670

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-André Andersen
(claviers+guitare+basse)

-Paul Laine
(chant)

-David Readman
(chant)

+ guests

TRACKLIST

1)Rise
2)Dust To Dust
3)The Way It Goes
4)Straight To The Heart
5)Tell Me Your Lies
6)Don't Need A Thing
7)End of My Rope
8)Scared To Live
9)Bulletproof
10)Learning To Fly

DISCOGRAPHIE

Three (2006)

(2006) - hard FM - Label : Frontiers Records



Encore un projet réunissant d'illustres musiciens. Chat échaudé craignant m'eau froide, il faut savoir raison garder et ne pas sauter au plafond trop tôt: les entreprises de ce genre sont nombreuses -trop? - et malheureusement, tiennent rarement leurs promesses. Le boss de Royal Hunt, André Andersen, s'acoquine ici avec deux chanteurs de grand talent, Paul Laine (ex-Danger Danger) et David Readman (Pink Cream 69), composant à la base un line-up équilibré et plutôt alléchant. Les deux vocalistes sont tout deux irréprochables techniquement - peut-être un timbre moins "passe-partout" donne-t-il l'avantage à David Readman, à vous de voir... - et se partagent de façon équitable les chansons écrites par André Andersen, pour le coup plus proches du hard-rock mélodique que du metal symphonique de son groupe d'origine.

Le claviériste laisse donc tomber les longues et complexes envolées instrumentales, et ne garde que l'essentiel pour ces chansons directes et accessibles. Son clavier-guitare n'en lâche pas moins des sons immédiatement identifiables, et l'on reconnaît sans peine le style de composition du maestro à travers les riffs de "Tell Me Your Lies" ou les soli de "Learning To Fly". Ces deux titres, rapides et heavy, côtoient Royal Hunt de très près. Mais le hard FM de ce groupe-projet n'est pas novateur outre mesure. Des "Straight To The Heart", "Don't Need A Thing" ou "End Of My Rope" pourraient avoir été écrits par Desmond Child à la bonne époque, limités techniquement mais indéniablement catchy. Du déjà-vu, mais bien ficelé; encore qu'il faille peut-être apporter un petit bémol concernant certaines chansons, vraiment "too much": "The Way It Goes" ou "Scared To Live" par exemple.

En fin de disque, "Bulletproof" surprend avec un côté zeppelinien pas dégueu, ou André Andersen amène sur les couplets d'intéressantes sonorités. La production, qu'il assure également, est le dernier chaînon entre Three et Royal Hunt: les choeurs et les claviers, en réalité, suffisent largement pour deviner qui se cache derrière cet album, quand bien même le style en diverge... Les voix des parties prenantes s'apparentent cependant tout-à-fait au genre, et si Three ne révolutionnera pas le hard-rock, il donnera au moins l'occasion aux fans des personnes impliquées d'entendre du bon matériel. Andersen Laine & Readman fournissent donc une réalisation sympatoche sans plus, évitant au moins l'écueil propre à beaucoup de all-stars bands, de n'avoir pour eux que des noms et pas la moindre bonne chanson. A essayer.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6