667

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Marcus E. Norman
(tout)

TRACKLIST

1)Invocation Of The World Destroyers
2)Arphe De A Londoh De Ialpor Salbrox
3)Sulphurfields
4)Cometh Doom, Cometh Death
5)Procreation Denied
6)Retaliation Of The Rebellious
7)A Acroodzi De A Galvah
8)Universal Annihilation

DISCOGRAPHIE


Ancient Wisdom - Cometh Doom, Cometh Death
(2004) - doom metal - Label : AvantGarde Music



Vous voulez savoir quel est le genre de metal qui a le plus l’inspiration en poupe? Cherchez dans les profondeurs abyssales et dans les souffrances de la dépression car c’est du doom qu’il s’agit. Ce n’est en effet pas le premier album de doom qui passe entre mes mains en cette funeste année 2004 et ce n’est pas le premier qui soit bon. A croire que jouer lentement en ces temps d’ultra vitesse est une manne intarissable d’inspiration. Peut-être est-il facile de créer du doom… Non, ce n’est pas ça. Il est difficile d’assombrir avec force et vigueur l’esprit de l’auditeur. Je suis peut être bon public pour ce genre, mais Ancient Wisdom marque aussi son territoire en cette année 2004.

Comme il se doit, le disque commence sur une petite intro ténébreuse et pile derrière se décoche le premier riff, lent et pachydermique comme le veut la tradition doom. Il est clair que Ancient Wisdom n’invente rien, mais ce qu’il crée, il le crée avec talent. Surtout, le groupe, enfin Marcus E. Norman, ne se montre pas avare en ambiances lugubres. Ca tombe bien car le doom joue quasi uniquement sur l’ambiance qu’il impose à son auditeur. Ici elle se forme épaisse, sombre et dépressive. J’aime le doom car il permet le recueillement. Il est une ode à la déprime et au mal être. Et c’est en ça que c’est si bon.

Car se retrouver le soir seul à broyer du noir, ce n’est pas la joie. Mais quel meilleur remède que d’expurger sa détresse dans la musique? Ancient Wisdom viendra avec vaillance vous épuiser de vos chagrins. Sa musique lente et composée de claviers utilisés à excellent escient dans un genre différent de l’orgue aigu d’accompagnement seulement comme on peut en retrouver sur Reverend Bizarre est un plaisir. Remarque sur les claviers au passage, ils sont un instrument à part entière sur ce disque. Point d’accompagnement donc mais au contraire des lignes de piano en général qui renforcent l’ensemble.

Voilà en quoi on pourrait dire que cette galette se détache des autres dans le doom. Mais bon, c’est léger et puis ce n’est pas unique. De toute façon, la musique de cet apôtre du metal maudit n’est pas un canon d’originalité. C’est déjà dit, et il en est ainsi. Par contre, elle a sa personnalité et son inspiration. Le monsieur tient la route pendant les cinquante minutes que dure la rondelle, chaque chanson imposant sa masse monolithique et triste. La mélancolie suinte de toute part. Les riffs sont dans cette optique. N’y cherchez pas le réconfort. Tout juste certains sauront vous redonner l’énergie nécessaire à vous accrocher à la vie. Car Ancient Wisdom n’est pas un groupe d’extrémiste du doom, il ménage quand même son auditeur face à des assassins comme Thergothon. Mais il vous plongera bien ce qui faut dans la détresse.

Côté chant, c’est malheureusement encore une fois un des points faibles de l’album. Il est écorché, pas désagréable en soit mais il a tendance à gâcher la bonne sensation qu’on ressent à l’écoute. Encore une fois serais-je tenté de dire, c’est par le chant que le bât blesse. Car autant les groupes de doom composent très justement, autant ils sont à la rue de ce côté. On préfèrera les parties instrumentales à celles où il fait son apparition. C’est ainsi et c’est bien regrettable. Car à mon sens, le chant doit être un autre instrument de malheur dans le doom. Reverend Bizarre excelle dans ce domaine et a ainsi une flèche supplémentaire à son arc de dépression. Ancient Wisdom ne l’a pas. Niveau griefs, il y a aussi ce son de grosse caisse qui dénote. Trop numérique, il sonne synthétique. C’est un détail mais il frappe. Bon, ce n’est pas rédhibitoire mais ça énerve un peu.


Mais Cometh Doom, Cometh Death est un bien bel album, bien déprimant. Juste ce qu’on demande à un groupe de doom. Il n’a pas inventé la pluie, mais il la fait tomber drue.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7