646

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12/20

LINE UP

-Aphazel
(chant)

-Kaiaphas
(batterie+chant)

-Jesus Christ
(guitare+basse+claviers)

-Krigse
(batterie)

TRACKLIST

1)God Loves The Dead
2)Trolltaar - 2000
3)Powerslave (Iron Maiden Cover)
4)The Draining (remix)
5)Um Sonho Psycodelico (remix)
6)God Loves The Dead (clip)
7)Um Sonho Psycodelico (clip)

DISCOGRAPHIE


Ancient - God Loves The Dead (EP)



Ancient n’avait jamais fait de reprises ni de remix sur mini CD jusqu’en 2001. Après Halls Of Eternity qui n’a pas reçu toute les ovations du public, et avant Proxima Centaury, album plus complexe et original, il fallait donc bien faire le point en offrant quelques friandises musicales et visuelles. A part pour les deux clips du CD, God Loves The Dead est la production la plus dispensable du groupe. Mais bon, si on est fan, on est fan. Alors, que propose God Loves The Dead? Tout d’abord un titre du même nom, seul inédit de la galette, toujours dans la veine provocante du groupe. Ancient s’essaie aussi à la reprise d’un de ses classiques : "Trolltaar", nommé pour l’occasion Trolltaar-2000. Puis le combo s’attaque à une cover de Iron Maiden, ni plus ni moins "Powerslave". Deux remix viennent clore le mini CD avec l’excellent "The Draining" et le très vampirique "Um Sonho Psycodelico".

Bon, le nouveau titre God Loves the Dead ne restera pas un grand classique du groupe, avec sa construction simple et répétitive, son chant ultra saturé criant « die die die die… ». Bon titre tout de même, laissant échapper de belles mélodies servies par des riffs propres. Ca manque peut-être d’un refrain plus accrocheur. Pour rentrer dedans, il faut regarder le clip présent sur le CD. Mise en scène de petit budget et jeu de scène minimaliste, "God Loves the Dead" se veut direct, sans effets spéciaux à la Matrix. Juste un pan de colline, une palette de maquillage, un filtre rouge pour la caméra et surtout la belle Deadly Kristin (qui ne chante et ne dit rien sur ce titre) pourléchant ses doigts ensanglantés avec une attitude digne d’Aria Giovanni… Retour à la musique et aux titres de ce God Loves The Dead. La progression du groupe vers quelques chose de plus atmosphérique se fait sentir à l’écoute de "Trolltaar-2000", originellement composé en 1994.

Le son du nouvel enregistrement est plus complet, bénéficiant d’une plus grande expérience dans l’enregistrement. Guitares moins nasillardes donc. Mais c’est qu’on s’habitue souvent aux vieux sons de nos albums préférés! Malgré tout, cette nouvelle version n’est pas malvenue, le plaisir d’écouter un groupe qui n’oublie pas ses racines n’est jamais malvenu… Je ne suis généralement pas fan des reprises, l’interprétation la mieux réussie est toujours celle du groupe d’origine. Ancient tire tout de même son épingle du jeu avec "Powerslave" d'Iron Maiden, apportant une touche extrême et plus agressive encore avec le chant écorché d’Aphazel. Guitares affûtées, rythmiques pointues, son correct sans non plus être transcendant, cette reprise a le mérite d’avoir le cachet Ancient sur les fesses.

Ce mini est un coup de nostalgie de la part du groupe qui reprend pour finir "The Draining" et Um Sonho Psichodelic"o de l’album "Mad Grandiose Bloodfiends", de l’époque artistiquement farfelue du groupe. J’ai dit reprises? Non il ne s’agit en fait que de remix n’apportant strictement rien aux compositions à part quelques nappes de sonorités plus spatiales ou plus électro. Il y a juste à redécouvrir alors avec ces titres quelques bons morceaux d’une époque pas si lointaine. Le deuxième clip du CD met en image le deuxième remix "Um Sonho Psycodelico". Je pense que beaucoup auraient préféré voir justement un clip de "The Draining", titre autrement plus théâtral, malsain et complexe que le simplissime "Um Sonho Psycodelico". Le clip est néanmoins plus underground que le premier, jouant tout sur le vampirisme, ce qui lui donne une teinte résolument obscure et inspirée.


God Loves The Dead a été construit tel un apéritif nostalgique pour la suite, pas forcément du meilleur cru, mais rappelant que le passé du groupe n’est pas bénin. Une petite piqûre de rappel.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7