6514

CHRONIQUE PAR ...

103
Amdor
Cette chronique a été mise en ligne le 06 avril 2014
Sa note : 13/20

LINE UP

-Human Furnace
(chant)

-John Comprix
(guitare)

-Matt Sorg
(guitare)

-Aaron Dallison
(basse)

-Danny Zink
(batterie)

TRACKLIST

1) Dawn of Decay
2) Bleed
3) Leave Your Skin at the Door
4) Exit Life
5) Psychic Vampire
6) King of Blood
7) I Recommend Amputation
8) Hammer of the Witch
9) We'll Always Have the End
10) One of Us Is Going to Have to Die...
11) Vicious Circle of Life
12) Die Like a Pig
13) Height of Revelation

DISCOGRAPHIE


Ringworm - Hammer of the Witch
(2014) - hardcore crust crossover - Label : Relapse Records



Ringworm, du metalcore ? Vraiment ? Bon, certes les américains jouent un hardcore bel et bien métallique mais de là à les ranger dans la même case que ces groupes de mécheux aux refrains qui dégoulinent de chant clair (je généralise, je sais !), il y a tout un monde. Pourtant, nombre de personnes n’ont pas hésité à franchir le pas et à les affubler de cette étiquette particulièrement trompeuse. Alors moi, petit chroniqueur qui ne connaissait pas le groupe avant qu’on me passe ce sixième album de la formation, je dois avouer que je m’attendais plus à du August Burns Red ou à du As I Lay Dying. Force est d’avouer que j’étais bien loin de la réalité !

Alors Ringworm, qu’est-ce que c’est en fin de compte ? Certes le fait que le groupe ait été signé chez Victory Records de 2001 à 2011 pourrait induire en erreur mais il joue à peu près tout sauf du metalcore, du moins le metalcore auquel on pense d’habitude. En fait, ils semblent bien plus proches du catalogue de Relapse qu’ils viennent justement de rejoindre. Voilà une mise au point qui semblait s’imposer. En effet, Ringworm ça pue la sueur et la rage : titres courts, riffs thrashy véloces et acérés, chant braillé monocorde mais puissant et burné, le tout supporté par une production touffue et une basse ronflante, votre serviteur a beau ne pas être un grand spécialiste du style, il peut tout de même confirmer que Hammer of the Witch tient plus du Crossover voire du Crust que d’autre chose. Bref, ceci dit, entrons dans le vif du sujet !
Hammer of the Witch c’est treize titres, treize brûlots intenses qui font l’étalage de toute l’expérience de la formation qui n’en est plus à son coup d’essai. Certes, à aucun moment les compositions ne débordent d’originalité mais on ne peut que se délecter de cette science du riffing et du solo bien rôdé ainsi que de cette énergie brute et continue concentrée sur un peu moins de quarante minutes. On regrettera toutefois la linéarité de l’ensemble, que ce soit au niveau du chant, de l’intensité et de la qualité générales ou encore des structures de morceaux malgré un breakdown bien senti sur "One of Us Is Going to Have to Die..." ou encore le soubresaut de violence sur un "Exit Life" aussi furieux que court. Certains soutiendront que c’est le genre qui veut ça mais cela signifie aussi que le réfractaire au style peut s’abstenir d’essayer car la musique de Ringworm ne sera pas faite pour lui. Qu’à cela ne tienne, les autres en redemanderont !

Féroce, redoutable, voilà des mots qui reviendront à l’écoute de Hammer of the Witch qui est à n’en pas douter un méfait de qualité. Son classicisme l’empêchera certes de figurer parmi les albums de l’année mais n’importe quel amateur du style devrait reconnaître et apprécier cette démonstration du savoir-faire de Ringworm qui rappelle à tout le monde s’il le fallait encore que le mélange de metal et de hardcore n’enfante pas forcément du metalcore.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2