713

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12/20

LINE UP

-Jarkko Ahola
(chant)

-Mikko Mattila
(guitare)

-Rami Keränen
(guitare)

-Pete Rosenbom
(batterie)

-Pasi Ristolainen
(basse)

-Turkka Vuorinen
(claviers)

TRACKLIST

1)Lost Souls
2)Wings Of Icaros
3)New Life
4)Lucid Times
5)The Mirror
6)World's Child
7)Sail Away
8)Fly
9)Secret Door
10)We Are One
11)Green Fields

DISCOGRAPHIE

Difference (2005)

Dreamtale - Difference
(2005) - speed metal - Label : Spinefarm



Troisième album déjà pour les Finlandais de Dreamtale, qui jouent un speed mélodique bien proche de celui de leurs compatriotes de Stratovarius, voire de Sonata Arctica. Je tâcherai d'éviter les jeux de mots d'un goût douteux du style: « cet album est bien mal nommé » ou encore « ce n'est pas avec ce disque qu'ils feront la différence », etc. Il faut pourtant avouer que Difference n'apporte strictement rien au genre. Dreamtale n'est pas original mais sait être efficace; tâchons de n'être point trop exigeants.

Même si les membres du groupe clament haut et fort que Stratovarius ne fait pas partie de leurs influences, et que celles-ci sont plutôt à aller chercher du côté de Gamma Ray et d'Helloween, la confusion sera entretenue tant que Dreamtale composera des morceaux comme l'opener "Lost Souls" ou son successeur "Wings Of Icaros". Double grosse caisse et claviers, une voix qui a tendance à partir rapidement dans les aigus (peu maîtrisée sur "Lost Souls", mais assez performante par la suite), des mélodies comparables, des soli néo-classiques... Seule l'absence de shredding permet d'établir une différence sur le strict plan musical. N'est pas Timo Tolkki qui veut... Tolkki qui a d'ailleurs participé à l'enregistrement de Difference, comme quoi le groupe n'a pas fini d'être comparé à Stratovarius. Et ce n'est pas "World's Child" qui viendra empêcher cela, ni même "Secret Door" avec son envolée vocale somme toute impressionnante lors du break. De plus, les mélodies semblent revenir de façon récurrente au long du disque, si bien qu'il en perd - encore! - en spontanéité et en surprise.

Les mid-tempo qui vont bien sont bien présents: "New Life", avec un effet voice-box inattendu, ou encore le plus long et moins aisé "Lucid Times", où le claviériste Turkka Vuorinen est particulièrement brillant. Dommage toutefois que le chant de Jarkko Ahola manque d'expressivité sur le court moment d'émotion qu'est le break au piano en fin de morceau. "Fly" revendique une mélodie qui tire vers l'oriental, assez sympathique, soutenue par de jolis choeurs, mais ruinée par des textes un peu cul-cul (« fly, fly, flyyyyyy... »). Choeurs féminins en introduction de "We Are One", qui fait plutôt penser, lui, aux efforts solo de Luca Turilli; notamment à l'épique Kings Of The Nordic Twilight et à ses arrangements bien fades qui souffrent de l'absence d'Alex Staropoli. Une section ryhtmique intéressante mettra cependant ce morceau en valeur, dans un amas de compositions qui ont peine à sortir du lot.

Enfin, aucun suspense là non plus, trois ballades parsèment cet opus, de niveau plutôt moyen: "Mirror" possède un refrain mélancolique et satisfaisant, mais le reste de la chanson n'est pas à la hauteur; "Sail Away", entièrement acoustique, est bien interprétée mais trop convenue; et "Green Fields" n'a qu'une outro folk médiévale intéressant à faire valoir. En résumé, Dreamtale mise plus sur l'efficacité que l'originalité, et les fans du genre peuvent y trouver leur compte, mais Difference laissera toujours aussi indifférents les réfractaires au style. Un de plus, quoi...




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1