6639

CHRONIQUE PAR ...

87
Malice
Cette chronique a été mise en ligne le 28 août 2014
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Johanna Kurkela
(chant)

-Johanna Iivanainen
(chant)

-Alan Reid
(chant)

-Tony Kakko
(chant)

-Metro Voices
(choeurs)

-Mikko Iivanainen
(guitares, banjo)

-Tuomas Holopainen
(claviers)

-Dermot Crehan
(violon)

-Troy Donockley
(pipes, whistles, bodhran)

-Teho Majamäki
(Didgeridoo)

-Jon Burr 
(Harmonica)

-London Philharmonic Orchestra
(orchestre)

TRACKLIST

1) Glasgow 1877
2) Into the West
3) Duel & Cloudspaces
4)
Dreamtime
5) Cold Heart of the Klondike
6) The Last Sled
7) Goodbye, Papa
8) To Be Rich
9)
A Lifetime of Adventures
10) Go Slowly Now, Sands of Time 

DISCOGRAPHIE


Holopainen, Tuomas - Music Inspired By The Life And Times Of Scrooge
(2014) - musique classique Disney - Label : Nuclear Blast



Être chroniqueur est - sur le papier - un métier facile. On écoute, on tranche, on rédige : dit comme ça, même le plus idiot des benêts pourrait s'en charger. Il faut aussi une belle plume, une oreille exercée et surtout... un sens critique à tout épreuve. Ce sens critique, je ne peux l'abandonner même pour les beaux yeux d'un claveriste ambitieux. Ma sympathie pour Tuomas Holopainen est immense mais je vais devoir trancher : The Life And Times Of Scrooge ne tient pas ses promesses et je vais vous expliquer pourquoi... en détail.


Tout d'abord, rappelons que Tuomas Holopainen n'est pas un newbie du monde de la musique : fondateur et claveriste de Nightwish, il présente The Life And Times Of Scrooge comme le premier album qu’il a composé tout seul comme un grand, une création dont le concept est d'accompagner l'histoire de Picsou. Nous avons donc là un opus défini comme bande-son mais qui, vendu séparément des livres, sera donc traité séparément. Et lorsqu'on l'écoute sans autre distraction (comme un album ordinaire), une première constatation vient à l'esprit : si tout cela est bien joli, on décroche quand même assez vite.

On sent pourtant bien que Tuomas a mis du coeur à l'ouvrage, de plus il est difficile de ne pas saluer les arrangements symphoniques de Pip Williams (qui avait déjà collaboré sur les deux derniers albums de Nightwish). Cependant, les compositions de The Life And Times Of Scrooge ont tendance à vite lasser l'auditeur. Cela peut s'expliquer en deux choses : les constructions trop répétitives des pistes (si certains thèmes prennent, ceux de "Dreamtime" et "Goodbye, Papa" ne parviennent pas à capter l'attention durant tout un morceau) et un manque sérieux de punch qui se ressent à travers tout l’album.

En effet, les thèmes de cette bande-son sont souvent très planants, sucrés et à la limite du soporifique. Il arrive que l’orchestre tente ici et là une envolée qui, hélas, n’aboutit jamais vraiment au paroxysme tant attendu. On se retrouve donc face à une succession de moments très doux et beaux mais que l’absence de variété dans l’intention rend uniformes et au final... lassants. Et ce ne sont pas quelques moments un peu plus vifs (le très bon "Duels & Cloudscapes", "Cold Heart of the Klondike") qui parviendront à débarrasser l’auditeur de cette impression gênante.


A part ce problème, The Life And Times Of Scrooge reste un album florissant d’idées, bien arrangé, à la production impeccable... et très supportable tant que l’on écoute rien d’une traite. Hélas, le gros défaut que j’ai mentionné plus haut suffit à lui seul à transformer un album au grand potentiel en premier essai sympathique mais pas à la hauteur des ambitions de son créateur. Tuomas Holopainen reste cependant un compositeur de talent et ce premier album est loin d’être raté. Puis je n’irai pas jusqu’à dire que "To Be Rich" m’a laissé quelques étoiles dans les yeux mais... c’est tout comme.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4