686

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Anders Jacobsson
(chant)

-Johan Ericson
(guitare+chant)

-Lisa Johansson
(chant)

-Thomas Jager
(basse)

-Jerry Torstensson
(batterie)

TRACKLIST

1)She Dies
2)Through Infectious Waters (A Sickness Elegy)

3)The Dying
4)Serenade Of Sorrow
5)The Morningstar
6)The Gothic Embrace
7)On Sunday They Will Kill The World
8)Forever My Queen

DISCOGRAPHIE


Draconian - The Burning Halo
(2006) - doom metal gothique - Label : Napalm Records



Dans la sphère complexe du gothic doom, le groupe suédois Draconian s’est déjà fait un nom. Beaucoup considèrent d’ailleurs le précédent Arcane Rain Fell comme un must du genre. D’ailleurs, ceux qui se nourrissent des premiers Anathema, Paradise Lost et même Theater Of Tragedy connaissent… Justement, après cet album, la relève se doit d’être à la hauteur. Mais ce sera pour une prochaine fois. Non pas que le tout nouveau The Burning Halo soit moche, au contraire, mais il s’agirait plutôt d’un album bonus, dans l’attente d’une nouvelle offrande. A savoir aussi que le guitariste nous a aussi préparé cette année son projet doom solo nommé Doom: Vs. Ils sont donc tous bien occupés et c’est pour attendre que The Burning Halo prend vie.

Cette nouvelle offrande de gothic doom mélodique ne comprend que trois nouveaux titres : "She Dies", "Through Infectious Waters (A Sickness Elegy)" et "The Dying". On reconnaît tout de suite la patte de Draconian, dans un doom lourd, lent, aux éléments gothiques et mélancoliques. Mieux que par le passé, le chant délicieux et fragile de Lisa Johansson se mêle aux élans gutturaux d’Anders Jacobsson. Que dire sinon que ces titres sont beaux, n’atteignant jamais aucune dissonance, et qu’ils sont encore de nouveaux chapitres de la discographie du groupe. Les samples, les petits oiseaux, les narrations et les lentes sérénades acoustiques emmènent l’auditeur dans un monde calme et grave, tout aussi nostalgique que The Sins Of Thy Beloved. Ces compositions sont longues et développées comme des histoires. Avec ce genre de musique il faut évidemment de la patience, parce que les thèmes se répètent, se chevauchent, frôlant parfois l’excès en terme de mélodies ("The Dying", après le martial et sombre "Through Infectious Waters (A Sickness Elegy)").

Les trois titres suivants ("Serenade Of Sorrow", "The Morningstar" et "The Gothic Embrace") sont des réenregistrements de la démo 1999 The Closed Eyes Of Paradise. Plus simples dans leurs compositions, ils semblent toutefois plus nuancés dans les tempos et les influences que les dernières réalisations du groupe. Le passage blasté de "The Morningstar" est assez salvateur dans son genre. Plus gothique et inspiré, "The Gothic Embrace" est un bon choix, aux claviers et chœurs mis en reliefs, à la méthode Trail Of Tears. De bons souvenirs pour les accros, donc. Et puis il y a ces deux reprises. "On Sunday They Will Kill The World" de Ekseption est la première, et ma foi dans la lignée de ce que fait habituellement le groupe. Pas de grande surprise mais une exécution impeccable, notamment celle de la partie ultra symphonique du milieu, dans laquelle s’emballe un pianiste surdoué. La deuxième reprise, plus surprenante, est celle de Pentagram : "Forever My Queen". Très heavy/doom, elle se démarque du reste par une exécution épurée et assez directe. Une reprise correcte et honnête, même si elle ne restera pas dans les annales.


Avec The Burning Halo, Draconian fait plus une mise au point de sa discographie qu’il ne donne un aperçu de ses futures créations. Il faudra patienter et profiter de ces quelques pages de doom à la sauce nordique.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1