6474

CHRONIQUE PAR ...

95
Wrathchild
Cette chronique a été mise en ligne le 22 mars 2014
Sa note : 10.5/20

LINE UP

-Angelica Rylin
(chant)

-Per Berqvist
(guitares)

-Johan Niemann
(basse)

-Daniel Flores
(claviers+batterie)


TRACKLIST

1)  Breaking My Heart
2)  I Am Strong
3)  To Your Rescue
4)  Can't Stop Love
5)  Nothing Else You Can Break
6)  Riding Out The Storm
7)  Rain On My Parade
8)  Losers In Paradise
9)  You Will Never Win
10)  This Kiss Is Just For You
11)  I'm Not Waiting
12)  Take Me To Your Heart

DISCOGRAPHIE

Thrive (2013)

Angelica - Thrive
(2013) - pop rock - Label : Frontiers Records



Angelica Rylin, chanteuse du groupe suédois The Murder Of My Sweet a réalisé ce qu'elle appelle un rêve d'enfance avec la sortie de ce Thrive, un album solo qui convient tout à fait au portfolio du label italien Frontiers, spécialisé dans le rock mélodique. Quelques guitaristes notoires ont été invités à y jeter un p'tit solo ici et là, comme Magnus Karlsson (Primal Fear) ou Jesper Stromblad (In Flames, Sinergy). Mais il serait fort trompeur d'espérer y voir une once de metal percer la carapace pop de l'ensemble. Car il s'agit bien ici d'une musique à ne heurter aucun mœurs.

« Don't go, don't walk out the door », chante Angelica en ouverture de "Breaking My Heart" et si celle-ci semble parler à un amoureux à deux doigts de laisser tomber la belle donzelle, on peut très bien l'imaginer implorer tout fan de musique un peu hard d'en faire la même chose. Une de ses idoles est Ann Wilson de Heart, et à l'écoute de ce premier extrait, les comparaisons avec le groupe de cette dernière sont évidentes. Le clip de ce "Breaking My Heart" aura peut-être permis de garder l'intérêt de notre metalleux, avec Angelica toute de cuir noir vêtue. Quoi qu'il en soit, c'est un bon exemple de rock FM, avec un petit solo de Magnus Carlsson. Et si il n'invente rien, il est au moins bien construit, et met en valeur la voix de la demoiselle qui a un timbre proche de celui de Janet Gardner (Vixen). Mais le second titre, "I Am Strong", aura bien fait de perdre l'affaire. Des claviers monstrueusement pop, un refrain et des chœurs dans le même style, et une mélodie qui ressemble à du Shania Twain. La cause est perdue. En dépit des paroles, il n'y a rien de costaud ici. Car si son groupe, The Murder Of My Sweet, officie dans un style légèrement sympho, ils n'en n'oublient pas les guitares pour autant. Et notre amateur de gratte, lui est parti, chassé par les orientations trop pop de l'affaire. On ne peut lui en vouloir. Celui de rock mélodique pourra quant à lui y trouver chaussure à son pied, le tout étant bourré de mélodie. Bon, certes, l'auditeur lambda devra bien aimer les claviers, car peu de titres figurent un actuel solo de guitare.
Le reste de l'album suit la course de ces deux premiers morceaux, avec ballades à la clef. "Can't Stop Love" est dans une veine encore une fois très Heart époque Desire Walks On où Angelica se montre très passionnée ou bien encore "Losers In Paradise", cette dernière moins bien réussie. Il est vrai que sa voix se prête fort bien à ce style mélodique que certains pourront qualifier de guimauve, ce qui n'est pas très loin de la vérité. "To Your Rescue" démarre sur des claviers très euro-dance avant de se lancer dans une mélodie très Pat Benatar. "Nothing Else You Can Break" est encore une fois dans un style Heart/Pat Benatar à la limite du hard FM, mais sans vraiment y aller de plein pied. On pourra regretter le trop peu de soli de guitare présents sur ce disque. Angelica semble avoir voulu faire plaisir à ses aspirations personnelles qui sont très pop. Mais ce qui manque ici est une vraie marque de fabrique, une vraie identité. Le tout est mélodique mais énormément passe-partout, avec de nombreux clins d’œil aux années 80. La fin du disque semble prendre plus forme, se terminant avec "Take Me To Your Heart" qui sonne plus Hard FM dans ce qu'aurait pu faire Vixen par exemple. Deux autres légers sursauts, proches de ce qu'a pu faire Zazie au début des années 90, avec des claviers qui sonnent moins comme des pastiches et avec des guitares qui ont quelque chose à dire. "You Will Never Win" a un gros refrain, comme de ceux qu'aiment les radios lorsqu'elles veulent un petit peu de guitares dangereuses, mais pas trop. "I'm Not Waiting" réussit là où "I Am Strong" a échoué auparavant. Une affirmation du caractère fort de la dame, menée par une batterie qui se réveille et un refrain enjoué.  


Ce disque aura du mal à faire l'unanimité auprès des auditeurs amateurs de grattes qui crachent, mais ceux qui en pincent pour un rock mélodique mené par une voix féminine y trouveront peut-être plus d'une once de satisfaction, tout en sachant que l'ensemble reste très pop avec des claviers qui sonnent très dance. Le tout n'est pas sans rappeler ce que certaines divas de la pop essaient de faire quand elles veulent jouer les bad girls...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6