6826

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 27 décembre 2014
Sa note : 14/20

LINE UP

-Clément
(chant) 

-Jérôme
(guitare) 

-Jordan
(guitare) 

-Alexandre
(basse) 

-Jean
(batterie)

TRACKLIST

1) Cadaveric Discharge
2) Cemetery Market
3) Desossage
4) Organ Bath
5) OBF
6) Happy Burial
7) Surgical Strike
8) Torture for Dummies
9) Cannibalism Airlines
10) Battlefield

DISCOGRAPHIE


Whisper of Death - Noise of Obstinacy
(2014) - death metal brutal death désossage en règle - Label : Autoproduction



Whisper of death... Qu'est ce que c'est encore que ce groupe sans idée et photocopié de metal dit extreme ? C'est quoi cette artwork dégueulasse ? On dirait un disque punk ou grind, difficile de savoir mais ça renforce le perçu initial. Bon allez le mieux c'est encore d'écouter. Mais... ma nuque... Je rêve ou j'headbangue ? 

On découvre finalement en creusant un peu que le groupe est francilien et existe déjà depuis pas mal de temps. Temps qu'il aura peut être fallu pour affiner style et composition avant de passer par la case studio pour enregistrer l' album avec un François Ugarte (Pitbulls In The Nursery) aux commandes et Alan Douches au mastering (au passage dans le CV du bonhomme, par exemple, car la liste est très longue, des albums de Cannibal Corpse ou Deicide, les premiers Mastodon, et des remastering des LP de Death). Et la qualité sera au rendez vous tout au long de l'album. Le registre est donc bel et bien du death tendance gore et brutal avec un bon niveau technique de tous les acteurs. La batterie décalque sans s’arrêter et file la pêche tout du long. Pour le reste, le cahier des charges est respecté : double guitare bien tranchante dans le riff (avec hélas peu de soli, mais le genre ne s'y frotte pas systématiquement), une basse claquante, non pas façon funk, mais façon FUCK! Et vomi sur le gâteau, des vocaux bien franchouillards lâchant des textes bien poilants.
Quelles belles qualités dirons nous. Oui mais... Tout n'est pas rouge sang dans cette tripaille. Il faut d'abord bien s'accrocher pour suivre les paroles, dommage car les intros/riffs/rythmiques débutent bien les morceaux et l'on se perd à essayer de comprendre les historiettes façon rillettes. "Cannibalism Airlines" est franchement superbe, mais après deux ou trois écoutes, et encore, on n'est même pas sûr d'avoir tout saisi. Vraiment dommage, d'autant que les growls sont de qualité. Au final le groupe ne se prend pas au sérieux, mais (si on doit vraiment chercher à comparer) se rapproche du haut niveau d'un Ultra Vomit dans la préparation : c'est carré, ça dépote, c'est technique et ce n'est pas ce qu'on retient au final. Tant mieux, car pas sûr que l'on se repasserai l'album si le groupe proposait des thèmes à la « politicien t'es vilain » ou « technologie pas dans mon logie ». En bref, trente minutes de brutal sympa qui font du bien aux tumeurs de l'ennui et donnent de la joie en prends prends donc ça! 


Essai ! (rugbyment vôtre) (j'ai pas envie de dire touché avec Whisper of Death, je n'en serai point serein). Français, brutal mais léger, technique et burné. Album studio réussi et potentiel, ainsi que marge de progression énorme ! Le groupe mérite d'être vu live. Et vu les têtes d'affiches qu'il accompagne, plus d'hésitation : go ! 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7