758

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 10/20

LINE UP

-Adriano
(batterie)

-Jan
(guitare)

-Jochen
(basse)

-Chris
(chant)

-Tom
(chant)

TRACKLIST

1)Executed
2)Non-Existence
3)Defining the Art of Pure Brutality
4)Intense Zombie Butchery
5)40 Incisions
6)Obsession
7)Murder & Slaughter Repeat
8)Overkill Infernalized
9)Splattered in Virginia
10)Beware of God
11)Kill for This Peace
12)Forever Blood
13)Forced to Eat Their Guts While Dying
14)What to Fuck?
15)Forced to Consume
16)The Sin That Makes Us Forget

DISCOGRAPHIE

Executed (2005)

Grind Inc. - Executed
(2005) - brutal death - Label : Morbid Records



Formé en 2001 par Adriano Ricci de Night In Gales et par Jochen Pelser Grind Inc. sort en cette année 2005 son premier album Executed. L’an passé Defined To Kill avait vu le jour sous forme de démo. Amateurs de brutal death metal, ce Executed est pour vous. Oui, parce qu’à part un death gras, lourd et rapide, enfoncé par un chant guttural au possible, et ce à vitesse soutenue du début à la fin, je ne vois pas ce que l’on pourrait dire de plus de cet album. On sent ici une grosse patte allemande, un peu comme leurs confrères Brutus. Néanmoins, la précision des riffs et surtout les enchaînements incisifs feront sans aucun doute possible penser à du Cannibal Corpse ou encore du Suffocation. La recherche des guitares les plus grasses comme du papier tue-mouche est ici évidente, tout autant que le chant typé George "Corpsegrinder" Fisher.

Musicalement, le rythme est très soutenu, entre blasts incessants et rythmiques plus saccadées presque thrash ("Forever Blood"). Certains titres sont dans une directe lignée death brutal sans concession, limite répétitifs, comme "Intense Zombie Butchery" et "Overkill Infernalized". De manière plus subtile, certains titres abordent des influences plus aérées, plus proches du thrash que du death, comme le bon "What To Fuck?" (dommage, seulement une minute), apportant quelques relents slayeriens à cette sauce très agglomérante.

Presque mélodique, "Murder & Slaughter Repeat" dévoile une structure plus rebondie et complexe, ultra achée à la Decapitated. Ca défoule. "Splattered In Virginia" lui ressemble, plus changeant encore. Ces gars-là doivent bien s’amuser sur scène vu la rapidité de l’enchaînement des riffs de bouchers. Si quelques introductions présagent de quelque chose de plus original ("Beware Of God"), la suite n’est cependant guère changeante et l’on retombe bien vite dans les plans habituels de riffs sans corps ni conséquence, juste histoire de remplir quelques bandes. Donc bien sûr, Grind Inc. ne peut faire autrement que de créer un album plein de choses puissantes mais sans impact, parce qu’au final très homogène et très ressemblant à ce qui se fait déjà depuis un bon moment.


Les fans de brutal death apprécieront donc, en dépit d’une personnalité certaine, ce défouloir de seize titres aux teintes parfois grind. On y trouve de bonnes choses cependant, quelques soli ("Forced To Consume") et surtout de bons plans rythmiques comme il en faut pour donner cette impression de musique écrasante. Au fur et à mesure des écoutes, derrière la technique et précision, Executed devrait plutôt être considéré comme un délire de musiciens en mal de boucherie. Les titres et leurs paroles ne veulent à peu près rien dire, du moins quelque chose de cohérent dans son ensemble. Alors les non puristes du brutal death, passez votre chemin, ou venez essayer l’artisanat charcutier quelques instants.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6