6746

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 28 octobre 2014
Sa note : 17/20

LINE UP

-Tony Sunnhag
(chant)

-Stefan Jonsson
(guitare)

-Markus Albertson
(guitare)

-Carl Svedåker
(basse)

-Tony Sandberg
(batterie)

TRACKLIST

1) Remedy
2) Land of the Lost
3) Hellbender
4) Break the Chains
5) Celestail Warrior
6) In Belevolence
7) World of Sin
8) Remember
9) Absence of Trust
10) Warlords of Doom
11) Into Oblivion (bonus track)
12) Silent Walk (bonus track)

DISCOGRAPHIE


Gormathon - Following The Beast
(2014) - heavy metal melodeath - Label : Napalm Records



Gormathon est un groupe suédois de melodeath. Écrit ainsi, on les verrait bien suivre la voie de leurs glorieux aînés de Göteborg, mais ce ne sera pas le cas. On est plus proche d’un Amon Amarth que d’In Flames dans l’idée. Pour leur deuxième album intitulé Following The Beast, le groupe développe une musique originale et personnelle, teintée de multiples influences : une bonne dose de heavy, une pincée d’indus et voilà les Suédois prêts à séduire un public large. Mais la sauce prend elle réellement ?

Le groupe démarre sur un morceau bien lourd, "Remedy". L’intro est classique, avec un riff rythmique soutenu par une guitare lead plus aérienne. L’arrivée du chant, nous surprend alors. Après un premier phrasé en growl caverneux, le deuxième part dans les aigus et la suite se fait en chant clair… Gormathon montre à immédiatement l’auditeur que le chant est un instrument qu’il aime utiliser à toutes les sauces. C’est certainement la grande particularité du groupe, qui en fait son principal défaut et, bien entendu, sa principale qualité. "Remedy" continue en lourdeur et nous gratifie d’un solo mélodique simple mais redoutablement efficace. Un choix audacieux comme opener, mais parfaitement cohérent avec la suite de l’album. "Land Of The Lost", choisi comme single, fait preuve de plus d’énergie. Après un couplet bien grave, le groupe nous fait headbanguer avec un refrain des plus catchys. Là encore, le chant varie beaucoup et le solo apporte sa part de mélodie. Derrière une base death metal bien présente, Gormathon réalise finalement une musique très mainstream. Capable de jouer lourd ou plus rapide, glauque ou mélodique, les Suédois peuvent accrocher l’oreille de nombreux fans de metal.
Pour maintenir l’intérêt de l’auditeur, le groupe évite de dépasser les cinq minutes par morceau. En cela, il construit de véritables morceaux, qui se déroulent sans accro et avec toujours beaucoup d’efficacité. Mixer voix claire et voix hurlée paraît souvent forcé (voire bassement commercial) chez beaucoup de groupes de metal. Chez Gormathon, cela semble naturel. Cette capacité à nous faire penser à Amon Amarth puis à Judas Priest en un instant est vraiment remarquable. Les morceaux et l’album dans son ensemble sont parfaitement cohérents. Le groupe est aussi à l’aise avec les morceaux énergiques ("Land Of The Lost", "Celestial Warrior") que les morceaux lourds ("Break The Chains", "Remember") qu’il alterne avec intelligence. Et que dire que ce "Remember" sur fond de guitare acoustique à l’ambiance si particulière ? La musique du groupe ne se s’affaiblit pas au fur et à mesure des écoutes, bien au contraire. Il ne faut pas y chercher une quelconque technicité, Gormathon se démarque avant tout par son chant. En écoutant l'album, on ne crie pas au génie. Mais il devient vite addictif.


Gormathon fait partie de ces groupes de metal capables de ratisser large sans toutefois chercher à amoindrir leur musique. Les Suédois semblant être parfaitement honnêtes dans leur démarche, on ne peut que les suivre. Digérant parfaitement leurs différentes influences, ils pourront toucher aussi bien les fans de melodeath que de heavy. Following The Beast est un album plein de personnalité, très accrocheur et doté d’un chanteur capable de tout. Une belle réussite à découvrir au plus vite !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6