6355

CHRONIQUE PAR ...

116
Lotus
Cette chronique a été mise en ligne le 12 janvier 2014
Sa note : 11/20

LINE UP

-Aðalbjörn Tryggvason
(chant, guitare)

-Sæþór Maríus Sæþórsson
(guitare)

-Svavar Austmann
(basse)

-Guðmundur Óli Pálmason
(batterie)

TRACKLIST

1) Undir Jökli
2) Í Blóði Og Anda
3) The Underworld Song
4) Tormentor
5) 2000 Ár
6) Ei Við Munum Iðrast
7) Bitch in Black
8) Í Víking
9) Árstíðir Dauðans

DISCOGRAPHIE


Sólstafir - Í Blóði Og Anda (réedition)
(2013) - post rock black metal drôle de mélange hétérogène - Label : Season Of Mist



Premier album du brûlant combo suédois, datant de 2002 et ressortit par le noble label Season Of Mist, Í Blóði Og Anda représente bien l’Islande et ses multiples facettes : mélange de black métal froid comme les glaciers et de montées progressives bouillantes comme la lave des volcans (quel poète je suis). Alors qu’en est-il ?

Quoi de neuf pour ce vieillot de 2002 ? Et bien, une remasterisation, un nouveau packaging et un double cd comprenant quelques raretés pas franchement intéressantes et des vieilles démos… Voilà. Soyons clair, l’album est mitigé, certains crieront à l’œuvre absolue tandis que d’autres (comme moi par exemple) trouveront ça assez lourd. Ex-plica-tion. "Undir Jökli" annonce la demi-couleur, riff black métallique et vocaux franchement gonflants à la longue, ça gueule et ça gueule ouais bon on a compris hein…Le tout agrémenté de notes post-rock, c’est pas mal mais pas de quoi s’alarmer. L’inégalité est certainement le hic de cet album.
"Í Blóði Og Anda" s’en suit, bien mieux que le premier titre ou mieux élaboré en tout cas, la fin est absolument excellente. "The Underworld Song" change complètement de registre en arborant du pur post-rock, mais en conservant ces foutus vocaux agaçant… Bon le track par track ne sera pas nécessaire, la répétition et l’ennui arrivent bien vite, les changements sont problématiques en fait, dès que le groupe arbore une nouvelle facette il y a un manque clair de fluidité. Ce n’est pas mauvais au fond, mais pas facile de rentrer dans le délire et comme dit plus haut, c’est surtout la voix le hic, il n’y a que la fin de la galette qui bénéficie d’un registre grave… "Árstíðir Dauðans" résume assez bien l’album en fait.


Premier album des nordiques… Mitigé donc, pas si bon que ça. Je préfère de loin les futurs albums, joli geste de Season Of Mist, mais les démos, à part pour se rendre compte du son dégueulasse qu’ils avaient à l’époque, ne servent pas à grand-chose. Le mélange black métal/post-rock est intéressant, mais pas assez maitrisé, dommage…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3