6825

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 23 décembre 2014
Sa note : 12/20

LINE UP

-Jennie-Ann Smith
(chant)

-Marcus Jidell
(guitare)

-Carl Westholm
(claviers)

-Leif Edling
(basse)

-Lars Sköld
(batterie)

TRACKLIST

1) All I Want
2) Deep Well
3) Pandora's Egg (live)
4) Tides of Telepathy (live)
5) Bird of Prey (live)

DISCOGRAPHIE


Avatarium - All I Want EP
(2014) - doom metal - Label : Nuclear Blast



Forcément, la nouvelle production d’un groupe qui a sorti un album taillé dans le granit l’année dernière, ça fait envie, très envie même. D’ailleurs, s’il s’était agi d’un nouvel album, j’aurais été prêt à vendre père et mère pour recevoir le promo. Non, parce que franchement le premier Avatarium, j’en ai encore tout plein de frissons là… Seulement voilà. Il s’agit d’un EP. Et comme dit ma grand-mère : « Si c’est un EP, mon enfant, méfiat ! » En patois beaujolais, « méfiat » signifie « fais pas de conneries ». Et l’avis de ma grand-mère, j’en tiens compte.

C’est vrai, on ne sait jamais à quoi s’en tenir avec un EP. Si les nouveaux morceaux sont dans la ligne des œuvres précédentes, on peut supposer que le groupe nous régale de quelques restes de table. Du coup, peu d’indications sur le prochain « vrai » travail. Et si les morceaux changent de direction, on n’est pas plus avancés… Simple fantaisie entre deux grosses oeuvres du même tonneau ou « signal fort » d’un changement en perspective ? Bref, l’EP est un mauvais prédicteur… Dans le cas de All I Want, nous sommes dans la seconde situation. Le titre éponyme et son copain "Deep Well" ont de quoi interpeller. Pour faire une comparaison, on a l’impression de revivre les débuts de Cathedral quand le groupe a commencé à passer de pachyderme doomesque cultissime avec Forest of Equilibrium à sympathique groupe de proto-stoner frétillant avec des titres comme  "Autumn Twilight" sur la compil’ Gods of Grind, ou encore la majorité des compos de The Ethereal Mirror. On assite ici au même phénomène : "Moonhorse"  remplace "Ebony Tears", et "All I Want" substitue "Midnight Mountain". Bref, le premier morceau de l'EP est sympa, joyeux, 70s, catchy, mais évidemment, bien loin d’envoyer la purée comme les mammouths du premier album. Quant à "Deep Well", les doomsters purs et durs risquent d’avoir un peu mal aux c… en écoutant cette sorte de balade, qu’aurait pu chanter Coverdale, si Whitesnake s’était appelé Greysnake. Deux nouveaux titres étonnants, pas franchement mauvais, mais pas intersidéraux. « Et Jennie-Ann ? » me demanderez-vous, bandes de petis lubriques. Elle va bien, merci. Vocalement parlant en tout cas. Quelques commentaires sur les morceaux live ? Franchement, ça intéresse quelqu’un ? Eh bien, mis à part le choix curieux d’inclure "Tides of Telepathy" (le moins bon titre d’Avatarium), tout est décent. Et "Bird of Prey" est vraiment canon. Mais ça, on le savait déjà. Voilà.
 
Du lard ou du cochon ? Changement de cap en perspective ou amusement mainstream à pattes d’éléphants ? Courez éventrer un sanglier ou acheter du marc de café, parce qu’il n’est vraiment pas sûr que la réponse soit contenu dans cet All I Want choupinou, mais léger, léger, légeeer….
 



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5