684

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Pete Fraser
(chant)

-Alan Booth
(guitare+basse)

-Ben Standage
(batterie)

TRACKLIST

1)Oh God, Everybody's Dead!
2)A Wasp In A Jar
3)Not Enough Buckets In The World
4)Billion Dollar Burning Coffin
5)Reactor 4
6)And Your Grandparents (Slowly Die)
7)Lament Of The Mournful Sailors
8)Let's Not Make Big Balloons Again
9)Sticky Nightmare
10)Time To Sell
11)Stay At Home And Die
12)Bird Hips, Lizard Hips
13)Gigantic! Titanic!

DISCOGRAPHIE


Down I Go - This Is Disastercore
(2006) - inclassable disastercore - Label : Undergroove Records



Un disque complètement barré fait toujours du bien par où il passe, surtout quand il est bien fichu. Trio d'allumés sérieusement atteints, les Down I Go ont décidé de développer un concept bien particulier : chaque titre de cet album délirant concerne une catastrophe particulière de l'histoire de l'humanité, qu'il s'agisse d'accidents, de guerres, d'épidémies... le tout cuisiné à la sauce grand n'importe quoi. Rempli d'idées dérangées et d'un humour noir réjouissant, This Is Disastercore est une bonne surprise : un album qui colle la banane.

Les titres de cet album fleurent bon le grind. On aura une tendresse particulière pour "Oh God! Everybody's Dead!" ou "And Your Grandparents (Slowly Die)" mais on ne se laissera pas abuser par un raccourci fâcheux : Down I Go n'est pas un groupe de grindcore. Si elle partage avec ce genre un sens aigu de la déconnade et un penchant certain pour les déferlantes de violence gratuite, la formation pratique une musique où le premier aspect prend visiblement le pas sur le deuxième. Pas de blast-beats dans cet enchaînement de plans tordus : les moments de puissance sont incarnés par des beat-downs hardcore écrasants et en gros on peut dire que la quasi-absence de métal extrême est la composante qui fait l'originalité de Down I Go.

En effet si le groupe sait jouer des dissonances et des cris hardcore de goret pour envoyer le bois, il ne part jamais dans le death. Down I Go exprime plus clairement la folie que la haine et enchaîne des mosh-parts de massue avec des plans rock déglingués, des soli atonaux, du grunge, du postcore, du heavy... vous avez compris la démarche je pense. On compte également un bon sens de la mélodie qui tue là on ne l'attend pas, le groupe s'ingéniant à poser çà et là des parties hyper catchy au milieu de ses expérimentations bruitistes. Les titres tournent autour de deux minutes et chacun d'entre eux est une occasion pour le groupe de prouver son sens du riff improbable ou de la rythmique mutante.

Car comme tout groupe barré Down I Go est composé de musiciens plus que capables, et le boulot de Ben Standage à la batterie est en ce sens conséquent car il jongle avec les changements de tempo et les breaks multiples comme qui rigole. Les voix sont également un bon terrain de jeu : en plus de l'alternance gémissements plaintifs/cris de putois du chant principal, le groupe aime à utiliser parfois des choeurs d'opérettes pour un effet comique réussi. Le plus étonnant c'est que malgré ce flot ininterrompu d'idées et de changements brutaux il y a des passages de This Is Disastercore qui restent en tête : la fin atmosphérique de "Stay At Home And Die" donne du bonheur à chaque fois par exemple.


Down I Go signe donc au final un album varié, recherché et surtout profondément amusant. Le pari de divertir l'auditeur en proposant une mixture déjantée est réussi car l'album ne lasse pas, et This Is Disastercore vous fera sûrement passer de bons moments pour peu que vous soyez réceptif au genre. Un plaisir léger, mineur, mais diablement satisfaisant.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1