744

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Rob Halford
(chant)

-Glenn Tipton
(guitare)

-K.K Downing
(guitare)

-Ian Hill
(basse)

-Dave Holland
(batterie)

TRACKLIST

1)Breaking The Law
2)Grinder
3)Living After Midnight
4)Metal Gods
5)Rapid Fire
6)Red, White & Blue
7)Steeler
8)The Rage
9)United
10)You Don't Have To Be Old To Be Wise

DISCOGRAPHIE


Judas Priest - British Steel
(1980) - heavy metal - Label : Columbia



1980: changement de décennie, la chose que les journalistes ont appelé NWOBHM (New Wave Of British Heavy Metal) oblige les "vieux" de la veille à s'adapter à leur époque s'ils ne veulent pas apparaître désuets face à ces jeunes loups qui entendent bien assurer la relève. Judas Priest confirmera sa supériorité avec British Steel, la bombe heavy metal que tout le monde attendait! Plus qu'un classique du heavy metal, British Steel impose une définition précise de ce que sera ce style durant les années 80. Pas besoin de préciser que de nombreux combos appliqueront à la lettre la recette qui est déployée ici: que ce soit Manowar, Accept, Saxon ou même Iron Maiden pour citer les plus connus, tous ont "subi" un jour ou l'autre l'influence du grand Priest.

Pour moderniser son propos, Judas Priest s'est entouré du producteur Tom Allom qui leur concoctera une production béton, tout simplement parfaite pour ce type d'album. Dave Holland à la batterie permet au groupe d'obtenir une rythmique implacable et carrée, et faut bien avouer que son style convient mieux à la musique du Priest, là où le jeu des batteurs précédents était plus libre mais moins puissant. Ces deux personnes resteront dans le groupe durant toutes les années 80. Si un de vos potes ne sait pas à quoi ressemble le heavy metal, faites-lui écouter British Steel, il n'existe pas de meilleure définition possible que cet album. La première face ne contient quasiment que des classiques: "Breaking The Law" et "Metal Gods" sont de véritables hymnes d'un heavy metal racé et basique.

Assez froid à la première approche, du fait de la production et du chant de Rob Halford, très grave et ne tirant que rarement dans les aigus, British Steel demande un certain temps avant d'être apprivoisé, surtout lorsqu'on est habitué au heavy rock des albums précédents. "United" est bien le seul titre composé dans le but de faire un hit single facile d'accès, dans le style de "Take On The World", mais en réussi cette fois-ci. "Rapid Fire" et "Steeler" sont les deux morceaux speed de l'album, et là encore, l'aspect martial et sans friotures en font de grosses tueries. Pas de place pour l'innovation ici, à part la courte intro "reggae" de "The Rage", et encore!

La seconde face est un peu plus rock que la première, avec quelques restes du heavy rock d'autrefois, sur "Living After Midnight", le deuxième hymne après Breaking The Law, presque joyeux et "dansant" tout en demeurant ultra carré, une fois n'est pas coutume. L'irrésistible "You Don't Have To Be Old To Be Wise" est le genre de morceaux groovy qui peut rappeler les liens légers que Judas Priest peut avoir avec AC/DC par moments. Du heavy rock bien burné en somme! Après avoir réalisé un tel classique, bon nombre de groupes se seraient contentés de refaire la même chose sur l'album suivant. Mais ce serait sous-estimer le potentiel de Judas Priest!




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7