658

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Gunther Theys
(basse+chant)

-Erik Sprooten
(guitare)

-Jan « Örkki » Yrlund
(guitare)

-Domingo Smets
(claviers)

-Walter Van Cortenberg
(batterie)

TRACKLIST

1)The Return
2)Exile (Les Litanies De Satan)
3)Victory Of Valhalla (Last Man Standing)
4)And The Horns Called For War
5)North Sea
6)Götterdämmerung (Twilight Of The Gods)
7)(Ode To The Ancient) Europa
8)Remembrance
9)Lindisfarne (Anno 793)
10)On Golden Fields (De Leeuwen Dansen)
11)Dim Carcosa

DISCOGRAPHIE

Dim Carcosa (2001)
Rubicon (2006)

Ancient Rites - Dim Carcosa
(2001) - heavy metal black metal - Label : Hammerheart



Un groupe belge, voilà qui a de quoi mettre les sens en alerte. Pourtant Ancient Rites n’est pas un débutant, loin de là. Dim Carcosa est le cinquième album de nos amis d’outre Quiévrain et il est le fruit d’une longue période de réflexion et de composition. Par ailleurs, le groupe a penché son propos sur l’Histoire guerrière européenne comme le prouve le richement doté, illustré et écrit livret. D’ailleurs celui-ci mérite une petite attention particulière car il est quand même diablement beau et épais dans la version digipack de l’album. Amateurs d’Histoire et de lecture, vous serez servis! Pour les autres, sachez tout de même qu’accessoirement un CD accompagne le digipack.

Un CD avec de la musique dessus même, incroyable non? Mais belge. Ils l’ont fait. Ils sont vraiment incroyables ces belges. Trèfle de plaisanteries douteuses. Il faut maintenant parler musique. Là tout de suite, on peut la qualifier de heavy black. Car si le rythme rapide du black, son chant caractéristique et ses claviers grandiloquents sont là, le son des guitares, les riffs et les changements de rythme sont autrement plus heavy. Cette discussion n’intéressera que les adeptes du détail inutile. En tout cas, une chose est sure et certaine, l’album s’ouvre avec une grande intro toute aux claviers bien majestueuse et pompeuse. Pas très originale en soit comme démarche, mais le résultat fait toujours autant d’effet. Nous voilà prêts à entrer dans un monde relatant les hauts faits guerriers de notre Continent. S’ensuit une "Exile (Les Litanies De Satan)" qui pose bien ce qui sera le reste de l’album. Des riffs inspirés et incisifs, des claviers présents sans pour autant être pompant et quelques changements de rythme bienvenus.

Le fait marquant de cette première prise de contact avec l’album est que Ancient Rites a su se forger un son bien à lui et même une musique carrément originale. On sort un peu des carcans du black metal pour se pavaner dans une zone où riffs inspirés sont synonymes de riffs originaux. C’est une grosse caractéristique du groupe, il est original. Voilà une chose bien difficile à être dans le troisième millénaire. Nous n’en reconnaîtrons que plus de mérite au groupe. Reste à savoir s’il est bon. Vous vous en doutez, avec des riffs inspirés et des claviers majestueux, oui elle est bonne cette bande de belges. Les moments jouissifs sont nombreux. Juste pour en donner comme ça en vrac, citons "And The Horns Called For War" avec son refrain inoubliable. "North Sea" qui balance des riffs tout bonnement sublimes et nous clôturerons cette trilogie par "Götterdammerung (Twilight Of The Gods)" avec son exceptionnelle intro et ses chœurs féminins à pleurer. Magnifiquement éprouvante, cette trilogie est la preuve par la musique que Ancient Rites possède toutes les armes pour s’imposer en conquérant et vainqueur de cette guerre musicale.

Pour trouver un peu de voile noir au-dessus de cette marée de compliments, on fera un détour par les fans de black purs et durs. Ceux-là ne trouveront certainement pas leur bonheur dans cette musique trop éloignée de leurs canons. Ils seront bien les seuls déçus. Les autres amateurs de metal devraient y trouver leur compte pour peu qu’ils ne soient pas purs et durs eux aussi. Le fan de heavy aura comme satisfaction la recherche des riffs, les mélodies envoûtantes des claviers et les refrains entêtants, le fan d’extrême trouvera son bonheur dans le chant et le rythme enlevé (les blast beats sont monnaie relativement courante) et celui de prog pourra même se dire que la musique est bien recherchée en plus d’être originale. Un groupe qui a les armes pour toucher un très large public, et qui le mérite amplement.


Personnellement je suis totalement client de leur musique. Elle a tout pour plaire: bien composée, bien exécutée et divinement inspirée. Sans compter qu’elle maintient la cadence sur tout l’album évidemment.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5