6842

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 09 janvier 2015
Sa note : 12.5/20

LINE UP

-Björgvin Sigurðsson
(chant+guitare)

-Baldur Ragnarsson
(guitare)

-Þráinn Árni Baldvinsson
(guitare)

-Snæbjörn Ragnarsson
(basse)

-Gunnar Ben
(claviers+hautbois)

-Jón Geir Jóhannsson
(batterie)

TRACKLIST

1) Að vori
2) Með fuglum
3) Að sumri
4) Með drekum
5) Að hausti
6) Með jötnum
7) Að vetri
8) Með griðungum

DISCOGRAPHIE

Baldur (2011)
Börn Loka (2012)
Með Vættum (2014)

Skálmöld - Með Vættum
(2014) - folk melodeath Viking - Label : Napalm Records



En trois : « Viking-Folk-Islande » : « Skálmöld ! » Oui bravo vous êtes incollable à Pyramide. Marie-Ange Nardy serait fière de vous ! Revoici revoilà le groupe islandais obligeant à redécouvrir son clavier AZERTY à chaque fois que l'on souhaite citer le groupe ou une des ces chansons. Alors que vaut cette nouvelle mouture ? On garde les mêmes on recommence ? On garde les mêmes on évolue ? Chronique.

Börn Loka, paru en 2012, surfait sur le succès du très bon Baldur, paru l'année précédente, et permit au groupe de se faire un nom dans tous les océans du metal folk, viking et consort. Même si le groupe est fidèle à tous les codes et donc loin de faire avancer le bouzin, force est de constater que les prestations live lui permettent de sortir un peu du lot (dernière exemple en France avec son passage au Trabendo en 2014 en opener de Eluveitie et Arkona avec une fosse chantante et très réactive). Toutefois le périmètre musical du groupe est totalement maîtrisé et ... limité, mais représente bien le style folk metal piochant dans les registres plus ancestraux. L'album propose huit morceaux pour une durée de cinquante et une minute avec deux épisodes de neuf minutes ("Með griðungum" et "Með jötnum"). Autant s'attendre de suite à des passages épiques et d'ambiance. Mais c'est sur le très court et dynamique "Að vori" que débute l'histoire : souquez moussaillon, ça démarre fort, grosse rythmique, chouette refrain repris à tue tête par l'équipage et cet embrun épique qui chatouille les sens ; le solo séduit totalement sur la fin du morceau et c'est plein de joie et d'espoir qu'on attaque la suite, pensant surement que l'on tient la nouvelle perle du genre. Hélas, et même si ce n'est pas la catastrophe, le reste se révèle globalement bien plus conventionnel.
Et c'est là que la petite déception débarque. Une intro riffée, mais trop longue, étouffe presque le morceau avant qu'il n'ait réellement débuté. Dommage, car la batterie bourre bien. Mais le cassage d'ambiance a eu lieu et on a du coup du mal à entrer dans la composition. Passé deux couplets et refrains, ça redémarre, mais le morceau dure et la lourdeur (voulue) en rajoute à l'addition. "Að sumri" relance la machine avec son rythme moins rapide : ce mid-tempo ressemble finalement plus au thème proposé et la mélodie redonne du cœur au tout. Dès le début du LP, on constate que le groupe sait composer et construire des morceaux chichement travaillés et pas uniquement « plan plan à sa mémère la folk metaleuse ». Le reste de l'album donne l'impression que le coté folk (tout le tsouin tsouin synthé se travestissant selon les besoin de la sonorité et le fameux hautbois) est finalement en second plan par rapport aux précédents LP. Non pas que l'ambiance de l'album perde de son identité musicale, mais des compositions comme "Með jötnum" s'embourbent entre un heavy à la Maiden et une succession de riffs thrashiques magistraux finalement bien lourdingues (sans franchir les limites d'un mauvais doom). Le propos reste à tempérer bien évidemment, car assurément le groupe transpire le folk et le viking, surtout dans les rythmes, les mélodies et les refrains toujours chantés en chœur et à tue tête. On ne navigue pas non plus dans le grand bazar pirate à la Alestorm ou la big nouba à la Finntroll, le coté « sérieux » n'étant pas pour autant désagréable. Efficace, la charte folk metal est respectée et voilà ainsi un album au final honnête. Mais sans plus.

Hey toi là bas... Tu découvres le genre? Viens à moi et écoute Með Vættum. Hey hô toi là, le vieux bourlingueur du genre, rien de nouveau sous le soleil, mais force est de constater que le groupe est loyal et honnête dans son produit. Au final aucune raison de conseiller ou de déconseiller. Par contre le rendu en concert est à tenter assurément (ne serait -ce pour "Að hausti" ou le long passage aux accords bien lourds de "Með jötnum").


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2