6343

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 07 janvier 2014
Sa note : 15/20

LINE UP

-Tas Danazoglou
(chant)

-V
(guitare)

-Stamos K
(guitare)

-Costa
(basse)

-Nathan Perrier
(batterie)

TRACKLIST

1) Only Satan is Lord
2) Die White Witch Die
3) Archfiend
4) Ecstasies of Sorcery
5) Satan's Blood, Lucifer's Fire
6) All of Us Witches
7) Lives of the Necromancers
8) Aeons of Satan's Reign

DISCOGRAPHIE


Satan's Wrath - Aeons of Satan's Reign
(2013) - heavy metal thrash metal Raw mais pas manchot - Label : Metal Blade Records



Entendu lors de la cérémonie des Iveuledarkness Awards 2013 :
-  Et le gagnant de la catégorie « Invocation de la Iveuledarkness » est… Satan’s Wrath pour son nouvel album Aeon of Satan’s Reign  ! Il faut dire que c’est mérité : avec 2.484 « Satan ! », 1.857 « Lucifer ! », et 666 « Witches », les Grecs avaient mis la barre très haut cette année.
L’un des membres du groupe monte chercher sa récompense et commence son discours :
-  Je… je suis très ému… mais avant tout je voudrais remercier Satan et…
Et Lucifer, je crois qu’on a compris. De manière très secondaire, Aeon of Satan’s Reign est aussi un album de musique. Un bien bon album d’ailleurs.
 

Si l’on oublie un moment les considérations métaphysiques et qu’on parle un peu musique, il n’y a aucun suspens à entretenir : tout comme le premier coup d’essai Galloping Blasphemy, la dernière livraison du groupe est une réussite, peut-être même plus que son prédécesseur, car les musiciens ont réussi à gommer les petits coups de mou de leur premier opus. Cette constance vient-elle du fait que le duo s’est mué en quintette ? Peut-être, ce qui est sûr en tout cas, c’est qu’à deux ou à cinq, Satan’s Wrath n’a pas changé grand-chose à sa formule, et l’intro très A Blaze In the Northern Sky ne doit tromper personne. Le groupe propose toujours un thrash metal cradoque puisé du côté des premières œuvres de Slayer, Exodus, Sodom voire Possessed ("All of Us Witches"), combiné à de jolies séquences estampillées NWOBHM (voire NWODHM, puisqu’il y a sur certaines compos un petit parfum de Mercyful Fate qui flotte), rondement exécutées. Ces dernières séquences sont peut-être cependant un peu moins présentes que sur l’album précédent.
Si "Die White Witch Die" ou "Satan’s Blood, Lucifer’s Fire" penchent clairement côté heavy metal, le reste de l’album propose du thrash cru, parfois extrêmement direct et percutant, comme sur "Only Satan is Lord" ou le très Chemical Warfarien "Ecstasies of Sorcery", parfois plus mid-tempo ("Archfiend" aux forts relents de proto black metal, par exemple). Que ceux qui avaient apprécié l’œuvre précédente se rassurent toutefois : en mode thrash ou en mode heavy, les guitaristes continuent de régaler l’auditeur d’interventions judicieuses (oh le joli début de "Lives of the Necromancer" !)  qui continue à démontrer que le metal grec extrême voue bien souvent une véritable dévotion aux phrasés de six-cordes lisibles et goûtus. Si l’on rajoute aux commentaires antérieurs que la voix grave et éraillée de Tas sied toujours aussi bien à la musique et qu’"Aeon’s of Satan’s Reign" à l’intro plus typique des groupes de thrash clean que des formations graisseuses clôt l’album de manière convaincante, il reste peu de place au doute : Satan’s Wrath confirme les bonnes dispositions affirmées il n'y a guère plus d’un an.

 
Seul un fan de metal kidnappé par les martiens pendant plus de 30 ans pourrait crier au génie ou à la révolution en écoutant Aeon of Satan’s Reign, mais il n’empêche : que vous soyez adorateur des bêtes à cornes ou non (ou adoratrice, je ne veux pas me retrouver traîné devant les tribunaux pour sexisme...), si vous aimez le thrash qui pue des pieds mais que vous ne crachez pas sur un certain savoir-faire et de bons solos construits selon les canons définis par les chevelus des 80s, écoutez la deuxième offrande de Satan’s Wrath, elle vaut le détour.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4