6532

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 20 avril 2014
Sa note : 12/20

LINE UP

-Edwin Webb
(chant)

-Rick Rozz
(guitare)

-Terry Butler
(basse)

-Mike Mazzonetto
(batterie)

TRACKLIST

1) The Ancient Ones
2) As We Wait to Die
3) Ascension of the Deceased
4) Hunter’s Blood
5) Darkness Fell 
6) False Revelation
7) Succumb to Rapture
8) Remnants of Hatred
9) Shield of the Son
10) The Evil Within
11) Sands of Time
12) Beast with Vengeance
13) Back from Beyond
14) Honor the Fallen

DISCOGRAPHIE


Massacre - Back From Beyond
(2014) - death metal old school - Label : Century Media



Massacre est un groupe formé en 1984. Les échanges de musiciens les lient fortement au groupe Death, ce qui leur permit l’exploit de produire un album, From Beyond, qui fut culte avant même sa sortie ! On était alors en 1991 et le death metal avait connu ses premières heures. Après un autre album en 1996, c’était le silence radio. Et voilà que près de vingt ans plus tard, Massacre revient sur le devant de la scène avec Back From Beyond. Outre le nom, la pochette renvoie directement à l’album culte du groupe. C’est donc parti pour une bonne tranche de death metal old school !

L’album démarre sur une petite introduction, "The Ancient Ones". Une minute de montée en pression avant que les riffs ne déferlent. "As We Wait To Die" sonne comme du bon vieux death metal bien gras. Un hurlement, des guitares graves et crades, la double pédale qui martèle… Mais étonnamment, le couplet est lourd et pesant. Bizarre comme choix pour un opener, même si une accélération sera lancée avant le solo. Le morceau se révèle assez moyen finalement. "Ascension Of The Deceased" démarre réellement l’album avec beaucoup plus d’énergie malgré un son très old school. Les riffs sont faits de tremolo essentiellement. Clairement, le groupe ne recherche pas la modernité. Mais voilà que l’outro surprend… Après un morceau pied au plancher, le groupe ralentit avec un gros riff bien lourd et le chant se met à scander le titre du morceau. Une fin de morceau particulièrement efficace. Rapidement, on sent que Massacre est plus à l’aise dans les mid-tempos (voire même les tempos lents). C’est le cas de "Hunter’s Blood" qui est plus réussi que la moyenne de la galette, sans chercher à accélérer. Les morceaux s’enchaînent sur les mêmes bases, sans que l’on décolle réellement finalement. Back From Beyond est très old school, mais peut-il intéresser un public autre que nostalgique ? Si la qualité de l'album est globalement bonne, peu de passages retiennent vraiment l'attention. Du coup, on peut se poser des questions sur la durée de vie de ce Back From Beyond.
Les morceaux de l’album tournent autour d’une durée de trois minutes. Certains morceaux sont donc très courts. Leurs fins abruptes donnent l’impression que le groupe veut aller à l’essentiel, mais quelques morceaux plus complexes n’auraient pas fait de mal. Ainsi, le morceau éponyme, unique piste à dépasser les quatre minutes, est de loin le plus réussi de l’album. Et il arrive en treizième position seulement… Il fait montre de plus de créativité (on entend même la basse !) et d’évolution dans la progression du morceau. Mais il faut avouer que les riffs sont très classiques et n’emballent pas l’auditeur plus que ça. Clairement, Massacre nous concocte un album d’un autre temps et il est difficile de nier vingt ans d’évolution du genre. Cela donne l’impression que le groupe offre un album aux amoureux de From Beyond. Mais sans en atteindre la qualité, est-ce un bon choix ? Qui plus est, les soli ne sont pas non plus très pertinents. Courts et blindés d’effets (reverb et whammy en tête), ils se ressemblent tous. Le premier solo plait, au bout de cinq, l’auditeur se lasse. Surtout que les parties leads sont inexistantes, les guitares se contentant avant tout de la rythmique. Le chanteur tente bien de capter l'attention de son growl gras et grave, capable de partir en screaming lorsque cela est nécessaire, mais cela reste trop peu pour vraiment rendre l'album essentiel.


Le nom, la pochette et le style de musique de l’album sont suffisants pour deviner que Massacre produit un album dans la droite ligne de son From Beyond. Mais vingt ans ont passé et il est illusoire de croire qu’il est possible de réitérer l’exploit. Il en reste pas moins un bon album de death metal old school, qui plaira aux nostalgiques.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2