6823

CHRONIQUE PAR ...

99
Droom
Cette chronique a été mise en ligne le 23 décembre 2014
Sa note : 13/20

LINE UP

-Chris G 
(chant)

-Yixja 
(guitare+claviers)

-Aslak Karlsen Hauglid 
(basse)

-Alkurion 
(batterie)

TRACKLIST

1) Deprivation
2) Lapse
3) Abnegate
4) Descend
5) Osmosis

DISCOGRAPHIE

Mesmur (2014)
S (2017)

Mesmur - Mesmur
(2014) - doom metal funeral doom - Label : Code666 Aural Music



- Eh, Winter, c'était quoi déjà le disque de funeral doom dont tu me causais la dernière fois ? 
- Pierre Mesmur.
- Ah oui ! Mesmur. File voir un peu. Les promo de doom sont déjà rares, mais du funeral, alors là... chapeau.
- Pierre. 
- Oulalaaaaa, ça a l'air chanmax comme truc. Ce sont les petits cousins d'Evoken ?
- Mesmur.
- Bon, je te fais la chronique rapidement. Le funeral doom, j'ai l'habitude.
- Pierre Mesmur.

Je vous l'dis : pour cette chronique, je ne m'embête pas. D'ailleurs, j'ai déjà balancé la référence qui va bien : Evoken. Normalement, ce genre d'astuce présente l'avantage de fixer des bornes claires et solides. Evoken, c'est le doom austère et profond. Celui qui ne badine pas, et qui se fiche bien d'avoir perdu sa dernière petite amie. Evoken, c'est la grotte. Voici nos bornes : riffs étalés comme de l'enrobé, tempo mollasson, chant argileux à vous brûler les glandes et touches de mélodies vaporeuses ici ou là, mais jamais trop. Un ensemble qu'on connait par cœur les gars, hein dites ? Les claviers sur "Descend", vous les avez trouvé où, dites ? Oh, chez Evoken ? Ouais. Les arpèges qui tombent au goutte à goutte sur "Osmosis" ? Même chose que vous dites ? M'étonne pas, tiens. Heureusement, tout est bien fait, malgré l'ombre parfois envahissante qui plane sur ce disque.
Là haut j'disais qu'on avait pas grand chose à se mettre sous la pioche en matière de funeral doom. Et là tout de suite j'vais vous parler de « masse », mais faites pas gaffe, c'est un effet de staïle. Donc j'disais. Mesmur, c'est un projet chouette, qui applique une recette chouette, avec une chouette réussite globale. Mais arrive ce moment où l'on se demande bien ce que Mesmur peut faire pour sortir de la masse. Alors, comment ? Eh bien... C'est là que l'bat blesse, m'voyez. Pas que ce soit mal fait, tout ça. Loin de là. Seulement, Mesmur a tout de l'exercice de style. Les bornes dont on parlait plus haut ? Respectées au millimètre. Promis chef, pas un poil ne dépasse. C'est un peu con, tout de même. Les quelques accélérations de "Lapse" ne suffisent pas : Evoken l'a déjà fait. Et quand la mélodie prend un peu le dessus sur "Abnegate", eh bien devinez ? Evoken l'a déjà fait. Coup de chance : Mesmur officie dans un genre où la place ne manque pas. 


- Eh, Winter. Ton Mesmur, là, c'est chouette. L'archétype même du groupe de première partie, mais on ne sait jamais... avec un peu de personnalité en plus, ça doit pouvoir gagner en charisme. En l'état, Mesmur est loin d'être un indispensable, mais reste une affaire à suivre, quelque chose d'honnête.
- Pierre Mesmur.
- D'ailleurs, étant donné la pauvreté de 2014 en matière de doom, Mesmur ne s'en tire pas si mal, finalement. Dans un carré de tête... qui sait ? Avec cet album nettement plus âpre qu'un Mournful Congregation, par exemple, Mesmur devrait plaire aux durs à cuire. T'en penses quoi ?
- Pierre.... Mesmur...
- Tu essayes de me dire quelque chose, non ? Un code ? Une blague ? Rapport à Pierre Messmer ? HAHA ! C'EST VRAI QUE C'EST DRÔLE, MON BON WINTER ! C'EST VRAI QUE C'EST DRÔLE. 




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4