6785

CHRONIQUE PAR ...

122
Iokanaan
Cette chronique a été mise en ligne le 18 novembre 2014
Sa note : 18/20

LINE UP

-John Garcia
(chant)

-Ehren Groban
(guitare)

-Mike Pygmie
(basse)

-Greg Saenz
(batterie)

A participé à l'album :

-Robby Krieger
(guitare sur la piste 11)

TRACKLIST

1) My Mind
2) Rolling Stoned
3) Flower
4) The Blvd
5) 5000 Miles
6) Confusion
7) His Bullets Energy
8) Argleben
9) Saddleback
10) All These Walls
11) Her Bullets Energy

DISCOGRAPHIE


John Garcia - John Garcia
(2014) - stoner Desert Cosmiko Rock - Label : Napalm Records



Aujourd’hui, le jour où je deviens grand, je deviens astronaute. Je suis sans combinaison, complètement nu, et John Garcia arrive de Saturne au volant d’une coupée sport déguisée en Lama. C’est marée haute et on prend nos jumelles pour regarder la grêle tomber sur le grand Canyon. Nous nourrissant uniquement de vésicules biliaires, nous vomissons nos tripes dans une immense enceinte de 75km de hauteur dont les vibrations galactiques tremblent tellement fort que le système solaire, déjà sans dessus ni dessous, se trouvent complètement renversé. La Terre frôle le Soleil, nous brûlons tous, la vie vaut vraiment le coup.

Parce que John Garcia est simple, sa musique crée des tempêtes de sable sans qu’un grain ne nous rentre dans l’oeil. Sa voix change, parce que, non content d’être une des voix les plus reconnaissables et symboliques de la dernière décennie musicale, Garcia se permet de la fouiller encore dans ses moindres recoins. Chaque morceau nous rappelle respectivement toutes les formations traversées par le garçon ; Kyuss, Slo Burn, Unida, Hermano ou Vista Chino font sentir de leur présence, pourtant la chose n'en est pas moins neuve : ça n'est plus du ceci ou pourquoi pas du cela, désormais c'est du John Garcia, seul face au vent ! Cet album est un écosystème qui se développe dans ta chaîne hifi, si récent et déjà si familier, ça vit, ça pullule et ça grouille.
Parce que John Garcia est surprenant. Prêt à nous faire croire que son oeuvre est répétitive, chaque son fait agréablement le tour de notre tête et la claque tombe dés qu’on la croit partie. "Confusion" atmosphérique écrasant le sol, "5000 Miles" (écrit par le groupe Danko Jones directement pour Garcia) transparent et palpable, "My Mind" directement à l’essentiel tout en prenant chaque détour, conclusion sur "Her Bullets Energy", ballade que tout le monde croit déjà avoir entendue mais que personne n’a jamais faite (qui accueille par ailleurs Robby Krieger, des Doors, à la guitare)... Cet album est un oxymore, un lieu où les paradoxes viennent bouffer dans la même assiette et marcher les mêmes chemins.
Parce que John Garcia est illuminé, ses morceaux ne parleront pas aux oreilles dont l’esprit est à jeun. Comme d’autres artistes, il suffit par moment de fermer la gueule et les yeux pour saisir le décor dans lequel l’auteur nous entraîne. Et même si la rêverie est d’allure subjective, à partir du moment où Garcia ouvre les vannes de son trip intérieur, c’est très vite fait de se retrouver à faire du surf sur une aurore boréale. Cette musique n'a rien de pudique et aujourd'hui, à l'heure où les viols musicaux deviennent radiophoniques et grands public, c'est une grande vertu que de savoir se mettre à poil soi-même... Cet album est une identité, matière qui traverse le temps, fait croire qu’elle est abîmée, et qui pourtant, restera.

John Garcia est un grand rockeur moderne, classe dans la poussière, la pensée au ciel et la marche bien calée dans les pompes, sans regrets, sans dénis, accordé au passé avec le regard droit devant. La simplicité de ce premier album solo colle juste dans la continuité de l’oeuvre de l’auteur et participe encore à le rendre artiste incontournable. Il y a des choses qui ne se discutent pas : si Morpheus avait eu la voix de John Garcia, on serait déjà tous sortis de la Matrice, sûr ! Depuis longtemps.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2