6742

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 23 octobre 2014
Sa note : 14/20

LINE UP

-Jimi Maltais
(chant)

-Greg Rounding
(guitare)

-Ryan Hofing
(guitare)

-Morgan Rider
(basse)

-Cory Hofing
(batterie)

TRACKLIST

1) March of Victory
2) Rise to Power
3) Heroes Among Us
4) A Gathering of Kings
5) Maidens Call
6) Braving the Storm
7) On The Eve Of Battle (intro)
8) Freedom and Salvation
9) Dawn of Vengeance
10) Moonlite Skies and Bloody Tides


DISCOGRAPHIE


Crimson Shadows - Kings Among Men
(2014) - speed metal power metal mixé au death et à l'adrénaline - Label : Napalm Records



Quand j’étais plus jeune, j’écoutais du power-metal. Mais on m’a vite fait remarquer que cela manquait cruellement de virilité et j’ai délaissé mes premiers amours pour me tourner vers le death metal (mélodique quand même, on ne se refait pas !) et être accepté par une communauté plus en phase avec ma testostérone. Heureusement, des groupes comme Crimson Shadows existent. Issu de Toronto, les Canadiens assènent un power metal teinté de death. C’est l’occasion de mixer virilité et plaisir coupable en écoutant leur second album, Kings Among Men.

Après une introduction d’une platitude affligeante, Crimson Shadows démarre réellement les hostilités avec "Rise To Power". Et là, ça ne rigole pas ! Le tempo est élevé, les guitares fusent, très mélodiques, la double pédale tabasse et le chant death apporte la touche agressive, élargissant le spectre des auditeurs potentiels. C'est une bonne claque que l'on se prend. On pense fort à Children Of Bodom dans l’aspect death mélodique technique. Mais dès le refrain, la voix claire fait son apparition et elle est loin d’être au niveau de ce que l’on peut attendre dans le power metal. Son incursion est vite oubliée avec les soli qui arrivent, balancés à 200 à l’heure. Difficile de ne pas penser à Dragonforce. Clairement, c’est dans cette veine que se situe Crimson Shadows. Hyper technique, lancé sur les chapeaux de roue, voilà qui caractérise au mieux le groupe. Après quatre minutes, on est plutôt comblé face au déluge de notes proposé. Il faut dire que le groupe joue avec beaucoup d’enthousiasme, la musique est très enlevée et les mélodies pleuvent. L’énergie ne baisse jamais et les rythmes ne ralentissent qu’en de rares occasions. Les amis de la vitesse et de la vélocité seront comblés !
Hélas, comme pour ce genre de groupe frénétique, le passage au mid tempo est problématique. Afin d’éviter cet écueil, Kings Among Men n’en possède même pas ! Seules de très rares respirations ("On The Eve Of Battle") permettent à l’auditeur de souffler. Il s’en suit un pavé monolithique forcément répétitif. Surtout que le groupe utilise les mêmes structures à chaque morceau : début ultra mélodiques à la guitare, couplet death, puis refrain mélodique en chant clair. Un peu de variété ne ferait pas de mal, que ce soit avec des couplets plus mélodiques ou des refrains hurlés. L’ensemble manque aussi un peu de feeling par moment. Comme c’est un second album, on classera encore le groupe dans les espoirs de la scène, mais Crimson Shadows a de quoi peaufiner son jeu. On pense notamment au batteur qui enclenche sa double pédale en mode automatique. Un peu de finesse et de retenue dans le jeu ne seraient pas vains... Quant au chant clair, il est vraiment trop léger. Certes les refrains sont plutôt accrocheurs, mais les parties death sont bien mieux chantées. Enfin, les guitares assènent des riffs mélodiques déjà entendus mille fois. Les soli sont plus originaux, mais ont tendance à se répéter.


Crimson Shadows est comme un soufflé au fromage. Séduisant en début de cuisson, il se ratatine à force de le cuire encore et encore. Sans varier les tempos, jouant tout à fond, le groupe plaira par son enthousiasme, mais lassera forcément au fil des écoutes. Les Canadiens savent alors quoi faire pour confirmer les bonnes choses qu’ils nous ont montrées ici.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6