680

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Doro Pesch
(chant)

+ Classic Night Orchestra


TRACKLIST

1)I Rule The Ruins
2)Metal Tango
3)Breaking The Law
4)All We Are
5)Für Immer
6)Let Love Rain On Me
7)Burn It Up
8)Tausend Mal Gelebt
9)I'm In Love With You
10)Undying
11)Love Me In Black
12)Always Live To Win

DISCOGRAPHIE


Doro - Classic Diamonds



Cela fait vingt ans que la blonde foule les scènes. Ca méritait bien un petit cadeau pour les fans, fidèles parmi les fidèles. Doro revisite donc avec Classic Diamonds quelques-uns de ses plus grands hits, accompagnée par le Classic Night Orchestra. Une initiative plus osée et appréciable qu’un stupide best-of passe-partout, et qui saura plaire aux plus ouverts d’esprit d’entre vous. Comme on pouvait s’y attendre, l’Allemande nous livre avec cet album son côté le plus romantique et émotionnel.

La part belle est évidemment faite aux ballades. C’est bien compréhensible, tant les "1000 x Gelebt", "Love Me In Black", "I’m In Love With You" passent agréablement le cap de la version orchestrale. Doro, sur ces petits condensés de douceur, séduit toujours avec son chant sobre, un poil éraillé par moments, expressif, et son timbre si chaud et touchant. La deuxième moitié de la galette, pour ainsi dire, est quasi-exclusivement constituée de chansons douces. La qualité de ces dernières n’est pas forcément à remettre en cause, mais il est vrai qu’il est difficile de tout encaisser d’une traite, sans être remué par un bon vieux riff.

Violons et violoncelles, de toute manière, supplantent sur l’ensemble de l’album les grattes saturées: on n’aura droit qu’à une guitare acoustique pour les rythmiques, et de temps en temps, à l’intervention de cuivres pour marquer les cadences de façon plus distincte ("Burn It Up"). Pour autant, l’esprit de "I Rule The Ruins", "Metal Tango" ou "All We Are" reste définitivement rock et diablement énergique. Au lieu de tomber dans la « symphonisation » à outrance de ses morceaux, qui en auraient probablement souffert, Doro est parvenue à en conserver l’identité, en utilisant le talent du Classic Night Orchestra avec sobriété et circonspection.

La simplicité, qui fait le charme des chansons de Doro, est bien conservée. C’était un pari difficile. "Metal Tango" et "I’m In Love With You" en tirent particulièrement bénéfice: les coups d’archet se fondent merveilleusement dans la rythmique agitée du premier, et les violons distillent une atmosphère romantique et mélancolique superbement adaptée au second. Et que dire de cette cover du "Breaking The Law" de Judas Priest? A l’issue des deux couplets joués version slow acoustique languissant et dégoulinant, la batterie et l’orchestre commencent à s’énerver sérieusement pour accueillir la voix de gargouille enrouée d’Udo Dirkschneider (ex-Accept, U.D.O.), qui va offrir en collaboration avec Doro la version la plus originale de ce classique du heavy-metal maintes et maintes fois repris. Frais et amusant.

Les morceaux rock sont les grands gagnants de cette relecture à la sauce classique. L’effet de surprise n’y est pas pour rien. Les autres, sans être mauvais, sont plus convenus et prévisibles. Etre fan de Doro aide à apprécier ce disque, c’est assez certain. Disque qui aurait vraisemblablement gagné à contenir plus d’énergie, à être moins axé sur les ballades. Mais ceux qui ne jurent pas que par le thrash ou le death pourront aussi bien être séduits par ce moment d’intimité offert par la (toujours) belle Doro Pesch, qui est quand même l’une des pionnières (la pionnière?) du hard-rock conjugué au féminin. Cela inspire forcément le respect.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3