6845

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 10 janvier 2015
Sa note : 15/20

LINE UP

-Ruben Kuhlmann
(chant+claviers+piano)

-Remo Kuhlmann
(guitare acoustique+sitar+chant additionnel)

-Thom Lich
(guitare+chant additionnel)

-Silas Baldur van Bezu
(claviers+piano)

-Guus van Oosterum
(basse+chant additionel)

-Boy van Ooijen
(batterie)

TRACKLIST

1) Suicide Penguin
2) Christmas Devil
3) Avalanche Riders
4) Misanthrope Puppet
5) Film Noir Hero
6) Amphibian Seer
7) Cave Painter
8) Chicken Wing Swans
9) Citizen Herd
10) Prodigal Son

DISCOGRAPHIE


Schizoid Lloyd - The Last Note in God's Magnum Opus
(2014) - metal prog - Label : Blood Music



Schizoid Lloyd… un nom qui ne vous dira sûrement rien. Venue des Pays-Bas, cette jeune formation a vu le jour en 2007 et présente son premier album chez Blood Music, qui fait suite à un EP paru en 2010. Si le nom vous intrigue, la musique pratiquée ici à de quoi étonner, du moins au premier abord. Si vous avez en horreur les mélanges musicaux, si vous ne trouvez plaisir qu’à écouter des morceaux monolithiques et répétitifs, passez votre chemin. Rien ne pourra combler vos attentes dans The Last Note in God’s Magnum Opus. Quant aux curieux, voire aux amateurs d’audace, ouvrez grand les oreilles. Il y a fort à parier que cet enregistrement ne vous laissera pas de marbre.

Dès les premières secondes, vous voila happés dans un univers bigarré, fait de chœur, de mélodies dissonantes, de rythmiques changeantes qui invitent à découvrir le monde peint par Schizoid Lloyd. “Suicide Penguin“ introduit parfaitement la déferlante sonore qui attend l’auditeur embarqué dans ce voyage baroque. Magnifique ouverture s’il en est, représentative de ce qu’offre le sextet : la furie des dernières mesures ne fera qu’accroitre l’appétit des passionnés d’extravagance ou au contraire dégoûtera ceux qui s’étaient perdus par hasard dans ce dédale de riffs. Présenté comme du metal avant-gardiste, le patchwork musical élaboré ici est assez difficile à définir. Les sphères du metal, du rock progressif forment la base des dix titres de cette œuvre. Nombreux sont cependant les éléments issus d’autres styles musicaux qui viennent se greffer dans cette marmite bouillante pour aboutir à un résultat des plus exquis.

Schizoid Lloyd possède une personnalité très forte, bien que certains groupes ou artistes viennent à l’esprit à l’écoute de The Last Note in God’s Magnum Opus. Comment en effet ne pas songer à Devin Townsend à l’écoute de la fin de “Christmas Devil“ ou des gazouillements accompagnés de sitar sur  “ Misanthrope Puppet “ ? L’ombre de Queen plane également, les nombreux chœurs et passages plus symphoniques rappelant quelque peu les travaux de cette légende du rock. Enfin, certains passages trahissent des accents pattoniens période Mr. Bungle. Vous l’aurez remarqués, ces grands anciens vénérés sont connus pour leurs expérimentations ;  les morceaux des Néerlandais se veulent donc ambitieux. Écouter The Last Note in God’s Magnum Opus, c’est un peu sauter de branche en branche, sans trop longtemps s’attarder. Quelques instants de rock progressif sont ainsi suivis d’un metal plus lourd, où des growls peuvent faire leur apparition, avant qu'un riff reggae ne vienne s’installer dans vos oreilles.

Le tour de force de Schizoid Lloyd réside dans sa capacité à exceller dans tous les styles pratiqués. La qualité technique des musiciens est époustouflante. Marchant toujours sur un fil, le sextet parvient toujours à garder l’équilibre, là où l’on s’attendrait à une lamentable chute. Car contre toute attente, l’ensemble présente une certaine cohérence. Les auteurs de cet opus savent parfaitement jouer, sans tomber dans l’écueil de la démonstration technique stérile de bon nombre de formations œuvrant dans un univers progressif. Les guitares, tantôt violentes, tantôt douces, les claviers, piano, sans oublier la section rythmique s’amalgament dans un chaos organisé. Ajoutons à l’ensemble des vocaux variés, déclamant des paroles où le non-sens règne en maitre et vous obtenez un disque pour le moins singulier. 

En moins d’une heure Schizoid Lloyd vous emmène pour une escapade dans leur galaxie déjantée. Si vous n’avez pas peur de vous laisser guider, voire de vous perdre dans un labyrinthe musical, ce disque mérite votre plus grande attention. The Last Note in God's Magnum Opus est un premier opus qui impressionne par sa maitrise. Les esprits responsables de ces morceaux peuvent s’enorgueillir d’avoir donné naissance à un album atypique de qualité. Espérons pour eux que le public saura déceler leur évident talent. Alors fermez les yeux, prenez une grande respiration et rejoignez cette troupe hors du commun pour vous évader dans des contrées délicieuses et pittoresques.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5