.

Quand Tim s'essaie à un registre plus méchant, comme sur "Tarranno Del Mar", il devient hors-sujet, tout comme les effets de voix saturée sur "The Art Of War". Ses capacités sont limitées et cela empêche d'autant plus le groupe de nous donner envie de repasser leur disque dans sa platine. Seules les parties instrumentales s'en tirent honorablement, comme dit précédemment, avec des soli pas toujours techniques mais agréables. Le reste est trop grotesque pour être crédible: que penser de cette batterie « bam bam » tout au long de "One Step Beyond"? Du refrain nullissime de "Surface Tension"? Des riffs redondants et particulièrement mauvais de "The Power Within"? A oublier, définitivement.

Les mid-tempo "Against The Wind" et "The Hunger", de leur côté, misent sur la facilité; mais ça ne prend toujours pas. Impossible de prendre les Australiens au sérieux. Pourtant, Dungeon a tout de même le culot de nous faire en fin de disque le coup du titre épique à la Maiden, avec ce "Under The Cross" très très inspiré, dans le mauvais sens du terme: même introduction riche en claviers, mêmes transitions vers des cavalcades prévisibles, même outro, bref voilà un "Heaven Can Wait" ou un "Hallowed Be Thy Name" sous amphétamines. Sans s'arrêter à la comparaison évidente, ce titre est malgré tout celui qui se tire le mieux de ce triste album passéiste, produit par un groupe qui gagnerait - désolé - à n'avoir point de futur. À moins de se reprendre sérieusement, et de rattraper son retard. Vous avez pensé à écouter des albums post-1990 les gars?




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1