722

CHRONIQUE PAR ...

34
Yannoch
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Bardi Johannsson
(tout)

-Esther Talia Casey
(chant)

-Nicolette
(chant)

-Keren Ann
(chant)

-Phoebe
(chant)

-Daniel Agust
(chant)

TRACKLIST

1)Inside
2)Follow
3)Something Wrong
4)It's Alright
5)There Was A Whisper
6)Forward And Reverse
7)Find What You Get
8)In The Morning
9)Everything's Gone
10)Contradictions
11)Look At The Sun
12)Stop In The Name Of Love

DISCOGRAPHIE


Bang Gang - Something Wrong
(2003) - electro trip hop - Label : Discograph



Bang Gang est principalement l’œuvre de l’Islandais Bardi Johannsson, et dans une moindre mesure, de la jeune chanteuse Esther Talia Casey. Après un premier opus passé trop inaperçu, intitulé You et sorti en 2000, Bang Gang est de retour avec un album qui vient se hisser à la hauteur des meilleures productions Trip-hop de cette fin d'année 2003…Un premier morceau qui vous plonge dans une tourmente inexplicable… tout est remis en cause par la fragilité de la voix d’Esther… la montée est progressive et d’une force purement magique, si si je vous assure : il faut l’écouter pour le croire ! Vous etes d’entrée de jeu captivé par cette atmosphère volupté ou piano et violons, une fois n’est pas coutume, se chargent de vous faire voyager vers des terres lointaines et encore vierges…

Même sentiment avec "Follow" qui colporte une ambiance âpre et froide assez marquée. La voix de Bardi et les cordes de guitare sont formidablement menées et arrangées… pas une faute de goût ! Du goût ? Eh oui, pas grand chose à redire sur la conception de cette plage : quelques notes de piano égarées jouent avec de petits bruitages electro qui vous plongent dans un univers aquatique dont il s’avère très difficile de s’extirper. Vous recherchiez du GRAND, du très GRAND Trip-Hop, vous voilà servis Messieurs Dames…et ce n’est que le début de l’album, quelle claque !

On prend les mêmes et on recommence avec "It’s Allright" ou nous retrouvons M. Johannsson à la manœuvre, toujours aussi touchant de part l’intonation de son chant. Le refrain se répète jusqu’au moment où la batterie se décide à lancer véritablement ce morceau teinté de folk. Les voix féminines sont à l’honneur sur cet album comme en témoigne : "There Was A Whisper" avec Phoebe aux commandes, qui se démarque avec sa tristesse prononcée. Ce sentiment ne vous quittera plus, il est là, vous dirige, sans que vous ne puissiez réagir. "Forward And Reverse" de son coté, voit l’arrivée de la Française Keren Ann qui pose quelques paroles sur un fond constitué principalement d’une guitare sèche… seulement cette plage va connaître un changement notable dès l’instant où la chanteuse laisse place aux guitares électriques qui apportent un plus indéniable et très réussi !

Par la suite, le chanteur islandais revient sur des plages plus rock à savoir : "Find What You Get" et "In The Morning" où nous retrouvons, par ailleurs, le chanteur de GusGus : Daniel Agust. L’impression ressentie, à ce moment-là, est assez spéciale. En effet, nous venons de parcourir la moitié de l’album dans une ambiance calme, profonde et mélancolique puis arrive "Find What You Get" qui vous réveille, et vous change les idées. Belle image, marquant ici le passage d’un état d’esprit à un autre comme pour éviter de tomber dans le piège de la lassitude…

"Stop In The Name Of Love" poursuit sur la lancée des deux morceaux précédents, avec cependant un accent plus pop, voir folk par moment qui finit par lasser quelque peu… Néanmoins, il apparaît indéniable que Bardi éclabousse totalement le morceau avec ses paroles tant celles-ci vous semblent paisibles et dénuées de toute agressivité. Le constat est identique avec "Everything’s Gone" : les mots ne s’entrechoquent à aucun moment…tout est beau, un peu trop beau peut être…mais arrive bientôt "Contradictions" avec la superbe voix de Nicolette, qui vous replonge indéniablement dans le doute le plus total… On se sent à nouveau vulnérable et d’une fragilité insoupçonnée. Une plage attachante donc, avec toujours et encore une voix sublime capable de générer en vous une émotion vraiment intense. "Look At The Sun" clôture l’album simplement et efficacement… On se laisse dériver au gré des cordes et d’une harpe somptueuse.


Pour leur second album, Bang Gang a frappé très fort… leur musique se veut en général plus mélancolique, et sans doute un peu moins électronique que sur leur premier opus, et cela confère beauté et fragilité à cette nouvelle production qui en fera réfléchir plus d’un.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3