772

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Rob Halford
(Chant)

-Glenn Tipton
(Guitare)

-K.K Downing
(Guitare)

-Dave Holland
(Batterie)

-Ian Hill
(Basse)

TRACKLIST

1)Freewheel Burning
2)Jawbreaker
3)Rock Hard Ride Free
4)The Sentinel
5)Love Bites
6)Eat Me Alive
7)Some Heads Are Gonna Roll (Bob Halligan)
8)Night Comes Down
9)Heavy Duty
10)Defenders Of The Faith

DISCOGRAPHIE


Judas Priest - Defenders Of The Faith
(1984) - heavy metal - Label : Columbia



"Do you want heavy?" comme dirait l'autre, s'il y a bien un album de Judas Priest qui représente le mieux ce qu'est le heavy metal, dans sa définition la plus noble, c'est Defenders Of The Faith! En reprenant ce que Screaming For Vengeance avait de plus heavy, tout en gommant ses faiblesses, Defenders Of The Faith, c'est du heavy à fond à fond à fond sur tout l'album. Alors que l'on pouvait croire que Judas Priest allait virer US après l'énorme succès de Screaming For Vengeance, c'est en fait au marché européen, avide de metal sans compromis, que s'adresse son successeur.

En 1984, face à un Saxon, Motörhead ou un Iron Maiden en "perte de vitesse" (rappelons que Powerslave, même s'il est considéré comme un album phare maintenant, a beaucoup dérouté à sa sortie à cause de la longueur des chansons), Judas Priest s'impose comme le chef de fil du heavy metal à travers la figure emblématique du Metallian sur la pochette. "Rising from darkness where hell hath no mercy and the screams of vengeance echo on forever, only those who keep the faith shall escape the wrath of the metallians...", cette phrase au dos de la pochette résume bien l'engagement de Judas Priest pour le metal, Manowar peut aller se rhabiller!

Vous l'aurez compris, Defenders Of The Faith regroupe tous les clichés du heavy metal, mais aussi (et surtout), tout ce que le heavy metal a de meilleur. Donc les personnes qui trouvent Judas Priest trop basique verront en Defenders Of The Faith un album caricatural. Un élément qui plombe l'album est à mon avis le son qui a mal vieilli, surtout à la batterie. Dave Holland utilise maintenant des capteurs électroniques sur les peaux ce qui fait que la batterie sonne comme une boite à rythme. Le groupe avait même essayé d'utiliser une boite à rythme sur un titre avant de changer d'avis. A part ça, c'est du solide, Rob Halford n'avait jamais été aussi agressif (Painkiller n'était pas encore sorti), les guitares aussi véloces (cf les fabuleux solos de "Freewheel Burning") et la basse aussi, ben Ian Hill reste égal à lui-même, donc basique, efficace et burné, on n'en demande pas plus! Des hymnes heavy et bien speed, y'en a un bon paquet : "Freewheel Burning", "Jawbreaker" et "Eat Me Alive", rien que ça! Vingt ans plus tard, les fans de heavy se sont à peine remis de la puissance de ces rouleaux compresseurs. L'album n'est, comme bien souvent dans ce cas de figure (cf Blackout de Scorpions ou Balls To The Walls d'Accept), pas très varié et envoie la sauce du début à la fin. Il y a bien "Some Heads Are Gonna Roll" qui parait presque tranquille à côté ou le plus atmosphérique "Night Comes Down", prouvant aussi que Judas peut être plus délicat et mélodique.

Mais le meilleur morceau, c'est "The Sentinel", véritable perle contenant tout ce que Judas sait faire le mieux : riffs heavy plombés et mélodiques, tout ce qu'il faut pour mettre en valeur les vocalises aiguës de Rob Halford, et une fabuleuse interruption au milieu du morceau, sorte de marche militaire avec roulements de caisse claire et narration à l'appui, terrible! C'est un de mes morceaux favoris du groupe. Difficile de repérer un hit sur ce disque puisqu'il est plus sombre que les albums précédents, il n'y a pas vraiment de single potentiel à la "Hot Rockin'", "Breaking The Law" ou "You've Got Another Thing Coming". Même les hymnes "stadium" comme "Love Bites" (putain de rythmique mécanique couillue, toute la virilité du Priest transparaît sur ce titre!) ou le final "Heavy Duty - Defenders Of The Faith" sont trop agressifs pour sortir en single. Mais ça n'empêchera pas Judas Priest de rester populaire aux États-Unis.


La version remasterisée contient un inédit, la très bonne ballade acoustique "Turn On Your Light", qui visiblement n'avait sa place sur aucun des albums studios du groupe, sûrement trop en décallage avec le répertoire habituel. On retrouve aussi un titre live, "Heavy Duty-Defenders Of The Faith", qui n'apporte pas grand chose par rapport à la version studio. Defenders Of The Faith est un des meilleurs albums de Judas Priest, légèrement sous-estimé car il n'apporte rien de bien nouveau finalement. Il restera le dernier classique du groupe pendant longtemps, avant que ne sorte Painkiller six ans plus tard.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7