6862

CHRONIQUE PAR ...

101
Dommedag
Cette chronique a été mise en ligne le 17 janvier 2015
Sa note : 15/20

LINE UP

-Mathias "Farbaute" Järrebring
(chant)

-Christopher "Grendel" Olsson
(guitare)

-Nicklas Magnusson
(guitare)

-Robert Lindmark
(basse)

-Anders Malmström
(batterie)

TRACKLIST

1) Armed To The Teeth
2) Walking Through Fire
3) Beast Of The North
4) Fate Of The Gods
5) The Battleroar
6) ... To Hangatyr
7)
Towards The Sinister Realms
8) Awaiting Your Walkyries Arrival
9) Swedish Steel (The Metalist)

DISCOGRAPHIE


Prophanity - Stronger Than Steel
(1998) - black metal mélodique - Label : Blackend Records



Vous pensiez peut-être que le black/death mélodique était l’apanage de No Fashion Records ? Point. Même si le label a concentré nombre de sorties de ce type, il arrive qu’en fouillant dans les catalogues poussiéreux de labels spécialisés en metal extrême, on trouve un groupe oublié qui a œuvré (ou œuvre) encore dans ce genre oublié des masses. C’est donc chez Blacksend qu’est sorti, sans réédition ultérieure par aucun label, Stronger Than Steel, un album de suédois. Allez comprendre la logique de se faire signer ailleurs quand le label spécialisé est à côté…

D’autant plus qu’avec Stronger Than Steel, Prophanity se confond avec nombre de ses confrères : il dispense un black guerrier, à l’instar du premier titre, passant en coup de poing et repartant aussi vite, qui n’hésite pas à déballer blasts et double pédale à l’envi afin d’ébouriffer l’auditoire d’une cinglante bourrasque. On retrouve avec plaisir ce qu’aurait pu faire un Lord Belial au niveau de la violence, bien que des différences significatives existent : ici les mélodies ne sont pas toujours partie intégrante des riffs en trémolos et sont bien plus souvent des ornements subtils. La chance aidant, Prophanity se donne les moyens de réussir et vise assez haut à ce niveau puisque le nombre de leads par chanson est impressionnant, surtout au vu de la qualité de certaines. C’est assez simple : chaque morceau de Stronger Than Steel abrite au moins un petit air susceptible de se graver bien profondément dans la mémoire. Les suédois sont, dans cette catégorie, assez friands des harmonies à deux guitares, plutôt fréquentes, bien que les trémolos et les phrasés plus détachés occupent la majeure partie de l’espace.
Prophanity surprend donc, comme nombre de ces petits groupes de la scène qui sont presque capables de soutenir la comparaison avec les plus gros noms au meilleur de leur forme. Armé de titres dynamiques, avec un rythme qui ne faiblit quasiment jamais, tout en restant parfaitement digestes grâce aux nombreuses mélodies disséminées, le groupe s’amuse même à étonner en fin de parcours grâce à un morceau bonus, chanté en voix claire et plus orienté thrash/heavy. Ce dernier ne fait pas tellement tache et, bien qu’il n’atteigne pas le niveau de "He Who Comes With The Dawn" de Withered Beauty (en même temps…), il est l’occasion de se rendre compte que le groupe n’excelle pas dans un seul domaine musical fermement cloisonné. D’autant plus que les gus ne sont pas des manches, mais tirent le meilleur parti du leur, comme le montre notamment le début de "… To Hangatyr" et son sweep endiablé, ou les quelques solos se baladant sur l’album qui renforcent encore l’aspect mélodique. Alors, lorsqu’en plus se dégage à l’occasion de ce tout, un côté épique et guerrier ("Awaiting Your Valkyries Arrival"), pourquoi hésiter avant de jeter au moins une oreille curieuse dessus ?


Capable de faire concurrence à ce qui se faisait de mieux chez No Fashion à la même époque, les Suédois appliquent parfaitement la recette du genre, en ayant une certaine personnalité, notamment par leur tendance à ne jamais vraiment ralentir. Avec des brochettes d’airs qui n’ont rien à envier à ceux d’un The Somberlain, Stronger Than Steel se révèle encore comme une des nombreuses pépites oubliées du metal extrême.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1