824

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17.5/20

LINE UP

-Poun
(chant)

-Arno
(chant)

-Scalp
(guitare)

-Snake
(guitare)

-Etienne
(basse)

-Hervé
(batterie)

TRACKLIST

1)Double
2)Get Out The Bastards
3)Your Enemy
4)Everlast
5)Fine Talkers
6)My Mind Is A Pussy
7)Human Circus
8)Look At The Pain
9)Reject For Me
10)Born To Die
11)Mary
12)Make Your Choice
13)Brain Dead
14)Police Stopped Da Way
15)You Can'T Save Me
16)Burn
17)Down
18)Law's Phobia
19)Legalize Me

DISCOGRAPHIE


Black Bomb A - Illicite Stuff Live
(2005) - hardcore metalcore - Label : Enrage



Après une démo très remarquée (Straight In The Vein), un premier album devenu culte même si Bigtonio le déteste (Human Bomb) et un second album carrément impressionnant (Speech Of Freedom), Black Bomb A a décidé de nous montrer pourquoi leur réputation en live est ce qu’elle est. Illicite Stuff Live permettra donc à l’auditeur réjoui d’apprécier l’interprétation des brûlots metal-hardcore de l’album précité ainsi que de mesurer la qualité de l’ami Arno sur les titres plus anciens chantés par Djag à l’époque. Autant dire tout de suite que dans les deux cas la baffe est totale.

En remplaçant Djag par Arno, Black Bomb A a fait le choix des winners. Si les progrès phénoménaux au chant de Poun sur Speech Of Freedom m’avaient totalement bluffé, le growl d’outre-tombe d’Arno mérite de figurer au rang des références mondiales du genre, et je pèse mes mots. Cet homme possède une voix à la limite de l’inhumain tant elle est grave, grasse et monstrueuse. Si parmi vous il en reste pour qui métal français égale musiciens du dimanche ils risquent de tomber de très, très haut. Tout amateur de hurlement ne pourra que s’incliner devant un tel talent. En tout cas sa seule présence dans le groupe fait de ce live un objet digne d’achat: Arno a remplacé Djag dont le registre était aigu et assez proche de celui de Poun alors qu’il est son opposé vocal total. Les titres des albums pré-Speech Of Freedom sont donc totalement transformés et renouvelés par sa voix de porc et la manière dont il interprète les lignes de son prédécesseur.

Quant à l’ami Poun son niveau technique me laisse pantois à chaque fois. L’image en plus c’est encore plus dégoûtant: cet homme ne force jamais sa voix, c’est un technicien pur. Son chant clair si balèze sur le dernier album est reproduit à la perfection, c’est un envoûtement perpétuel ("Look At The Pain", maman). Ses hurlements hyperaigus et son flow qui en font une mitraillette vocale sont également nickel. Et jamais une trace de lutte sur son visage, jamais une note ratée, jamais un dérapage! En résumé Black Bomb A aligne deux des chanteurs les plus impressionnants du circuit. Et quand en plus le son est nickel, à la fois cru, puissant et précis, le métalleux moyen devrait en toute logique prendre un pied phénoménal. Les guitares de Scalp et Snake sont corrosives et bien discernables l’une de l’autre, et la batterie est admirablement mixée. Là encore il n’y a quasiment pas un pain, pas un ratage, et ce live est donc franchement supérieur tant au niveau de la performance que de la production.

Comme Lames De Fond de Lofofora, ce produit est un bâtard total entre CD et DVD vendu à un prix défiant toute concurrence. Dans un packaging de type digipack très joli (mais sans livret!) on trouve un CD et un DVD sans qu’on sache trop lequel est un bonus de l’autre. En plus sur le DVD: deux clips, une galerie de photos et un documentaire vraiment léger. L’historique du groupe est réduit au minimum et les changements de line-up pas expliqués. Il faudra un jour que les groupes comprennent qu’on en a marre de les voir fumer des joints et appeler ça un « documentaire »! Quant aux clips, surprise, celui de "Burn" est excellent! Cynique, très bien réalisé, disposant d’un scénario solide, il tape très fort. Celui de "No One Noise", version « ballade acoustique » de "No One Knows" est plus anecdotique: c’est une session filmée. Et si la version proposée est intéressante musicalement la différence de niveau en chant clair entre Poun et Arno est énorme. La mise en scène du concert lui-même est simple et efficace, ce sont des plans bien pensés qui permettent de profiter de la prestation de chaque musicien.

Le public extrêmement complice se délecte d’être directement au contact du groupe: il n’y a entre la scène et la fosse qu’un marchepied pour que les gens puissent slammer (!) et les chanteurs (surtout Arno) descendent souvent littéralement dans la foule assurer leurs parties au milieu des bras tendus. Il faut voir et entendre le public chanter l’hymne "Mary" avant d’échanger moult joints avec le groupe! Le répertoire metal-thrash-hardcore de Black Bomb A est composé d’un sacré paquet de titres surpuissants et le fait est qu’AUCUNE chanson n’est molle ou ratée. Tout cogne, tout fait sauter ou laisse contemplatif devant l’inventivité et l’énergie dégagée par les riffs et le chant... De la virtuosité rythmique de "Look At The Pain" aux ambiances finales de "Legalize Me" en passant par un "Human Circus" qui en laissera plus d’un sur le carreau, c’est un carton plein et il y a dix-neuf titres sur ce live! Ajoutez le retour de Djag sur deux chansons (dont un "Brain Dead" monstrueux) et vous avez un produit qui en plus tirera des larmes aux fans de la première heure. Une claque, quoi.


Bon, vous l’aurez compris: ce live est un bonheur sans fin. C’est une tuerie. Le groupe est remonté comme un coucou, les deux chanteurs tiennent la scène d’une main de maître et si les autres musiciens sont beaucoup plus statiques leur plaisir de jouer est évident. Le public est bien chaud et la salle survoltée. L’interprétation d’Arno transcende littéralement les titres déjà balèzes de Human Bomb (et ils y sont presque tous) qui voient leur puissance décuplée, et les titres de Speech Of Freedom sont reproduits à la perfection, la patate légendaire du groupe en plus. J’ai cité Lofofora plus tôt; il m’apparaît évident aujourd’hui qu’ils ont perdu la couronne du métal-hardcore français qu’ils avaient gardé pendant si longtemps. J’attends de jeter une oreille sur le prochain album studio avant de me prononcer définitivement, mais il me semble qu’aujourd’hui le groupe phare du métal-hardcore français s’appelle Black Bomb A, et qu’il vient de signer une carte de visite qui restera une référence pour un sacré bout de temps. Tout simplement énorme.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6