6598

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2014
Sa note : 13/20

LINE UP

-Damna
(chant)

-Aydan
(guitare)

-Rafahel
(guitare)

-Lethien
(violon)

-Jakob
(basse)

-Symohn
(batterie)

TRACKLIST

1) The Manifesto
2) King Of The Elves
3) Elvenlegions
4) The Druid Ritual Of Oak
5) Moonbeam Stone Circle
6) The Solitaire
7) Towards The Shores
8) Pagan Revolution
9) Grandier’s Funeral Pyre
10) Twilight Of Magic
11) Black Roses For The Wicked One
12) Witches Gather

DISCOGRAPHIE


Elvenking - The Pagan Manifesto
(2014) - folk speed metal - Label : AFM Records



Quand je vais à un concert, il est rare qu’un groupe de première partie retienne mon attention. Ouvrant pour Rhapsody Of Fire et Gamma Ray (rien que ça), le groupe de power metal folk Elvenking avait pourtant su suffisamment me titiller les oreilles pour que j'aille en écouter un peu plus. Dotés d’une musique pleine d’enthousiasme et d’un violon, le groupe avait enflammé la salle sans problème. Alors que donne The Pagan Manifesto, album qui semble, selon les Italiens, leur faire passer un cap au niveau qualité et maturité ?

Après une introduction plutôt calme, l’album démarre sur "King Of The Elves". Le début est laborieux et doté d’un son simplement affreux. Le violon est mal intégré, les chœurs horribles… Ce sera le seul moment où le son est mauvais. C’est assez étonnant, mais cet écueil m’a donné une première impression très négative. "King Of The Elves" dure treize minutes. Commencer par un tel morceau, il fallait oser et les Italiens auraient peut-être du éviter cela. Le morceau possède de nombreux passages sympathiques, voire même très réussis, mais les transitions sont souvent brutales et à plusieurs reprises, on croit voir poindre la fin du morceau alors qu’il continue. Cette chanson est difficile à digérer et lance plutôt mal l’album. Heureusement, après plusieurs écoutes, le morceau passe beaucoup mieux. Plus étonnant, The Pagan Manifesto comporte relativement peu d’éléments progressifs. La plupart des morceaux vont droit au but. A croire que le groupe s’est lancé le défi de faire un long morceau. Malgré tout, on entrevoit déjà les caractéristiques du groupe : des riffs de guitare sympas, un chant tout en enthousiasme (avec des chœurs à foison sur les refrains pour le booster) et des interventions remarquées du violon. Le chant est très pop et rappelle Tobias Sammet, tant dans le timbre que dans certaines lignes vocales. Ainsi, "King Of The Elves" peut rappeler Avantasia, là où "Twilight Of Magic" rappelle (trop ?) Edguy. Bref, si vous êtes fan du lutin et prêt à accepter un peu de folk, Elvenking devrait vous plaire.
Le gros point fort du groupe tient dans ses lignes de chant. La plupart sont très mélodiques et accrocheuses, bien qu’elles ne soient pas très originales. Le tout est centré sur l’enthousiasme du groupe (qui se retrouve d’ailleurs en concert). La musique est happy metal dans l’idée ("Twilight Of Magic", "Pagan Revolution", "Elvenlegions"), cet aspect joyeux étant renforcé par les passages folk du violon. Bref, cet album est parfaitement adapté à une écoute sans prise de tête lors des mois d’été ensoleillés. On remarquera aussi une certaine inventivité dans les parties guitares, même si cela n’est pas flagrant aux premières écoutes. Il est dommage que ces dernières ne dialoguent pas plus avec le violon, car chaque fois que c'est le cas, c'est un moment fort de l'album. De même, comme beaucoup de groupes basant beaucoup l’efficacité sur leur chant enthousiaste, le tout manque un peu de variété dans l’interprétation. Mais surtout, les refrains sont parfois rabâchés jusqu’à l'écoeurement. Ainsi, "Pagan Revolution", clairement écrit pour être le méga tube du groupe m’est vite devenu insupportable. Même si le morceau est taillé pour la scène (avec en plus un violon très présent), il fatigue à vitesse grand V, à moins d’être à fond dans le trip folk. De même, la ballade "Towards The Shores" est anecdotique et manque vraiment d’émotion. Le chanteur montre ses limites lorsqu'il n’est plus soutenu par le reste de l’armada.


Elvenking est loin d’avoir écrit un album majeur du genre. Mais The Pagan Manifesto propose de nombreux morceaux accrocheurs, dotés d’une certaine variété. A la fois bourré de défauts (la durée de l’album, de plus d’une heure en est un) et de qualités, il suscite des sentiments paradoxaux. Mais si vous aimez le power metal tout en enthousiasme, que les parties folk ne vous rebutent pas et que vous êtes prêts à fermer les yeux sur certains pompages, foncez : il est clair que cet album vous fera passer de bons moments.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5